Live now
Live now
Masquer
Féminisme

Comment le télétravail a désavantagé les femmes pendant le confinement

Des études menées pendant le confinement révèlent (sans trop de surprise) que les femmes et les hommes n’ont pas été égaux en télétravail.

Les données récoltées pendant le confinement lié à la crise du covid-19 commencent tout juste à être analysées et mises en contexte.

Parmi elles, cette étude de l’Institut national d’études démographiques (l’INED), qui révèle que de profondes inégalités se sont creusées au sein des foyers français.

Plusieurs études menées pendant le confinement

L’étude Coconel a été menée du 30 avril au 4 mai auprès d’un échantillon de 2 003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Elle balaye plusieurs thématiques avant et pendant le confinement : logement et conditions de vie ; emploi et conditions de travail ; enfant et continuité pédagogique ; voisinage et sentiment d’isolement.

Les Décodeurs du Monde se sont penchés sur les données qui concernent l’égalité femmes-hommes et en ont tiré des graphiques très parlants.

« Les femmes sont les grandes perdantes du confinement, tant sur le marché du travail que dans la sphère domestique, après cinquante ans d’avancées », résume Anne Lambert, responsable de l’unité de recherche Logement, inégalités spatiales et trajectoires, à l’INED.

Pourquoi les femmes sont les grandes perdantes du confinement

Malheureusement, sans trop de surprise, plusieurs indicateurs montrent une nette différence entre les situations des hommes et des femmes pendant le confinement.

Les femmes ont eu moins de possibilité de s’isoler que les hommes car elles ne disposaient pas d’une pièce dédiée, elles étaient plus souvent entourées d’enfants et ont passé plus d’heures quotidiennes à s’en occuper. L’étude détaille que lorsqu’elles étaient en télétravail, elles ne bénéficiaient pas nécessairement d’un arrêt pour garde d’enfants.

« Contrairement aux hommes, qui sont parvenus à imposer qu’il ne faut pas les déranger pendant une partie de la journée, les femmes, qui ont la charge des relations au sein de la famille, ne cloisonnent pas. Elles doivent rester disponibles »analyse le sociologue François de Singly.

Image d'erreur
Capture d’écran 9 juillet 2020 / Les Décodeurs

Tu veux en savoir plus sur cette étude ?

Tu peux découvrir les graphiques du Monde ou lire les résultats en entier.


Vous aimez nos médias ? Dites-le nous dans cette enquête !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Plus de contenus Féminisme

femme-nue
Chère Daronne

Je suis victime de revenge porn, mais c’est moi qui « ne me respecte pas » selon les potes de ma meuf

Chère Daronne

18 jan 2023

21
Sexo

Horoscope 2023 : quel sextoy pour votre signe astrologique

Humanoid Native
Monique_Wittig_ph._Colette_Geoffrey
Féminisme

Pourquoi les féministes d’aujourd’hui doivent redécouvrir l’oeuvre radicale de Monique Wittig

Maëlle Le Corre

08 jan 2023

2
Miss France
Féminisme

Le concours Miss France contrevient-il au droit du travail ? La justice a tranché

Maëlle Le Corre

06 jan 2023

sex workers rights
Féminisme

Pourquoi lutter contre les violences faites aux travailleuses du sexe est un enjeu féministe

Maëlle Le Corre

17 déc 2022

39
disabled_people_for_future
Société

« Il faut que les valides sachent remettre en question leurs privilèges »

Aïda Djoupa

03 déc 2022

14
assemblee nationale IVG premiere lecture
Féminisme

IVG : les députés votent l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

2
pexels-mart-production-violences conjugales
Féminisme

Mon copain m’a frappée : comment réagir, que faire quand on est victime de violences dans son couple ?

Chloé P.

23 nov 2022

44
nous toutes 2021
Féminisme

Où manifester ce samedi 19 novembre contre les violences faites aux femmes avec Nous Toutes ?

Maëlle Le Corre

18 nov 2022

Megan Fox dans Jennifer's Body
Cinéma

Bimbo non grata : comment la carrière de Megan Fox illustre l’avant-après #MeToo

Anthony Vincent

31 oct 2022

13
Une femme portant une couronne de fleurs au milieu d’un champ d’herbe, Oleg Gekman via Canva
Féminisme

Non, la tendance incitant à se « reconnecter à son féminin sacré » n’a rien de féministe

La société s'écrit au féminin