Comment le télétravail a désavantagé les femmes pendant le confinement


Des études menées pendant le confinement révèlent (sans trop de surprise) que les femmes et les hommes n'ont pas été égaux en télétravail.

Comment le télétravail a désavantagé les femmes pendant le confinement

Les données récoltées pendant le confinement lié à la crise du covid-19 commencent tout juste à être analysées et mises en contexte.

Parmi elles, cette étude de l’Institut national d’études démographiques (l’INED), qui révèle que de profondes inégalités se sont creusées au sein des foyers français.

Plusieurs études menées pendant le confinement

L’étude Coconel a été menée du 30 avril au 4 mai auprès d’un échantillon de 2 003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Elle balaye plusieurs thématiques avant et pendant le confinement : logement et conditions de vie ; emploi et conditions de travail ; enfant et continuité pédagogique ; voisinage et sentiment d’isolement.

Les Décodeurs du Monde se sont penchés sur les données qui concernent l’égalité femmes-hommes et en ont tiré des graphiques très parlants.

« Les femmes sont les grandes perdantes du confinement, tant sur le marché du travail que dans la sphère domestique, après cinquante ans d’avancées », résume Anne Lambert, responsable de l’unité de recherche Logement, inégalités spatiales et trajectoires, à l’INED.

[optin-monster-shortcode id= »lhakywoglmenrtsgvem1″]

Pourquoi les femmes sont les grandes perdantes du confinement

Malheureusement, sans trop de surprise, plusieurs indicateurs montrent une nette différence entre les situations des hommes et des femmes pendant le confinement.

Les femmes ont eu moins de possibilité de s’isoler que les hommes car elles ne disposaient pas d’une pièce dédiée, elles étaient plus souvent entourées d’enfants et ont passé plus d’heures quotidiennes à s’en occuper. L’étude détaille que lorsqu’elles étaient en télétravail, elles ne bénéficiaient pas nécessairement d’un arrêt pour garde d’enfants.

« Contrairement aux hommes, qui sont parvenus à imposer qu’il ne faut pas les déranger pendant une partie de la journée, les femmes, qui ont la charge des relations au sein de la famille, ne cloisonnent pas. Elles doivent rester disponibles »analyse le sociologue François de Singly.

Capture d’écran 9 juillet 2020 / Les Décodeurs

Tu veux en savoir plus sur cette étude ?

Tu peux découvrir les graphiques du Monde ou lire les résultats en entier.

Marie Camier Théron

Marie Camier Théron

Marie est responsable des événements pour madmoiZelle et Rockie. Elle prend parfois le clavier pour écrire sur la société numérique et la culture japonaise.

Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!