etudes-mode
Jobs et études

La mode & les études : quelques pistes pour trouver ta voie

12 mai 2017 33

Travailler dans la mode, c’est ton rêve, mais tu ne sais pas par quelles études commencer ? Mets tes savates et suis le guide !

Publié le 12 août 2012

Okay, la rentrée est dans un bon mois et je viens déjà te parler d’études, c’est pas cool du fioul.

Mais si t’as envie de bosser dans le monde merveilleux de la mode et de ses paillettes goudronnées après le bac, ce n’est pas toujours la youpi-la-joie pour trouver de l’info. 

Du coup, voilà quelques explications et un petit guide des écoles.

Tout ce barda est loin d’être exhaustif, mais a plutôt pour but de te débroussailler la forêt de l’enseignement supérieur.

Travailler dans la mode : quelques trucs à savoir avant de se lancer

Avant d’entamer des études de mode, il y a une vérité aussi reloue que les proverbes de ta grand-mère, mais dont tu dois bien avoir conscience : le décalage entre le rêve et la réalité est réel.

Autrement dit, à moins d’avoir beaucoup de bol et d’être le nouveau Mozart de la couture, tu ne deviendras pas Sonia Rykiel en deux jours.

La plupart des créatifs bossent plutôt pour Du Pareil au Même que pour Dior.

Et la mode, c’est un investissement à plein temps et sur tous les plans. Voilà deux-trois choses qu’il est bon de savoir avant d’aller découper de la soie.

  • Le déménagement, c’est maintenant

À moins d’habiter à proximité de Paris, Lyon ou Lille, qui sont les trois gros « pôles » d’études mode, il faut que tu sois prête à bouger.

Il existe plein de formations partout en France, mais les écoles les plus réputées sont souvent dans les grosses villes.

Quel que soit l’endroit que tu choisisses pour tes études de mode, si tu es déterminée à rester à la casa avec tes potos de la fac, ça peut être un chouia compliqué.

Idem pour les stages : si tu n’aimes pas voyager, tes possibilités seront réduites.

  • Être prête à mettre la main au larfeuille

S’installer toute seule dans une nouvelle ville, ça coûte la peau des reins.

Y vivre aussi. Toutes les études coûtent cher, mais les formations de mode font particulièrement mal au porte-billets. Dans le cas d’une école privée, tu dois payer ton année.

Dans le public, la scolarité est quasi gratuite mais reste le problème majeur : le matos.

En mode, on va te demander d’acheter du matériel de loisirs créatifs, beaucoup de tissus (et un mètre de soie, c’est cheros), éventuellement d’investir dans un mannequin et une machine à coudre.

  • Il nous faut du temps, des insomnies…

Autre investissement majeur des études de mode : le temps. Une démarche de création, c’est de la recherche, des essais, des gros ratés, des recommencements permanents…

Tout ça bouffe une bonne partie de tes journées, voire parfois même de tes vacances et de tes nuits. Dur dur donc, de tenir un job à côté de tes études, et les coups de blues arrivent.

Pas de panique Janique, ta vie sociale ne va pas forcément mourir du jour au lendemain, mais certaines périodes risquent d’être un peu borderline.

  • Allo docteur, je ne sais pas coudre  

Tu n’as jamais touché une aiguille de ta vie et tu n’as pas de book super-pro avec tes créations ? Pour débuter, juste après un bac général, c’est (presque) pas grave.

Par contre, tu devras montrer que tu es motivée et que tu t’intéresses à l’art, à l’actualité, à la mode…

Les gens vont chercher ton « potentiel créatif », la technique viendra plus tard (on te l’apprendra ou tu devras te débrouiller avec tes papattes, selon les écoles).

Dans les formations publiques, une grosse partie du boulot est aussi occupée par les matières générales. 

Et dans les matières créatives, pas question de faire du free-stye, les profs te demanderont d’expliquer ta démarche, de réfléchir à des concepts : bonne prise de tête en vue.

  • Portes ouvertes, mon amour

Les portes ouvertes des formations de mode ont souvent lieu entre janvier et mars. Ce n’est absolument pas une obligation d’y aller, mais si tu t’en donnes les moyens, c’est tout bénéf.

Visiter l’établissement te permet de voir prendre véritablement la température de l’école, de sentir si son état d’esprit te fait kiffer ou non, voir les travaux des élèves et de poser des questions.

La plupart du temps, les profs sont hyper stressés, pris par l’organisation et n’auront pas le temps de te répondre.

Donc dirige-toi plutôt vers les étudiants, qui sont de toute façon réquisitionnés pour cette tâche et pour garder la salle.

Si jamais tu n’accroches pas avec ton interlocuteur, tente avec quelqu’un d’autre qui aura peut-être un feeling différent.

Travailler dans la mode : les études accessibles juste après le bac

  • Le modélisme (bac+2)

Pour faire du modélisme, c’est-à-dire un boulot technique qui consiste à fabriquer des prototypes d’après les dessins des stylistes, tu peux faire un BTS industrie des matériaux souples, option modélisme industriel.

Attention, en général, on va te demander un bac pro, STI2D ou S. Sinon, l’Ecole de la Chambre Syndicale de la couture parisienne a une formation de quatre ans en modélisme.

  • Les formations arts appliqués publiques

Dis-moi quel est ton bac et je te file ton plan d’avenir. Si tu as fait un bac arts appliqués (ST2A), tu peux postuler directement pour les études dont je te cause ci-dessous.

Si tu sors d’un bac général, tu devras passer par une mise à niveau en arts appliqués (MANAA) dans le public, une année obligatoire pour apprendre la démarche de création.

Tu y accèdes par dossier scolaire et lettre de motiv’, parfois complété par un sujet à réaliser et un entretien. Pour les bacs pro, ça dépend des écoles, mieux vaut appeler au cas par cas.

Dans tous les cas, pour les formations supérieures enseignées dans les lycées et écoles publiques (la plus célèbre en mode est Duperré à Paris), la sélection se fait sur dossier scolaire et lettre de motiv, puis sur entretien avec un dossier de travaux créatifs.

Tu peux trouver (en bac+2) :

Pour toutes ces formations, tu as un stage obligatoire d’un mois minimum en fin de première année. Les écoles ont parfois des contacts, mais en général, il faut te bouger le booty de toi-même.

Les Beaux-Arts, ce n’est pas QUE du dessin.

Plusieurs écoles proposent des formations en design textile en 3 ans : par exemple, un diplôme national d’arts et techniques (DNAT) à Lyon après une première année générale, ou un diplôme national d’arts plastiques en textile/surface (DNAP) à l’école supérieure d’art de Mulhouse (aussi appelée Le Quai).

La façon de penser n’est pas exactement la même qu’en art appliqués, donc à toi de voir ce qui te branche.

  • Les écoles privées (payantes)

En stylisme, tu peux trouver tout un tas d’écoles privées dont la réputation est plus ou moins bonne et les prix plus ou moins à te crever le foie.

L’admission se fait souvent sur entretien, avec ou sans dossier de travaux. Voilà les plus connues et qui une image moyenne ou bonne :

  • Condé (7600€/an) : un réseau d’écoles qui fonctionne sur le même principe que les formations publiques, avec MANAA et BTS design de mode en stylisme.
  • ESMOD (8100 à 9250€/an) : là aussi un réseau d’écoles, avec un cursus stylisme en 3 ans, dont une spécialisation la troisième année. On t’y apprend de A à Z la fabrication technique d’un vêtement.
  • L’Ecole de la Chambre Syndicale de la couture parisienne : hyper réputée, c’est un cursus de quatre ans en stylisme.
  • L’atelier Chardon-Savard (8300€/an) : une formation en stylisme de mode, après avoir fait un an de prépa chez eux ou ailleurs.
  • Le studio Berçot (10 000€/an) : un cursus stylisme en deux ans, théoriquement accessible direct après le bac, un peu d’expérience ne fait pas de mal en réalité.

Travailler dans la mode : Les « grandes écoles » et les formations après un bac+2, +3

Les formations supérieures publiques

  • les licences professionnelles : une année accessible après un bac+2, lors de laquelle tu devras monter une collection et faire un stage de trois à six mois selon les écoles. Chacune a sa spécialisation : haute-technologie, coloriste, environnement… Leur but est de t’insérer dans le monde du boulot rapidement.
  • les diplômes supérieurs d’art appliqués (DSAA) : une formation en deux ans, qui te fait BEAUCOUP réfléchir et chercher des concepts. Certains sont spécialisés en textile, d’autres en mode. En théorie le DSAA doit te permettre de bosser comme directeur artistique, en pratique, il faut avoir un peu de bouteille pour avoir ce genre de poste.
  • les formations en fac et notamment l’Université de la mode à Lyon : là, ce sont des diplômes universitaires, plutôt conseillés si tu veux faire de la recherche, du marketing, de la com’ mode, mais qui peuvent mener à pas mal d’autres trucs.
  • Le DNSEP au Quai à Mulhouse : c’est la poursuite du DNAP, en deux ans et toujours spécialisé en design textile.

Les grandes écoles publiques & privées

Travailler dans la mode… ça continue à l’étranger

Si jamais tu ne trouves pas ton kif en France, métropolitaine ou non, les pays pas loin de chez nous sont aussi bien fournis en formations.

En Belgique (Bruxelles)

  • L’Ecole nationale supérieure d’Arts Visuels (La Cambre) : tu y rentres après un concours en plusieurs étapes qui a lieu en septembre. On y trouve un premier cycle puis un master en stylisme et création de mode et en design textile.

Au Royaume-Uni (Londres)

  • La Saint Martin’s School : à bac+2 ou +3, tu peux postuler pour les masters de cette école. Les spécialités sont ultra-variées (et en anglais évidemment) : stylisme, textiles, textiles futurs… C’est aussi une des seules écoles à avoir une formation dont le blaze est « journalisme de mode ». Attention, en Angleterre l’université est payante, donc les tarifs sont d’environ 4000 livres l’année.

Dans tous les cas, n’oublie pas que quel soit ton pedigree et ton école, ce qui te donnera du travail, c’est ton boulot, ton envie d’y arriver et ta motivation.

Ton diplôme n’est pas une garantie de ton job futur, et il faut pas mal se mettre des coups de pied au derch et prendre des initiatives pour avancer.

Sur ce, sors tes aiguilles !

À lire aussi : Je travaille dans la mode, et les clichés me fatiguent

Les Commentaires
33

Avatar de Coco culottee
17 mai 2017 à 09h49
Coco culottee
Je tiens juste à réagir sur la dernière école, la Saint Martin's school : Les prix sont plutôt de l'ordre de £7000/an, plutôt que £4000. (Ça devait être le cas encore l'année dernière, mais les prix ont augmenté cette année). Les Bachelor of Arts ou Foundation of Arts (ou BA/FdA (équivalent d'une Licence)) c'est £9000 l'année, et pour un Master's Degree, £7500.

(Je chipote, pardon, mais le prix des études c'est quand même déterminant haha.)
Coucou,

petite précision: bachelor of Arts et Foundation diploma c'est pas la même chose. le bachelor of arts est un équivalent licence et n'est pas accessible pour une personne étrangère au système scolaire anglais qui doit obligatoirement passer par... le foundation diploma, qui lui est plus comme une mise à niveau de un an. La foundation étais lorsque je l'ai faite financée par le gouvernement car Europe et j'avais en dessous de 19 ans quand j'ai intégrer la formation, à voir maintenant avec tt les changements (je crois que mon amie indienne avais aussi eu cette année prise en charge donc peut ça fonctionne toujours pareil).
Les prix du bachelor of Arts a effectivement augmenté à la rentrée 2012. C'étais £ 9.000 pour les européens, £11.000 pour les non européens, donc peut être que là encore les prix ne seront plus les mêmes.
MAIS pour avoir changer de système scolaire à cette période là, j'ai vraiment vu la différence. pas de cours généraux, beaucoup de spécialisation, Pour mon expérience, un excellent accompagnement de la part des enseignants et surtout du vrai professionnalisme: autant dans le domaine (des gens qui ont travaillés dans l'industrie des domaines et qui rendent les choses claires pas du genre "vous êtes prêts pr travailler chez Dior" toujours très réalistes et encourageant) que d'un point de vue pédagogique ( accompagnement des élèves en tant qu'humains, beaucoup de bienveillance et une bonne passation du savoir faire et des connaissances du monde de la spécialité choisie- lingerie, bonneterie et balnéaire pour moi)
Vous pouvez demander des bourses au mérite de l'état anglais, les bourses françaises oubliez. Je déconseille à toute un prêt étudiant direct pour tout financer, je paye encore le mien et je m'en mord les doigts (malgré que jetais la dernière génération à payer £ 9.000 pr les 3 ans), j'ai adorer faire ce que j'ai fait et je ne regrette pas mais pensez y a deux fois pr tout prêts étudiants (pareil pr les écoles privées en France du coup ^^)
0
Voir les 33 commentaires

Plus de contenus Jobs et études

Témoignages
femme épuisée au travail

Épuisée par le sexisme, j’ai quitté mon job et créé ma boîte

Aïda Djoupa

27 juil 2021

Travail
femme-bureau-open-space

L’open space en été, cet enfer sur terre

Chloé Genovesi

21 juil 2021

Grossesse
bridget-jones-grossesse-boulot

Congé maternité : comment préparer le terrain au boulot pour bien partir (et revenir)

Clémence Boyer

18 juil 2021

2
Actu mondiale
Deux femmes qui portent le foulard en train de travailler

La justice européenne a (re)tranché : interdire le voile au travail n’est pas discriminatoire

Anthony Vincent

16 juil 2021

63
Vie étudiante
Plateau_d’un_étudiant_au_Restaurant_Universitaire_d’HECParis

Fin du repas à un euro : l’annonce reste en travers de la gorge des étudiants

Maëlle Le Corre

12 juil 2021

7
Travail
marseille-quitter-paris-demenagement

Où sont parties celles et ceux qui ont quitté Paris après les confinements ? Indice : le Sud

Clémence Boyer

09 juil 2021

5
Actu mondiale
islande-35-heures

Non, l’Islande ne passe pas à la semaine de quatre jours, mais bien aux 35 heures

Clémence Boyer

06 juil 2021

1
Parentalité
entretien-embauche-enfant

Emmener son bébé à un entretien d’embauche ? Elle l’a fait (et le monde ne s’est pas effondré)

Manon Portanier

01 juil 2021

2
Vie étudiante
pexels-andrea-piacquadio-etudiante

Sous le hashtag #EtudiantsSansMasters, la colère post-Covid gronde

Maëlle Le Corre

25 juin 2021

Travail
chronique-linkedin

Les gens sur LinkedIn me désespèrent et je m’inclus dedans

Chloé Genovesi

17 juin 2021

41

La société s'écrit au féminin