Live now
Live now
Masquer
anastasia-kuba-photographie-nu-diversite
Arts & Expos

Dans « Nothing but light », Anastasia Kuba photographie des gens nus pour célébrer la diversité

La nudité pour s’accepter, c’est le projet de l’artiste photographe Anastasia Kuba.

Réussir à s’accepter et à aimer son corps tel qu’il est, c’est ce qui a motivé l’artiste Anastasia Kuba, ancienne danseuse nue, dans son projet Nothing But LightPendant 3 mois, elle a photographié, filmé et interviewé deux modèles nus par jour dans son atelier d’artiste.

À lire aussi : « Je me mets nue sur le web », Delilah témoigne sur son rapport à la nudité

L’une des forces et des difficultés de Nothing But Light, selon elle,  était que les personnes venaient d’horizons complètement différents 

: des volontaires de tous âges, professions, communautés et parcours ont ainsi pu participer à la réalisation du  projet.

Tous les participants n’ont d’ailleurs pas été castés de la même manière. Parmi les modèles, il y a des proches de l’artistes comme des inconnu•es rencontré•es sur Internet. L’artiste s’est elle aussi prêtée au jeu.

À lire aussi : Aliaa Elmahdy : la nudité comme symbole de liberté

Grâce à son projet elle a pu se rendre compte qu’elle partageait avec ses sujets une même lutte : la profonde conviction d’être indigne d’être aimé•e, à tel point que pour plaire aux autres, elle devrait changer ou prétendre être différente .

Ce qu’a pu remarque Anastasia Kuba est que pour les modèles, il était plus difficile de se mettre à nu par les mots en parlant chacun de leur expérience personnelle au sujet du projet après chaque shooting que de passer devant l’objectif. Elle déclare :

« Nothing But Light explore les concepts de frontières, vulnérabilité et consentement.  Notre corps est le reflet de notre propre expérience du monde. Il est également la cible facile la plus facilement exposée à l’irrespect, l’adoration, la honte, la négligence et le contrôle […] Laisser quelqu’un voir son corps est une façon de se livrer.

Je vois en ce projet une manière de laisser une place à l’empathie, au respect pour les personnes qui se livrent sans aucune frontière de consentement : elles pourront ainsi se voir et être vues telles qu’elles sont. »

big-we-women-photoshoot-acceptation-corps


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

4
Avatar de Meligood
19 mars 2016 à 17h03
Meligood
Comme les autres, j'aime beaucoup ces photographies. Merci pour l'article et la découverte .
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Arts & Expos

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

Humanoid Native
Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani // Source : Inès Pollon
Arts & Expos

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani

Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-11-07T175113.664
Culture

Bollywood Superstars : une exposition passionnante sur l’histoire du cinéma indien  

1
Morphine Blaze se confie sur son drag auprès de Madmoizelle lors d'une interview ChitChat Makeup // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

Morphine Blaze, drag queen : « J’ai été débookée de plein de shows parce que je suis une femme »

5
Jean-Baptiste Carhaix, Sister Sadie the Rabbi Lady. La première messe inter-églises « gay » en souvenir des malades du sida décédés depuis 1981, octobre 1983.
Arts & Expos

Pourquoi l’expo « Over the Rainbow » va vous mettre des arcs-en-ciel plein la vue et le cœur

1

La pop culture s'écrit au féminin