Un week-end en Belgique : que faire à Bruxelles et Charleroi ?

À l'occasion de la Journée de la frite belge, voici nos bons plans de visites culturelles en Belgique ! Viens vite découvrir Bruxelles, la chaleureuse capitale, et Charleroi, la ville industrielle en pleine renaissance.

Un week-end en Belgique : que faire à Bruxelles et Charleroi ?

Le 1er août, c’est la Journée internationale de la frite belge. Je ne sais pas si tu as déjà eu l’occasion d’y goûter, alors en résumé : c’est gras, c’est doré, ça croustille et c’est moelleux en même temps. Bref, les frites belges sont délicieuses, et ont l’inestimable avantage de combler les creux de ton estomac pour une quinzaine de jours – au moins.

Mais il serait tout de même dommage de réduire à ça les merveilles du plat pays. Parce que oui, la Belgique regorge de choses intéressantes à voir et à faire. D’abord à Bruxelles, la capitale, la changeante, l’hétéroclite, une ville facile à aimer et où il fait bon vivre, l’une des plus posées des capitales européennes. Mais aussi à Charleroi, la mal-aimée, l’industrielle, qui fait le phoenix avec un renouveau créatif ces dernières années.

Comme j’ai une grande confiance en tes capacités à trouver le Manneken Pis ou une adresse pour manger des gaufres sans mon aide, voici plutôt des idées de lieux culturels à visiter ou de bars dans lesquels prendre un verre sans être entouré•e de touristes venus déguster de la fricadelle.

Quelques trucs à savoir avant de partir

  • La Belgique fait partie de l’Union Européenne, ce qui signifie que tu peux voyager avec une carte d’identité seulement, et sans troquer tes euros contre des dollars. D’ailleurs, certaines banques françaises ont un accord avec les banques belges, ce qui t’évitera de payer des frais supplémentaires si tu fais un retrait d’argent.
  • Si tu es nul•le en langues étrangères, une partie du pays, la Wallonie, est francophone. Mais ça reste une solution de facilité, et je sais que tu vaux mieux que ça. Si tu te rends dans les Flandres, mieux vaut faire un effort d’anglais – surtout que les Flamand•e•s gèrent grave la langue de Shakespeare.
  • La Belgique partage une frontière avec la France. Donc elle n’est pas loin. Et elle est accessible facilement pas les transports. Cela dit, évite le train, à moins de t’y prendre très en avance. Pour te donner une idée, le Thalys coûte au moins une centaine d’euros aller-retour pour passer la frontière en partant de Paris ou de Lyon. En revanche, tu peux opter pour le covoiturage en toute confiance : ton humble scribouillarde garantit une ambiance sympa à l’aller comme au retour. Les ID-bus sont également une solution possible et peu onéreuse !

À lire aussi : 5 bonnes raisons de faire du covoiturage

  • Le pays de la frite, ce n’est pas les États-Unis. Les villes sont à taille humaine, et tu peux très bien avoir vu les points importants de la capitale en deux jours de week-end. Bruxelles est divisée en communes, d’anciennes villes indépendantes qui lui ont été rattachées plus tard, et qui déterminent donc les adresses postales. Si tu souhaites prolonger ton séjour au-delà des villes que je vais te présenter, tu peux te rendre en peu de temps à Gand, Ostende, Anvers, Mons, Bruges… Et donc Charleroi, dont j’ai choisi de te parler parce qu’elle est proche de la capitale et encore peu touristique.

À Bruxelles

(Même Dick Annegarn est nostalgique tellement Bruxelles c’est bien)

  • Pour découvrir la ville et admirer le paysage

Comme je sais que tu trouveras la Grand-Place, voici plutôt une suggestion pour prendre de la hauteur : se rendre au parking 58, qui donc, est un parking, oui. Dit comme ça, ça a l’air peu glamour, sauf que du haut de cet édifice, tu as une vue à 360° sur Bruxelles, et contre ça, tous les Atomium du monde ne peuvent rien. Jusqu’au début de l’automne, son toit accueille Les Jardins Suspendus, un véritable jardin en rooftop (un mot américain qui fait branchouille) avec de quoi te poser comme si tu étais à la campagne et prendre l’apéro.

Autres idées de balades sympas : aux Marolles, un coin populaire et historique de Bruxelles qui possède encore une vraie vie de quartier, ou aux étangs d’Ixelles, pour passer ton dimanche au frais et au calme au bord de l’eau. Pour savoir où trouver des objets vintage, et bien plus encore pour poser ta valisette, tu peux consulter les cartes USE-IT, de jolis plans pop à imprimer tout en anglais, qui recensent les endroits funky de la capitale belge. Si tu veux rencontrer d’autres voyageurs, locaux ou touristes, ça se passe au ViaVia, un café avec d’immenses vitres où sont organisés des workshops et des débats. On y vient pour discuter, rencontrer des gens et s’ouvrir à d’autres horizons.

  • Pour écouter de la musique et boire des verres (des bières, mais pas que)

Si tu veux être le Marty McFly de ces lieux, j’ai ce qu’il te faut : Madame Moustache, un bar ultra-coloré style années 50, comme en témoigne son logo à l’ancienne. Tu pourras t’y trémousser sur du jazz, et outre son esthétique vintage, Madame Moustache propose aussi des concerts. Avec un bonus pour le photomaton en noir et blanc où immortaliser tes mèches une fois éméché•e. Pour écouter de l’électro et du rock, ça se passera au Café Central, un bar où tu peux aussi continuer à danser toute la nuit jusqu’à trouer tes baskets.

madame-moustache

Si tu as plutôt les écouteurs branchés sur la chanson francophone, tu peux aller boire un verre au bar Goupil Le Fol, qui possède un véritable jukebox. Le cadre est absolument génial et ressemble à celui d‘une vieille brocante, avec des accumulations de cadres, de vinyles, et d’objets anciens en tout genre, qui te donnent l’impression d’avoir atterri dans un roman du XIXème siècle.

  • Pour cultiver, non pas son jardin, mais sa personne

Bien sûr, il y a des musées à Bruxelles. Mais si tu ne tiens pas en place devant un tableau au Louvre, il existe des lieux un peu plus alternatifs. L’un des plus prisés est le Recyclart, une plateforme culturelle basée dans une ancienne gare désaffectée, qui joue sur tous les fronts. Son objectif de départ était de donner un nouvel élan aux lieux urbains abandonnés, et de « faire le lien entre l’underground et l’institutionnel » et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça fonctionne. Le Recyclart propose donc des soirées électro et alternatives, des expos, des ateliers, des conférences, héberge un centre de production artisanal, des lieux de travail et un bar…

Pour voir de l’art contemporain, fais un petit tour à la galerie WIELS. Installée dans une ancienne brasserie, elle propose des expos, parfois de créateurs émergents, des ateliers pour enfants et des artistes y viennent même en résidence. Pour l’art graphique, ça se passe à la Galerie E², endroit nomade où tu pourras dégotter des livres, fanzines, gravures, et sérigraphies indés, le tout agrémenté d’expos et de concerts.

Et si tu es plutôt fana de cinéma, rendez-vous au Nova Cinéma, une salle associative qui diffuse des films indépendants et possède son propre-foyer bar. Il organise régulièrement des séances thématiques, mais aussi des expos !

  • Pour mettre le nez dans des bouquins

librairie-styx-bruxelles

Je ne fais pas te faire un dessin, mais la bande-dessinée belge, c’est un monument : Tintin, Spirou, Le Chat de Geluck, les séries de Bob de Moor… Toutes ces références sont un peu datées, mais on fait encore de fort belles choses dans la bande-dessinée aujourd’hui. À Bruxelles, tu peux trouver de chouettes petites librairies indépendantes où découvrir la nouvelle bande-dessinée de Belgique et d’ailleurs. Tu reconnaîtras par exemple la librairie Ptyx, à sa façade qui ressemble à une page de dictionnaire, avec des images d’auteurs célèbres. Outre ses grands rayonnages, elle propose aussi des expositions et des rencontres avec des auteurs. Pour dégotter des bouquins très variés, tu peux aussi faire un tour à la librairie Candide, qui existe depuis une éternité, ou à Joli Mai librairie, qui privilégie l’édition indépendante.

  • Pour dénicher des trésors 

À Bruxelles aussi, on peut faire des affaires sans jouer dans la cour des institutions européennes. Adepte des friperies et autres brocantes, tes voeux seront exaucés. Tu peux par exemple te rendre aux Petits riens, une entreprise d’économie sociale qui ressemble à un genre de grande boutique Emmaüs fourre-tout. Des livres, de l’électroménager, de la vaisselle, des jouets pour enfants… Les billets que tu dépenseras pour te procurer tout ça sont reversés pour l’accompagnement des personnes en difficulté.

les-petits-rien-bruxelles

Et pour augmenter ta collection de broderies au crochet encadrées ou de vélos anciens, n’oublie pas de faire un tour au marché aux puces de la Place du Jeu de Balle, hyper-animé le week-end. Il est aussi entouré de tout un tas de terrasses de bars-restaurants où prendre le soleil. Car le beau temps à Bruxelles, ce n’est pas une chose qu’on aura jamais, je te le promets.

À Charleroi

(Avertissement : ce clip est à prendre au 8000ème degré)

  • Pour ouvrir ses horizons multi-culturels

L’aspect le plus intéressant de Charleroi actuellement est sa vie culturelle, dynamisée par plusieurs plateformes qui pimpent tant la ville que tu vas avoir du mal à faire un choix. Commence par exemple par Le Vecteur, installé dans un ancien théâtre. Difficile de te résumer ce que tu pourras y découvrir, entre les expos, les concerts, les sessions musicales sur le toit, les séances de cinéma, les performances d’artistes, la bibliothèque… Je mise d’ailleurs quelques deniers sur un accueil fort sympathique. Un peu dans le même état d’esprit, tu peux visiter l’Eden, le centre culturel régional de Charleroi. Il sert à la fois de salle de concert, de théâtre, de galerie d’art, accueille des débats, et héberge même une brasserie en son sein !

Autre lieu à visiter si tu es adepte des cultures urbaines : le Rockerill. Il s’agit en fait d’une ancienne usine avec des forges, qui a été réaménagée pour devenir un lieu culturel – un truc plutôt courant dans le coin, comme tu commences à le constater. Comme ses confrères carolos, le Rockerill propose une pléthore d’activités : il accueille des artistes, héberge une coopérative de ferronnerie, organise des apéro-concerts et a même son propre label de musique.

Si tu aimes la culture qui fait travailler ton cervelet, tu peux aussi prévoir un crochet par BPS22, le musée d’art de la Province de Hainaut, à laquelle appartient Charleroi. Les expos présentées s’intéressent aux problématiques contemporaines du monde qui nous entoure, et le lieu, avec sa grande verrière, vaut également le détour.

le-vecteur-charleroi

  • Le Vecteur, rue de Marcinelle 30, 6000 Charleroi
  • L’Eden, boulevard Jacques Bertrand 1, 6000 Charleroi
  • Le Rockerill, Rue de la Providence 136, 6030 Charleroi
  • BPS22, Boulevard Solvay 22, 6000 Charleroi
  • Pour manger typique et visiter la ville

Si tu tiens à faire un petit tour du patrimoine industriel de Charleroi, qu’on a souvent tendance à décrier ou à considérer comme moche (à tort, diront les vrais), tu peux te laisser tenter par un safari urbain. Ce concept, lancé par Charleroi Adventure, propose, avec un humour noir certain, de découvrir les lieux les plus déprimants de la ville. L’idée peut sembler un peu étrange au premier abord, donc vas-y si tu as le coeur accroché et le rire cynique.

bistrot-la-quille-charleroi

Après cette escapade, viens donc te restaurer un peu. On m’a conseillé la Quille, un bistrot, qui, comme l’indique son nom, est un ancien jeu de quilles. La partie qui servait de terrain dans le fond, le bouloir, a été transformée en restaurant. Côté bar, ça se la joue troquet à l’ancienne, avec un zinc, du ciment, et un choix de bières assez important – quand on part en Belgique, c’est quand même un point sur lequel on a de sacrées attentes.

À lire aussi : 5 destinations européennes low-cost qui changent d’Ibiza

Et toi, quels sont tes bons plans en Belgique ? Viens donner de l’amour et du waterzoï dans les commentaires !

Mille mercis à Camille, Irène, Marie-Gaëlle, Agathe et Margherita pour leurs suggestions ! 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 45 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Alawon
    Alawon, Le 14 août 2015 à 15h44

    Lundi, je serai à Bruxelles avec ma meilleure pote jusqu'à mercredi soir :cretin: hihihi
    Si vous avez vent de trucs à surtout pas louper à cette période ... je suis toute ouïe !

    :rainbow:

Lire l'intégralité des 45 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)