Live now
Live now
Masquer
nguy-n-hi-p-unsplash-don du sang mode d’emploi
Actu en France

Don du sang, mode d’emploi : tout ce qu’il faut savoir avant de donner son sang

14 juin 2022 122
À l’occasion de la journée mondiale des donneurs de sang, on fait le point sur tout ce qu’il y a à savoir sur ce geste citoyen. Que vous soyez une habituée du don, ou bien une novice totale un peu stressée, voilà les infos à savoir pour y aller.

Article initialement publié le 14 juin 2013

Aujourd’hui, 14 juin, se tient la journée mondiale des donneurs de sang !

Déjà le don du sang, c’est quand quelqu’un vient gentiment donner son sang pour aider… pour aider qui, au juste ?

Le don du sang, à quoi et à qui ça sert ?

Il y a deux utilisations principales aux petites poches rouges (pas que rouges d’ailleurs, comme vous le verrez plus bas) :

  • Soit elles seront utilisées pour des besoins d’urgence, suite à un accident, un accouchement, ou encore une hémorragie lors d’une opération chirurgicale.
  • Soit pour les personnes souffrant de maladies chroniques ou de cancers, comme les leucémies, qui réclament de par la mauvaise qualité ou la quantité insuffisante de sang dans leur organisme, des transfusions régulières.

Exception faite pour l’auto-don, qui n’a pas grand-chose à voir : en cas d’opération qui risque de faire perdre beaucoup de sang, le chirurgien peut proposer de prélever votre propre sang longtemps à l’avance, le temps que le stock se reconstitue, histoire d’avoir du rab d’un donneur forcément compatible.

Donner « son sang », d’accord, mais pas uniquement

En effet, le don du sang n’est pas limité à ce qu’on appelle le don de sang total. Il est aussi possible de donner ses plaquettes ou son plasma uniquement.

  • Dans le cas du don de sang total, on prélèvera une poche de sang.
  • Dans les deux autres cas, on prélèvera le liquide visé par aphérèse : c’est-à-dire qu’on prélève tout le sang grâce à une machine qui va extraire le plasma ou les plaquettes et renvoyer le sang à la personne donneuse.

Vous pouvez vous décider entre ces options pour des raisons médicales, parce que certaines de ces opérations ne sont pas possibles, ou au contraire décider de donner un peu de tout ça.

Leurs utilisations sont différentes, tout comme les conditions de don et les intervalles entre chaque don (deux semaines pour le plasma, quatre pour les plaquettes, huit pour le sang total).

Le don du sang, comment ça se passe ?

Le don se fait sur rendez-vous, vous pouvez le prévoir en ligne, ou bien lors des collectes ponctuelles qui peuvent avoir lieu près de chez vous. Si vous avez déjà donné, vous pouvez être avertie par sms de la prochaine date où vous pourrez donner.

Sur place, si vous n’avez jamais donné votre sang, il faut se présenter avec une pièce d’identité. Si vous êtes une habituée, vous aurez sûrement une carte de donneuse, à présenter à l’accueil.

Ensuite, vous allez devoir remplir un questionnaire pré-don.

Une fois le questionnaire rempli, vous passerez voir dans son cabinet un médecin de l’EFS (Établissement Français du Sang), pour l’entretien médical.

Il ou elle vous posera différentes questions relatives aux réponses de votre questionnaire, vous demandera des précisions, vous interrogera sur votre santé, votre état de fatigue, vos allergies, vos déplacements à l’étranger, vos traitements médicaux, votre tatouage le plus récent, vos derniers rapports sexuels, bref, tout ce qui pourrait potentiellement constituer un frein à un don du sang.

Le prélèvement du sang

Que se passe-t-il ensuite ? Une fois que vous avez passer cette étape, vous allez pouvoir vous installer dans un fauteuil où on vous piquera le bout du doigt pour une première analyse rapide, afin de savoir si votre taux d’hémoglobine est suffisant ou non pour un prélèvement.

Ce taux dépend déjà de votre taux « naturel » (certains personnes ont plus d’hémoglobine que d’autres, c’est comme ça), de votre régime alimentaire, de vos dernières règles (le taux est forcément plus faible quand elles viennent d’arriver).

Enfin, vous allez pouvoir rejoindre la salle de prélèvement où, confortablement installée, une personne viendra piquer votre plus belle veine et vous donner une petite balle à presser et à desserrer, non pas pour vous détendre (quoi que ça peut avoir cet effet), mais surtout pour stimuler la circulation et ainsi remplir votre poche de sang.

don du sang gays bis fin des restrictions – NIAID
Crédit photo : NIAID via Flickr

Un petit bip retentira au moment où votre poche sera pleine (oui, aucun risque qu’on vous draine jusqu’à la dernière goutte, et heureusement). Une fois l’aiguille retirée, on vous fera un joli pansement et vous pourrez aller profiter du meilleur moment du don du sang : la collation.

Elle est OBLIGATOIRE. Personne ne part sans avoir manger ses madeleines et bu sa briquette de jus de raisin (personnellement, je ne donne mon sang que pour m’empiffrer de pâtes de fruits). Et oui, vous avez donné du sang, et il n’est pas rare de se sentir un peu faiblard ensuite, c’est donc aussi un moyen pour les infirmiers et infirmières présentes de vous avoir à l’œil pendant une vingtaine de minutes et d’intervenir si vous tombez dans les pommes (croyez-moi, ça arrive).

Pourquoi donner son sang ?

Pourquoi donner ? Parce que le sang, c’est la vie, qu’avec cette pochette de sang, vous sauvez peut-être une vie, ou vous contribuez à le faire : vous permettrez qu’une opération se déroule au mieux, vous améliorerez la vie d’une personne souffrant d’une maladie chronique…

Parce qu’il est possible aussi qu’un jour ce soit vous qui ayez besoin d’une transfusion. Pourquoi ne pas rendre ce qui vous a été ou vous sera si gracieusement offert ?

Comme pour tout don, il s’agit de votre envie. Parce que vous trouvez la cause noble, parce que vous trouvez ça normal, parce que vous connaissez quelqu’un qui a besoin de sang, parce que vous avez l’âme généreuse tout court, peu importe.

Et comme à chaque été, l’EFS tire la sonnette d’alarme sur l’état des stocks. Alors, si vous le pouvez, c’est le moment de donner !

don du sang efs
Brieuc Daniel via Flickr

Qui peut donner son sang ?

C’est là que les choses se corsent. Si les paragraphes précédents vous ont donné l’envie de donner, voici les conditions à remplir :

  • Avoir entre 18 et 65 ans.
  • Peser au moins 50 kg (rapport au volume prélevé par unité de sang : on prélève minimum 400 ml, ce qui rapporte à 50 kg). Pour le don de plasma et de plaquettes, il faut peser au moins 55 kg.
  • Ne pas avoir de maladie auto-immune, cancer, IST, toute maladie transmissible pas le sang, et donc ne pas être malade en général. Si vous l’avez été récemment, une période de 15 jours est à observer avant de donner.
  • Il ne faut pas être fatigué, anémié, diabétique ou sujet aux crises d’épilepsie.
  • Ne pas avoir changé de partenaire sexuel dans les quatre derniers mois, ni être allé à l’étranger ou s’être fait percer ou tatouer n’importe quelle partie du corps.
  • Alors qu’ils ont longtemps été exclus du don du sang, puis soumis à des critères d’abstinence, les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes peuvent donner sans condtiions depuis mars 2022.
Don du sang : mode d’emploi

Une fois de plus, l’EFS appelle chacun et chacune d’entre nous à donner son sang (lorsqu’on le peut).

À l’approche de l’été, les réserves s’amenuisent pour cause de départ en vacances des donneurs réguliers… pourtant les besoins eux ne décroissent pas.

Les infos essentielles pour donner son sang :

À lire aussi : Le don de plaquettes et de plasma, vous connaissez ?

Crédit photo : Nguyễn Hiệp via Unsplash

Les Commentaires
122

Avatar de Astipalaya
16 juin 2020 à 15h49
Astipalaya
Je ne peux que te plussoier @Lady Stardust j'ai souvent vu sur des discussions comme celle là des commentaires extrêmement auto-centré ou limite les personnes n'étaient pas en train d'insulter les centres de collectes de sang pour oser refuser leur don. Alors que comme dit donner son sang n'est pas un droit, c'est un acte volontaire qu'on peut faire si on répond à certaines conditions. J'ajouterais aussi qu'il y a d'autre moyen d'aider si le don du sang vous tient tant à coeur. Par exemple il y a la possibilité de donner du sang pour la recherche et l'industrie, suivant comment les conditions ne sont pas autant restrictives pour du sang qui servira à la recherche. Ou en tout cas en Suisse, lors des collectes dans les villes ou villages il y a souvent des équipes de samaritains pour faire les bandages et assurer la collation post-don donc à voir si vous pouvez les rejoindre.

J'ai souvent vu des gens de moins de 50kg être fâché parce "YAKA prendre des poches plus petites pour les enfants" (oui YAKA FOKON c'était ça dans l'idée). Alors je peux vous expliquer pourquoi ça ne se fait pas. Déjà logistiquement c'est compliqué parce que tous les appareils utilisé pour la préparation des poches est calibré pour une certaine taille et un certain poids de poche, donc ça nécessiterait de coûteux aménagement. Passé 4 mois de vie les enfants reçoivent des poches adultes standards, les soignants leur transfusent la quantité nécessaire (qui dépend de plein de facteurs, mais elles sont parfois passée en entier, par exemple dans le cas de chirurgie cardiaque). Avant 4 mois on prépare des concentré pédiatrique (à la demande) à partir d'une poche adulte (on obtient 4 petites poches). Mais il faut que la poche réponde à certaines conditions, notamment être de groupe O, avoir un phénotype particulier, à voir été prélevée il y a moins de 9 jours. En sachant qu'on passe parfois plusieurs jours sans passer de poche à un bébé (et je suis dans un centre universitaire donc tous les bébés mal en point du canton atterrissent chez moi), ça voudrait dire qu'on dépenserait des centaines de milliers de francs pour adapter la logistique pour quelques centaines de don dont 80% finirait à la poubelle. Pas une affaire très rentable d'autant que ça ne changerait rien pour le receveur.

D'un côté c'est cool qu'autant de personne se sentent tellement concernées par le don du sang mais parfois ça tend un peu sur la mauvaise foi j'ai vu récemment un post Facebook d'un mec qui disait en gros que "des milliers de personnes en Suisse souffrent du manque de sang du fait que les conditions sont plus restrictives pour les HSH" alors je ne veux pas recréer le débat sur les HSH et le don du sang, tant mieux si les autorités sanitaires valident des allègements de restrictions parce qu'elles ont pu prouver l'innocuité de ce changement, mais c'est quand même un peu de mauvaise foi de prétendre que des gens sont en attente de sang qui n'arrive pas (ce qui n'est pas vrai perso j'ai jamais vu un patient ne pas avoir une transfusion parce qu'il n'y en avait plus, or cas exceptionnel du style une personne qui n'est compatible qu'avec 30 personnes dans le pays en entier) et que le problème serait résolu des le moment où les HSH pourront donner aux mêmes conditions que le reste unno:
8
Voir les 122 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Actu en France
elizabeth_borne_conseil_gynecologique_H

Consentement en gynécologie : le Comité consultatif national d’éthique saisi par Elisabeth Borne

Maya Boukella

07 juil 2022

Guide d'achat

On a testé 32 culottes de règles pour vous aider à choisir celle qui vous ira

Humanoid Native
Actu en France
frere-handicape-temoignage

Élisabeth Borne et son gouvernement enfin prêts à déconjugaliser l’AAH ?

Marie Chéreau

07 juil 2022

Actu en France
feminisme-droitdesfemmes-footfeminin-euro-féminin-football-france-

72% des Français aimeraient voir plus de sport féminin à la télévision, mais on en est encore loin

Marie Chéreau

06 juil 2022

1
Société
IVG-droit-constitution-france-

81% des Français sont favorables à l’inscription de l’IVG dans la constitution, même les électeurs d’extrême droite

Marie Chéreau

06 juil 2022

26
Actu en France
[Site web] Visuel horizontal Édito (7)

Résultats du bac 2022 : le guide pour s’y retrouver

Maya Boukella

05 juil 2022

Actu en France
abad zacharopoulo remaniement gouvernement – format vertical

Remaniement : Damien Abad prend la porte, Chrysoula Zacharopoulou reste

Maëlle Le Corre

04 juil 2022

4
Actu en France
immeuble

Changement de nom, sortie de crise sanitaire, tickets-restaurant… Tout ce qui change en France au 1er juillet 2022

Actu en France
formule1-sportautomobile-femme-sexisme-inclusivité-france-renault-droit-des-femmes-

Le pari du constructeur automobile Alpine pour plus de femmes en F1

Marie Chéreau

30 juin 2022

11
Actu en France
PMA-personnes-transgenres-bioéthique-france-conseil-constitutionnel-MaëlleLecorre-sperm-ovocyte-

La PMA pour les hommes transgenres débattue devant le Conseil constitutionnel

Marie Chéreau

29 juin 2022

3
Actualité mode
La députée Marie-Charlotte Garin reporte la robe du scandale sexiste subie par Cécile Duflot à l’Assemblée Nationale dix ans plus tôt

La députée Marie-Charlotte Garin reporte la fameuse robe de Cécile Duflot à l’Assemblée Nationale

Anthony Vincent

29 juin 2022

10

La société s'écrit au féminin