Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Au secours, Pardon : un roman de Frederic Beigebeder

Initialement publié le 20 août 2007

Au secours, Pardon : le nouveau roman de Frédéric Beigbeder

Entre Moscou et Saint Petersbourg, le dernier roman de Frédéric Beigbeder ne tient pas toutes ses promesses.

« Les seuls sujets intéressants sont les sujets tabous » écrivait le dandy parisien dans Windows on the World, son dernier ouvrage. Dans Au Secours Pardon, il nous raconte, à travers des confidences faites à un pope dans l’Église de Moscou, la suite des aventures de Octave Parango.

« Au secours, Pardon, parle de la marchandisation du corps humain, prostitutionnel, pornographique, publicitaire, de ces filles de l’Est que l’on va recruter de plus en plus jeune ». A travers le parcours d’Octave venu en Russie pour recruter le fille parfaite pour la marque de cosmétique l‘Idéal Paris, une critique de la société capitaliste et de la société du spectacle. « Savoir ce qui ferait bander les mecs était mon job. » décrit lui-même le héros.

Crise de la quarantaine à l’appui, Octave fait preuve d’une désinvolture qui contraste avec la pétillance qui le caractérisait dans 99 francs. Ce personnage aurait pu être créé par Houellebecq tellement tout lui passe au-dessus.

Dès la première page de l’ouvrage, on retrouve cette citation de Théophile Gautier « L’amour : sentiment ridicule accompagné de mouvements malpropres » qui résume très bien l’état d’esprit d’Octave. Seulement, comme Beigbeder n’est pas un auteur encore totalement blasé, il va faire entrer Lena dans la vie d’Octave. C’est elle, la beauté parfaite. Cette jeune fille de 14 ans, est la seule qu’Octave peut aimer.

Comme à son habitude, Beigbeder ponctue ses mots des mots des autres. On retrouve les grands classiques de la littérature russe éparpillés tout le long de l’ouvrage, comme une caution à cette diatribe anti-capitaliste.

L’idée est bonne, l’écrivain talentueux, mais pourtant la sauce ne prend pas. Trop de provocation, trop de jeu de mots sans intérêt, un suspense dont on ne voit pas le bout, des pseudo réflexions politiques sur la Russie, ou la Tchétchènie qui ne mènent pas loin.

Le pamphlet de Beigbeder est rempli de lieux communs et de plaidoyer pour la liberté qui m’ont laissée indifférente.


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

8
Avatar de Idioma.
2 novembre 2008 à 22h11
Idioma.
C'est le livre que je lis en ce moment et j'aime beaucoup. Je trouve qu'il à un humour particulier.
Bien que ce soit mon premier Beigbeder, j'en ressort avec une impression plutôt psitive.
0
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en février 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en février 2024

Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

Humanoid Native
Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

Kendall Jenner // Source : URL
Culture

« Reading is sexy » : comment la génération Z et les stars reviennent aux livres papier

10
Copie de [Image de une] Shopping • Horizontale (1)
Culture

8 livres à découvrir en ce début d’année 2024

1
Copie de [Image de une] Horizontale (1)
Culture

On a discuté polyamour et réalité virtuelle avec les autrices de la BD « Le Champ des possibles »

Recommandations librairies livres féministe // Source : MonsteraProduction / Pexels
Culture

Nos puissantes amitiés, un essai qui replace l’amitié au cœur de nos vies 

COUV 3D
Livres

Le roman « 17 millimètres » aborde l’IVG à hauteur d’ado, et c’est essentiel

Copie de [Image de une] Verticale (1)
Culture

De la fiction Young Adult en bande dessinée : c’est le pari du nouveau label Combo

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-01-26T200853.534
Livres

Rentrée littéraire d’hiver : nos 5 romans coups de cœur

Capture d’écran 2024-01-26 à 14.27.16
Livres

Racha Belmehdi : « Le capitalisme nous a conduits à accepter qu’il fallait souffrir au travail »

La pop culture s'écrit au féminin