Live now
Live now
Masquer
drapeau mexicain flottant
Féminisme

« C’est un jour historique » : le Mexique décriminalise l’IVG

Depuis ce 7 septembre 2021, il est désormais anticonstitutionnel au Mexique de criminaliser les femmes qui ont recours à une interruption volontaire de grossesse.

C’est à la Cour suprême du Mexique que nous devons la bonne nouvelle de la semaine : suite à un vote à l’unanimité des dix juges qui la composent, il est désormais anticonstitutionnel de pénaliser l’avortement à l’échelle nationale.

Au Mexique, des lois différentes selon les territoires

Jusqu’ici, chacun des États fédérés mexicains disposait d’une certaine liberté dans les règlementations du droit à l’avortement.

Ainsi, dans les États d’Oaxaca, Hidalgo, Veracruz ou dans la ville de Mexico, l’IVG est autorisée jusqu’à 12 semaines tandis que d’autres territoires comme l’État de Coachuila sont dotés de lois pénales qui criminalisent les personnes y ayant recours, les exposant à des peines de prison.

Or, c’est pour examiner la légalité de ces articles pénaux de l’État de Coachuila que la cour suprême mexicaine s’est réunie en plénière ce mardi. En les déclarant inconstitutionnels à l’unanimité, l’institution crée un précédent très fort : sur l’ensemble du territoire, il est désormais contraire à la constitution d’entraver le droit des femmes à recourir à l’avortement.

L’IVG est dépénalisée au Mexique

Analysée par une source juridique dans Le Monde, cette décision historique devrait avoir des conséquences d’ampleur dans la vie des Mexicaines.

En premier lieu, face à un refus dans les centres de santé, elles pourront saisir un juge qui aura «le pouvoir d’ordonner que l’avortement soit pratiqué », explique l’avocat constitutionnel Alex Alí, Menze dans l’article.

Par ailleurs, les personnes emprisonnées pour avoir eu recours à un avortement jusqu’ici pourront être libérées.

« À partir de maintenant, il ne sera pas possible, sans violer les critères du tribunal et de la Constitution, de poursuivre une femme qui se fait avorter dans les cas validés par ce tribunal »

Arturo Zaldívar, président de la Cour suprême mexicaine

Une bonne nouvelle qu’on ne va pas se priver de fêter, vu le contexte !

À lire aussi : Satan avec nous ! Devinez qui s’engage contre la loi anti-IVG au Texas ?

Crédit photo : Jorge Aguilar / Unsplash


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1

La société s'écrit au féminin