Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Apocalypse bébé, de Virginie Despentes

Sous le sapin, cette année, Eloïse a eu le bonheur de découvrir Apocalypse Bébé le dernier Virginie Despentes. Joie et papillons dans son cœur, elle nous en fait la revue.

Il faut dire qu’elle s’est définitivement classée au rang d’auteur féminin favori de ma bibliothèque. L’ayant découverte avec Baise-moi et Les chiennes savantes, j’ai enchaîné chacune de ses petits pépites vitriolées, un sourire ravi s’étalant entre mes deux oreilles. C’est que, je le reconnais facilement, j’adore les histoires de familles, les romans de riens, faits d’instants de vie, la douceur, la douleur, les jolis mots.

Mais parfois… Un bon coup de poing dans les tripes, c’est salutaire. La demoiselle s’y emploie à merveille et y réussit parfaitement. Un style qui happe et coupe le souffle

. Une plume qui tient en haleine, un ton dur, un parti pris. Un vocabulaire qui renvoie dans les cordes, sans être jamais gratuit.

Ce roman réussit l’exploit de mêler critique sociale, coups de gueules répétés, road-movie, enquête de privés, sexualité débridée et soleil Barcelonais.

D’aucuns encensent son style, sa plume, tout en regrettant les termes qu’elle emploie. Incompréhension. Une écriture d’une telle qualité en étant aussi vulgaire, c’est tout simplement jubilatoire.

Le roman commence par la  disparition d’une gamine de 15 ans,  petite richarde mal dans ses pompes, dont la famille préfèrera une enquête privée à des retombées médiatiques malodorantes. Valentine, de son prénom, se retrouvera  rapidement filée par Lucie, privée moyenne, dont la nonchalance frise l’apathie. Déphasée, elle se laisse porter par ses premières impressions remettant en perspective la notion toute relative de déviance. On la découvre finalement bien plus naïve que réellement simple.

Lucie est presque immédiatement dépassée par les évènements, et se retrouvera vite flanquée d’un acolyte hors norme, « La Hyène ». Une lesbienne revendiquée, une furieuse, violente et emportée, mais remarquablement douée en matière de disparition. Un cocktail détonnant que celui d’un être candide et d’un autre bien plus sardonique.

Le point de départ est donc relativement classique. Une disparition, des enquêtrices, une mission. Sauf qu’il jaillira de ce mélange une gerbe de mots acides, crus et cruels. Chacun en prendra pour son grade : gosses de riches, écrivains, lesbiennes, hétéros, policiers, religieuses. Virginie Despentes crache sur tout et sur tout le monde, personne n’est épargné, mais personne n’en ressort vraiment vexé. Il y a une flamme, un combat derrière tout ça. Et c’est un délice de suivre l’auteur dans ses pérégrinations, ses égarements. On en oublie par instants la gamine, ce qui ne rendra que plus violent encore l’aboutissement.

Ce roman a obtenu le prix Renaudot, en 2010.

> Référence : Apocalypse bébé, de Virginie Despentes


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

2
Avatar de Eloise V.
20 janvier 2011 à 11h01
Eloise V.
La réputation de Virginie Despente n'est plus à refaire.
J'avais acheté ce livre à la rentrée vers octobre, et j'ai été bien contente qu'il obtienne un prix.

C'est une des auteures françaises qui sait vous accaparer, le fameux "bon je finis ce chapitre et j'éteins. Encore 5 pages et j'arrête ...". Et ça m'agace aussi beaucoup que l'on déplore le vocabulaire employé. Il fait parti de son paysage. Et puis ses livres ne traitent pas d'histoires nian-nian. Le fond et la forme.

Bref, on se régale toujours avec le ton osé de Despente.

Ca me fait plaisir de lire ça

C'est bien toi avec un pseudo avec des underscores, avec un autre compte ? (Phrase qui ne veut rien dire ) Enfin, vu le prénom

Je l'ai emprunté à la bibliothèque. J'ai tout juste commencé, je viendrai lire la revue et donner mon avis quand j'aurais terminé.

Si j'ai bien compris ta question, je t'ai répondu avec mon autre compte

Lis le vite alors J'espère qu'il te fera le même effet qu'à moi.

Aaaaaah, je l'ai eu en septembre, je l'aime, je l'adore, kiff, kiff, coeur, coeur, quoi !

0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Livres

ode-calvin-et-hobbes
Culture

Ode à Calvin et Hobbes, la lecture-doudou par excellence !

6
« Comment redécouvrir votre sexualité ? » : Lisa Demma, autrice du livre qui décomplexe le sexe // Source : DR
Sexo

« ​​Quand on parle de libido, l’insécurité est toujours dans les parages » : Lisa Demma

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en février 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en février 2024

Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

Kendall Jenner // Source : URL
Culture

« Reading is sexy » : comment la génération Z et les stars reviennent aux livres papier

10
Copie de [Image de une] Shopping • Horizontale (1)
Culture

8 livres à découvrir en ce début d’année 2024

1
Copie de [Image de une] Horizontale (1)
Culture

On a discuté polyamour et réalité virtuelle avec les autrices de la BD « Le Champ des possibles »

Recommandations librairies livres féministe // Source : MonsteraProduction / Pexels
Culture

Nos puissantes amitiés, un essai qui replace l’amitié au cœur de nos vies 

COUV 3D
Livres

Le roman « 17 millimètres » aborde l’IVG à hauteur d’ado, et c’est essentiel

Copie de [Image de une] Verticale (1)
Culture

De la fiction Young Adult en bande dessinée : c’est le pari du nouveau label Combo

La pop culture s'écrit au féminin