Live now
Live now
Masquer
csa-egalite-femmes-tele-medias
Actualités

À partir du 1er mars, le CSA s’attaque à la place des femmes à la télé

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel se penche sur les inégalités hommes-femmes dans les médias, en particulier à la télé. Et il prend de nouvelles mesures pour améliorer la situation.

Pour les femmes, à la télévision, ce n’est pas la fête tous les jours : commentaires sexistes pendant les Jeux Olympiques, émissions conduites par des présentateurs masculins où les femmes servent de faire-valoir… Mais ça pourrait s’arranger : à partir du 1er mars 2015, le Conseil de Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) prend des mesures pour améliorer l’égalité hommes-femmes dans les médias. Et cela grâce à une délibération relative au respect des droits des femmes à la télévision adopté le 4 février dernier.

À lire aussi : Une « mise en garde ferme » du CSA à France Télé pour son sexisme

Le CSA s’intéresse d’abord à la représentation féminine dans les médias audiovisuels.

Concrètement, ces derniers vont devoir compter le nombre de femmes et d’hommes qui apparaissent sur leurs chaînes de télévision : présentateurs•trices, animateurs•trices, journalistes, chroniqueurs•euses, expert•e•s et invité•e•s. Selon le Figaro

, France Télévisions s’est déjà engagée à augmenter le nombre de ses experts femmes, pour qu’il passe de 30 à 35% d’ici la fin de l’année.

C’est encourageant, mais il en faudra sans doute bien plus : pour rappel, en 2013, le CSA avait constaté que seulement 35% des personnes qui interviennent à la télévision française étaient des femmes, alors qu’elles représentaient 51,1% de la population.

Les programmes, eux aussi, vont être zieutés de près. Ils devront absolument inclure des contenus qui contribuent « à la lutte contre les préjugés sexistes et les violences faites aux femmes », qu’il s’agisse de programmes de fiction, de débats ou de documentaires. Leur liste devra être remise chaque année au CSA, qui s’assurera qu’ils sont montrés aux heures où les téléspectateurs sont les plus nombreux devant le poste.

Ozap explique aussi que les chaînes évalueront leurs programmes destinés aux jeunes, ceux de télé-réalité et les fictions selon une grille spécifique conçue par le CSA, pour déterminer si ces contenus présentent ou non une image de la femme stéréotypée.

Le CSA propose aussi aux médias, toujours d’après le Figaro, d’imposer sur leur antenne un nombre minimal d’oeuvres ou de sujets de journal réalisés par des femmes, mais cette dernière mesure n’a rien d’obligatoire.

Enfin, et c’est une très bonne nouvelle, la diffusion de propos sexistes ou d’images dégradantes pour la femme dans les médias audiovisuels sera susceptible d’être sanctionnée. Des poursuites pourraient alors être engagées, conformément à la loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes en matière de communication audiovisuelle.


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

6
Avatar de crepe_suzette
28 février 2015 à 08h02
crepe_suzette
Je suis a fond pour cette initiative même si j'ai du mal à voir comment ils vont procéder (en donnant des avertissements?) mais je me permet juste un commentaire plus large dirons nous. Je trouve que c'est important de mettre les femmes en valeurs en imposant la parité, mais étudiant dans un domaine assez masculin (animation 3D) je me dis aussi qu'il y a tout simplement des domaines dont les femmes ne veulent pas forcément. Donc pour en venir au bout de mon idée, même si cette parité est importante j'ai du mal à comprendre pourquoi elle est imposée à des entreprises qui de toutes façons n'attirent pas les femmes.
0
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Actualités

Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Lifestyle

Fête des Mères : 5 idées d’activités cocooning pour se faire plaisir

Humanoid Native
Source : Capture d'écran Youtube
Société

Poupette Kenza accusée d’avoir tenu des « propos antisémites », la Dilcrah saisit la justice

5
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

7
delia-giandeini-unsplash lgbtqi lives matter
Actualités mondiales

En Argentine, trois femmes brûlées vives parce que lesbiennes

1
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Actualités France

Grâce à Judith Godrèche, l’Assemblée se dote enfin d’une commission pour protéger les mineurs dans le cinéma et la mode

Un couple d'homme en train de s'occuper de leur bébé né par Gestation pour Autrui // Source : alvarostock
Daronne

Timothée a fait le choix d’une GPA éthique : « si le consentement est éclairé, les femmes ne sont pas exploitées »

bulletin-salaire // Source : URL
Actualités France

Les fiches de paie vont bientôt être simplifiées, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle

10
Hanny Naibaho festival
Actualités France

Ce festival mythique pourrait bien diparaître (et on est trop triste)

Sora Shimazaki / Pexels
Actualités

Un pédocriminel interdit d’IA pour les 5 prochaines années par la justice britannique, une première

5
Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

16

La société s'écrit au féminin