Clay Jensen (13 Reasons Why), de mec ultra-boring à anti-héros profond

Souvent raillé à cause de sa mono-expression et de sa personnalité taciturne, Clay Jensen est un personnage abouti, dont Kalindi veut se faire l'avocate.

Clay Jensen (13 Reasons Why), de mec ultra-boring à anti-héros profond

Si tu m’avais dit douce lectrice, il y a quelques années, que je tomberais tête la première dans 13 Reasons Why, j’aurais ri grassement.

Mais à force d’en entendre parler, j’ai fini fin 2018 par me mettre au diapason et j’ai donc maté les deux saisons d’un coup, en étant vraiment surprise de trouver la série passionnante, bien que je n’en sois pas a priori la cible directe.

13 Reasons Why, un programme fort et nécessaire

13 Reasons Why aborde des thèmes puissants, et lève le voile sur la possible réalité de lycéens, harcelés ou agressés sexuellement par leurs camarades. 

Souvent taxée de violente, la série a en tout cas pour mérite d’explorer des problématiques souvent exemptes des films et séries à destination des adolescents, comme le suicide, le viol, le harcèlement et la démission du corps professoral vis à vis des comportements les plus vils de leurs élèves.

Vendredi dernier, la saison 3 du programme évènement est sortie sur Netflix, prenant de nouveaux axes narratifs tout en conservant ce qui faisait son ADN de base.

Moins violents et abruptes que ceux des deux premières à mon sens, ces épisodes étudient les comportements des personnages principaux avec un œil affuté.

Parmi les protagonistes les plus intéressants, on compte bien sûr Clay Jensen, présent depuis le premier épisode.

Mutique, placide et un rien antipathique, Clay a souvent été la risée des discussions qui entouraient la série. 

Pourtant, il est selon moi l’un des héros les plus efficaces des séries Netflix pour ados.

Voilà pourquoi.

Clay Jensen, un héros qui évolue

Clay est un ado qui n’a pas le sourire facile.

Et c’est compréhensible si tu considères tous les évènements merdiques qui lui tombent sur le coin de la tronche toutes les 2 minutes.

Contrairement à d’autres héros de séries pour adolescents, il est loin d’être stéréotypé. 

Plutôt taiseux de nature, il ne parle jamais pour ne rien dire, un peu à l’instar de The Driver, incarné par Ryan Gosling dans le film Drive.

Oui j’ose la comparaison !

Il a ce même air un peu dépassé par les évènements en permanence et tu sens que sous son air ultra-calme, quelque chose bout.

J’aime justement avoir l’impression qu’un héros ne livre pas tout d’un coup, qu’il contient au départ ses violences intérieures pour les laisser exploser plus tard.

Dans cette saison 3, Clay n’est du coup plus le personnage-victime qu’il était au début. 

La violence à laquelle il a été confronté l’a transformé en jeune homme nerveux, toujours à deux doigts d’en coller une à quiconque cherche des noises à l’un de ses potes.

Ce qui m’amène à sa qualité principale…

Clay Jensen, un héros altruiste

Si Clay a manqué pas mal de discernement avec Hannah, la jeune femme qui s’est suicidée et a décidé d’envoyer des cassettes à chacune des personnes qu’elle tient pour responsable de son geste, il est bien décidé à ne plus laisser de catastrophe arriver.

Alors, Clay s’intéresse aux autres, se soucie des autres, vit pour les autres, quitte à souvent se sacrifier.

À la toute fin de la saison 2 par exemple, il tient un discours poignant à Tyler, qui est sur le point d’aller tuer des élèves du lycée, et finit par le dissuader de commettre le pire.

Il l’aide à s’enfuir et récupère lui-même les armes à feu, alors que la police est sur le point de débarquer.

Il est comme ça Clay, prêt à se mettre dans une merde noire pour ses amis. C’est le sauveur de tous les opprimés.

Attention spoilers !

La suite de cet article spoil la saison 3 de 13 Reasons Why.

Clay Jensen, un exemple de masculinité positive ?

Cette saison 3 introduit un tout nouveau personnage : Ani.

Jeune femme intéressante puisqu’apparemment en possession des secrets de Bryce, l’affreux violeur et harceleur de la série, porté disparu après un match de football.

Elle est la nouvelle narratrice du programme, et c’est à travers son identité qu’on en apprend plus sur celles de ses camarades de classe.

Clairvoyante, elle arrive toujours rapidement à saisir la personnalité de ceux qui l’entourent, quitte à parfois passer pour une zinzin.

C’est Clay qui se charge de faire découvrir l’école à cette nouvelle venue, avec l’air blasé et taciturne qui le caractérise.

Au détours d’une explication laborieuse sur les casiers, il assiste à une « dispute » entre deux élèves, dont l’un secoue un peu l’autre.

Révolté, Clay cède à une pulsion, et se jette sur l’agresseur, lui assénant de laisser sa victime tranquille.

« C’est mon frère » répond celui-ci.

Clay lui oppose, quand même un peu gêné, que ça n’a pas d’importance et que les frères devraient se soutenir. 

Profondément bouleversé par  la violence qui a agité son lycée, le jeune homme ne supporte plus les altercations et encourage des rapports plus sains entre les filles et les garçons mais aussi juste entre les garçons.

Car on ne va pas se mentir, les groupes de mecs du lycée Liberty High s’entraînent les uns les autres dans une toxicité menaçant souvent l’ordre de l’établissement.

Et ça, Clay n’en peut plus.

Il est le seul personnage masculin de la série à parler de fraternité, à l’heure où tous athlètes de l’école se font des coups bas et adoptent une mentalité résolument non-sport. 

En cela, et malgré ses nombreux défauts, Clay est un héros important, seul porte-parole avec ses quelques amis (notamment Jessica qui fera l’objet d’un autre papier) de valeurs un plus nobles que celles de ses camarades aux bras musclés.

Clay, un héros qui est toujours où on ne l’attend pas

Parfois, Clay annihile lui-même les traits de sa propre personnalité, ceux cités plus haut, et cède à ses instincts les plus bas.

Ainsi, il menace son camarade Bryce de mort, exerce la même violence qu’il exècre et devient de plus en plus désagréable avec son entourage, tout préoccupé qu’il est par la menace qui pèse sur lui (l’enquête sur la disparition de son ennemi juré).

Clay est donc un anti-héros plutôt finement écrit, qui ne se contente pas d’être simplement une « bonne personne » mais se laisse aussi aller aux facettes les plus sombres de sa personnalité. 

Double et profond, il est sans doute l’un des meilleurs personnages masculins des séries Netflix pour ados, et celui qui me touche le plus, bien qu’il dégage une chaleur humaine comparable à celle d’un Bernard l’ermite.

En tout cas, que tu aimes ou non son personnage, je te conseille de laisser sa chance à la saison 3 de 13 Reasons Why, qui a vraiment viré du côté polar et a su se renouveler même après l’histoire bouclée et tragique de sa première narratrice. 

Mais peut-être l’as-tu déjà binge-watchée ? Si tel est le cas, n’hésite pas à venir me donner ton avis en commentaire.

À lire aussi : Retour sur l’affaire Weinstein, le scandale qui a tout ébranlé

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!