Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Dmz, de Wood et Burchielli

07 août 2009

Parfois on ouvre un livre, une bd, on commence un film ou une série, comme ça, pour se détendre. Et puis, sans prévenir, on devient accro. Parce qu’à la place de ce moment de détente auquel on s’attendait, on se retrouve plongée dans un univers dense et incroyablement bien foutu.

DMZ fait partie de ces diamants bruts qui chaque page te secoue un peu plus, t’oblige à réfléchir et change ta vision du monde. DMZ est le genre de bd qu’une fois commencée tu ne pourras plus lâcher…

Laissez-passer pour la DMZ

New York, dans un futur proche. Les Etats-Unis se sont embourbés dans des guerres internationales sans fin, et n’ont pas anticipé une menace bien plus proche. La classe moyenne s’est soulevée contre le pouvoir en place, déclenchant la seconde guerre civile de l’histoire du pays. Les deux fronts se partagent le territoire et combattent sans relâche. Une seule Zone DéMilitarizée (d’où le nom DMZ) subsiste, c’est Manhattan. Personne n’y entre et personne ne semble en sortir vivant.

C’est donc en faisant la gueule que Matthew Roth, jeune photographe-stagiaire pour un grand quotidien national, qui s’attendait plutôt à faire son stage dans un labo, bref, au calme, se retrouve embarqué pour la DMZ, dans l’équipe de M. Ferguson, un journaliste à Pulitzer qui veut montrer ce qui se passe là-bas. Mais rien ne se passe comme prévu et Matthew et son matériel photos se retrouvent abandonnés dans un Manhattan hostile où seuls sa rencontre avec Zee et sa carte de presse semblent pouvoir le garder en vie. Et il décide de faire son taff plutôt que de rentrer chez lui : raconter la DMZ au reste du monde.

DMZ

Bienvenue en pleine guerre civile

DMZ, au premier regard, c’est un dessin superbe, brut et agressif. C’est un Manhattan glauque et sale, des fusillades et des bombes qui explosent. Mais en fait DMZ c’est un autre regard sur l’Amérique, sur la politique, l’armée, la presse, et surtout sur nous, nos qualités, nos défauts, nos valeurs. Un regard sans concession mais incroyablement intelligent. On est en pleine fiction et pourtant on a aucun mal à croire que ce Manhattan, ces Etats-Unis, ce monde-là, soient la réalité d’un futur proche.

Chaque tome (5 parus en France à l’heure actuelle) aborde un thème, les habitants de la DMZ, les militaires, etc. Cela permet d’avoir un regard plus global sur la situation, mais aussi sur notre monde à nous (le tome sur l’armée fait pas mal réfléchir sur le quotidien des soldats en période de guerre par exemple).

Cette série, encensée par la critique (il suffit de lire les quatrièmes de couvertures de chaque tome) te plongera dans un monde pas si éloigné du nôtre. DMZ est dur et violent, mais aussi plein d’espoir, parce que même dans l’horreur, des gens s’aiment et réalisent leur rêves, vivent.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

Développement personnel
Deux femmes noires, l'une pose sa tête sur l'épaule de l'autre.

Pour les personnes opprimées, « cultiver le plaisir est un acte de résistance »

Hélène Molinari

13 oct 2021

Voyages
le roman Là où les étoiles brillent de Nadia Hashimi
Sponsorisé

3 choses que j’ai apprises sur l’Afghanistan en lisant Là où brillent les étoiles

Parentalité
Une mère fatiguée avec son jeune fils.

« Il faut à tout prix dédramatiser le regret de maternité »

Livres
diglee-couv-je-serai-le-feu

Avec Je serai le feu, Diglee part à la recherche des poétesses disparues

Pauline Le Gall

09 oct 2021

2
Livres
Jouir est un sport de combat – libre – Olympe de G

Pour « transformer la honte autour de la sexualité en fierté », Olympe de G. monte sur le ring

Actualité mode
Couturfu

Le compte de mèmes @couturfu sort un manuel de survie pour comprendre la mode d’aujourd’hui

Anthony Vincent

26 sep 2021

Société
Amandine Gay Crédits Otto Zinsou

« Quand on est adopté, la condition pour se réapproprier son histoire, c’est d’atteindre l’âge adulte »

Témoignages
un trouple dans son quotidien
Sponsorisé

« Nadya est l’amoureuse de maman et aussi celle de papa » : parents et polyamoureux, ils racontent

Parentalité
sainte-marguerite-marie-et-moi

Cette autobiographie sur le poids de l’héritage familial quand on devient mère va vous faire hurler de rire (sisi)

Chloé Genovesi

13 sep 2021

Livres
[Site web] Visuel vertical (2)

Le nouveau club de lecture Madmoizelle commence ce mardi soir sur Twitch !

Marine Normand

13 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin