Jacques Chirac, mon 1er Président, est mort


Jacques Chirac est mort. Mymy se souvient avec ambivalence de celui qui a été « son 1er Président de la République ».

Jacques Chirac, mon 1er Président, est mortJacques Chirac au Palais de l'Élysée à Paris / Remibetin

Jacques Chirac est décédé.

C’est l’AFP, une source très fiable, qui vient d’annoncer sa mort, à 86 ans et après plusieurs années passées très affaibli par l’âge.

Jacques Chirac est mort

Jacques Chirac est décédé, et sur le coup, ça m’a fait de la peine — dans mon esprit, il a cet image de bon papy, surtout qu’il ressemblait pas mal à feu mon grand-père.

Dans l’équipe de madmoiZelle, plusieurs collègues ont d’ailleurs poussé des soupirs de tristesse en apprenant la nouvelle.

Jacques Chirac, c’est un symbole pour plusieurs générations ; chef de l’État de 1995 à 2007, il a été pour beaucoup de Français et Françaises « leur premier Président ».

En toile de fond de mon enfance, il y a Jacques Chirac, à la télévision, dans les journaux, et surtout dans Les Guignols de l’Info.

Jacques Chirac, ce Président que je ne connaissais pas

La mort de Jacques Chirac me renvoie également à une forme de nostalgie trompeuse, de lunettes roses bien collantes que je me force à enlever.

Car je me souviens de cette tante, écœurée d’avoir dû voter pour « un mec de droite » le jour où Jean-Marie Le Pen a mis le Front National au second tour, en 2002.

Je me souviens de ces accusations, de ces procès, de ces citations qui m’auraient choquée… si j’avais été en âge de les comprendre !

J’imagine le jour où Nicolas Sarkozy décèdera, et je me dis que je risque d’être moins émue. Car j’étais assez grande pour piger que ses valeurs ne correspondaient pas aux miennes.

Ça fait bizarre de prendre conscience, pour la première fois, du fait que dans mon esprit, Jacques Chirac est une figure sympathique… avant d’être un homme politique.

C’est donc ça, grandir ?

À lire aussi : Chère Simone Veil, ta flamme s’est éteinte, mais ton flambeau passera toujours de main en main

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

grenouilleau

@Blurp. Je t'ai signalé les points qui me paraissait problématiques dans ton message, ce n'était pas une manière de te taxer de racisme, vu que j'ai remarqué que tu disais ne pas vouloir blesser les genTes.

Pour moi la remise en contexte n'est pas un argument qui justifie le racisme. Je ne vois pas le rapport entre le fait que la parole raciste ait été prononcée en 90 ou en 2000. Je ne suis pas d'accord avec l'argument, et tu n'expliques par pourquoi, pour toi, le fait que ce soit dit dans les années 90 la rend plus acceptable. Tu répètes l'argument, mais sans l'expliquer, du coup tu comprends pourquoi je ne suis toujours pas d'accord.
Parce que moi, si je regarde le contexte, je trouve la phrase de Chirac encore plus inacceptable : on aurait pu penser que Chirac avait été marqué par la II guerre mondiale, par la guerre d'Algérie, par le massacre des manifestants en 1961 à Paris, par les manifestants tués au métro Charonne en 1962, par les conditions de vie des Algériens dans les bidonvilles de Nanterre, par le meurtre de Malik Oussekine à la fin de l'année 1986 par des policiers-voltigeurs (trois ans avant les années 90, pour le contexte). Bref le contexte des années pré-Sarkozy est aussi marqué par un racisme fort (des morts).

Ensuite pour le "donne tes sources" : ce n'est pas une manière de silencier l'autre pour moi, simplement de poser des bases pour qu'on puisse avoir une discussion renseignée, en limitant le nombre d'approximations. Si on se base seulement sur le ressenti, on ne va pas loin dans la réflexion, ça va se limiter à " pour moi c'est ça", réponse "pour moi c'est ci". C'est compliqué d'analyser à l'échelle d'un pays avec juste l'avis de deux personnes, même avec l'avis de 100 personnes. D'où l'intérêt des données chiffrées.

Et c'est là où c'est vraiment dommage, c'est juste l'explication de tout le reste.
C'est pour ça que je te l'ai dit : je n'ai pas compris, si tu trouves cela dommage tu peux essayer de l'expliquer avec d'autres mots, pour que je comprenne mieux. Parce que juste dire que c'est "vraiment dommage", ben ça ne me permet toujours pas de comprendre ce que tu as voulu écrire.

Et pour finir, le point Godwin : perso ça ne me dérange pas de parler de la II guerre mondiale.
Peu importe que sur internet il y ait un tabou sur la question, c'est pas mon problème à moi. Je ne pense pas qu'on devrait s'interdire de comprendre le présent à la lumière de ce qu'il s'est passé il y a 70 ans. Parce qu'on vit toujours dans le même système économique et politique qui a produit la II guerre mondiale.
Franchement, je m'interroge beaucoup sur l'utilité du Point Godwin pour ceux qui veulent éviter de voir ce que produit le capitalisme. Dès qu'on en parle, hop, on sort ce commode "point godwin", c'est bien utile quand même pour éviter que les genTes réfléchissent sérieusement au sujet.
Je ne dis pas que c'est la manière dont tu utilises le point godwin, je sais que c'est une expression à la mode qu'on emploie courramment sur internet. Mais justement, il faudrait peut être réfléchir à ce à quoi sert cette expression.

Edit : pour ce qui est de l'aspect "exceptionnel" de la sortie raciste de Chirac, je rajoute ce post twitter, qui recense ces hauts faits (histoire d'éviter de tomber complètement dans le pathos et l'oubli).
 
Dernière édition :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!