Live now
Live now
Masquer
homme tres heureux
Féminisme

54% des hommes hétéro se disent déconstruits, et 54% aussi estiment qu’être déconstruit, ça aide à pécho

Une étude parue aujourd’hui revient sur la « déconstruction » dans le couple hétérosexuel, particulièrement celle des hommes. Spoiler : les résultats sont un poil déprimants.

Qui, en 2022, demande encore aux hommes leur opinion sur le corps des femmes ? Réponse : le site de rencontre libertin Wyylde et l’IFOP, pour une enquête qui n’est pas sans intérêt, puisqu’elle porte sur les « hommes déconstruits ».

L’expression est vague, mais évocatrice. Le terme de déconstruction, concept philosophique complexe initialement pensé par Jacques Derrida, a en effet été largement diffusé dans le discours féministe de cette dernière décennie.

L’étude le résume comme :

« Un processus de réflexion et de prise de recul vis-à-vis de son schéma d’éducation, permettant de s’affranchir petit à petit des normes qui régissent les relations entre hommes et femmes sous le prisme de la domination masculine. »

Un homme déconstruit, ce serait donc un homme qui se serait défait de ses préjugés sexistes, de ses attentes normées… Et peut-être même de ses privilèges ?

Plus de la moitié des hommes s’estiment déconstruits

L’étude s’ouvre sur ce chiffre : 70% des femmes hétérosexuelles et bisexuelles affirment vouloir être en couple avec un homme déconstruit, et plus de la moitié des interrogés masculins souhaitent l’être — déconstruits, pas en couple avec un mec déconstruit, vous suivez, hein.

C’est chez les 18-24 ans que ce désir est le plus élevé, puisque 63% des hommes de moins 25 ans souhaitent être déconstruits.

Tous âges confondus, les hommes sont par ailleurs 54% à s’auto-évaluer comme tels… et 54% à avoir conscience que c’est ce qui attire les femmes de leur génération.

Mais si ces statistiques ont l’air encourageantes, certaines des réponses ne font pas rêver d’un monde meilleur.

Se défaire des normes, plus facile à dire qu’à faire ?

La suite de l’étude s’intéresse plus particulièrement à cette « remise en cause des schémas traditionnels associés à la domination masculine » par les hommes interrogés.

Elle calcule donc leur propension à remettre en question les modèles traditionnels au sein de la famille et du couple, les injonctions vestimentaires ou esthétiques pesant sur les femmes, les symboles de domination masculine au sein du couple, et les injonctions corporelles pesant sur les femmes.

etude_hommes_deconstruits
Étude Ifop pour Wyylde.com réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 27 au 31 janvier 2022 auprès d’un échantillon de 2 003 personnes, représentatif de la population française âgées de 18 ans et plus

Et si dans les domaines du partage des tâches ou de la vie familiale, les hommes sont tout de même une grande majorité à déclarer être en mesure de remettre les inégalités en cause, le son de cloche est assez différent sur le plan de sexualité, et surtout sur celui des injonctions corporelles.

32% des hommes refuseraient la contraception masculine

Parmi les chiffres étonnants, 17% des hommes de moins de 25 ans refuseraient de partager avec leur compagne les frais liés à la contraception et à son cycle menstruel. Soit 4% de plus que leurs aînés, un écart que le rapport analyse comme un signe d’immaturité sur les questions de sexualité.

Tous âges confondus, ils sont 32% à déclarer qu’ils refuseraient de prendre à leur charge la contraception au sein du couple en prenant des traitements réguliers tels que la pilule masculine ou le slip chauffant.

Par ailleurs, près de la moitié des hommes (47%) refusent de demander de l’aide psychologique en cas de difficultés, par exemple en suivant des séances de psychothérapie ou des groupes de paroles.

Des exigences physiques pas si déconstruites

Sur la question des caractéristiques physiques de leurs partenaires, les chiffres changent : c’est un homme sur deux, selon l’étude, qui refuserait de remettre en cause au moins une des injonctions corporelles pesant sur les femmes.

30% d’entre eux affirment qu’ils refuseraient d’être en couple avec une femme en surpoids, 20% refuseraient d’avoir pour partenaire une femme plus grande qu’eux en taille.

Et puis, il y a l’éternelle question des poils… 45% des hommes déclarent lors de l’étude qu’ils refuseraient d’avoir un rapport sexuel avec une femme qui aurait l’habitude d’avoir du poil aux jambes. Si les poils sont situés sur les aisselles, cette proportion augmente à 47%, et descend à 40% concernant les poils sur le pubis.

Est-ce que cette information a un intérêt ? Presque aucun — l’avis des hommes sur la désirabilité du corps des femmes n’étant clairement pas au programme des actualités à traiter chez Madmoizelle — si ce n’est un point.

Elle révèle que les hommes estiment avoir des comportements plus égalitaires que ce qu’ils ne le sont réellement.

Le discours VS la pratique

C’est d’ailleurs ce que souligne l’étude, qui — au regard des réponses reçues — calcule un pourcentage de 46,6% d’hommes déconstruits, contre les 54% qui déclarent l’être.

hommes_deconstruits

Et la gente masculine n’est pas la seule à surestimer sa propension à remettre les inégalités de genre en question, puisque 61% des femmes en couple avec un homme estiment avoir un mec déconstruit pour partenaire !

Les choix de l’étude, toutefois, nous laissent songeuses. Mesurer la « déconstruction » — terme par ailleurs remis en question par certains militants et militantes pour sa portée très individualiste — en interrogeant un panel de préférences masculines, sans jamais avoir de statistiques sur leurs actes (la manière dont son partagées les tâches domestiques, ou les réactions face aux comportements sexistes de leurs pairs, au hasard) semble être un choix un peu trop limité…

Parce qu’on les connaît, ceux qui s’empressent de se dire féministes sans jamais faire leur part du boulot. On les voit. Et on ne leur touche pas le zob. Faut pas pousser.

À lire aussi : Les lassées de l’hétérosexualité témoignent : « Les relations avec les hommes se ressemblent toutes »

Photo : Andrea Piacquiadio / Pexels

Les Commentaires
8

Avatar de RaccoonJesus
17 mars 2022 à 21h23
RaccoonJesus
ils resteront des hommes cis, perçus comme tels dans une société patriarcale...
Après dans une société où être perçu comme une femme ou un homme n'a pas d'incidence sur son parcours de vie, ils perdraient leurs privilèges.
Tomber de son piédestal, c'est pas facile à accepter.
0
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Féminisme

femme-nue
Chère Daronne

Je suis victime de revenge porn, mais c’est moi qui « ne me respecte pas » selon les potes de ma meuf

Chère Daronne

18 jan 2023

21
Monique_Wittig_ph._Colette_Geoffrey
Féminisme

Pourquoi les féministes d’aujourd’hui doivent redécouvrir l’oeuvre radicale de Monique Wittig

Maëlle Le Corre

08 jan 2023

2
Miss France
Féminisme

Le concours Miss France contrevient-il au droit du travail ? La justice a tranché

Maëlle Le Corre

06 jan 2023

sex workers rights
Féminisme

Pourquoi lutter contre les violences faites aux travailleuses du sexe est un enjeu féministe

Maëlle Le Corre

17 déc 2022

39
disabled_people_for_future
Société

« Il faut que les valides sachent remettre en question leurs privilèges »

Aïda Djoupa

03 déc 2022

14
assemblee nationale IVG premiere lecture
Féminisme

IVG : les députés votent l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

2
pexels-mart-production-violences conjugales
Féminisme

Mon copain m’a frappée : comment réagir, que faire quand on est victime de violences dans son couple ?

Chloé P.

23 nov 2022

44
nous toutes 2021
Féminisme

Où manifester ce samedi 19 novembre contre les violences faites aux femmes avec Nous Toutes ?

Maëlle Le Corre

18 nov 2022

Megan Fox dans Jennifer's Body
Cinéma

Bimbo non grata : comment la carrière de Megan Fox illustre l’avant-après #MeToo

Anthony Vincent

31 oct 2022

13
Une femme portant une couronne de fleurs au milieu d’un champ d’herbe, Oleg Gekman via Canva
Féminisme

Non, la tendance incitant à se « reconnecter à son féminin sacré » n’a rien de féministe

La société s'écrit au féminin