Webroman « Alive » / Chap. 13 : Kydd

Les conversations ont cessé quand Lise a ouvert sa délicieuse bouche. Personne ne semble être capable de répondre à sa proposition qui n’en était pas une et c’est sans doute ce qui fait frissonner l’assistance. Un sourire discret se loge sur ma gueule et je savoure la mine terrifiée de Lola. Elle est défaite, ce […]

Webroman « Alive » / Chap. 13 : Kydd

Les conversations ont cessé quand Lise a ouvert sa délicieuse bouche. Personne ne semble être capable de répondre à sa proposition qui n’en était pas une et c’est sans doute ce qui fait frissonner l’assistance. Un sourire discret se loge sur ma gueule et je savoure la mine terrifiée de Lola.

Elle est défaite, ce soir. Elle ne s’est pas maquillée, n’a pas enfilé de talons hauts et ses cheveux sont complètement en bataille. Elle n’est pas mon type mais il faut bien l’avouer : même brouillonne, elle est sublime. Je jette un regard à Alexandre qui reste loin de sa petite copine et c’est à croire qu’ils sont brouillés. Se serait-il enfin rendu compte que c’est une pétasse sans le moindre intérêt ?

En réalité, je m’en fiche. Alexandre est à moi et cela ne changera pas, peu importe la pute qu’il choisit pour poser à côté de lui sur les tapis rouges. Mon regard dévie, comme d’habitude mon attention n’est pas très soutenue, je me déconcentre vite, les choses ne m’intéressent pas.

L’atmosphère est passée de fraiche à carrément glacée pendant que je divaguais. Ils ont tous les yeux rivés sur moi et sincèrement, ça me gonfle. On dirait qu’ils attendent que j’infirme ce que Lise a dit. Ils sont morts de trouille.

Jusqu’à présent, nous avions toujours pris des paris risqués mais ils étaient toujours basés sur le principe de celui qui a le plus de couilles. Le gagnant était celui qui restait jusqu’au bout.

Le hasard avait toujours eu une place considérable en décidant des joueurs. Il n’avait jamais décidé de qui vivrait ou mourrait.

C’est une dimension que Lola et les autres n’avaient vraisemblablement pas prise en compte lorsqu’ils nous ont rejoints. Mais aucun d’eux ne quittera la salle. Ils sont trop accros à la sensation que leur procure le Jeu. A l’impression qu’ils jouent peut-être la dernière minute de leur vie.

La porte de l’entrepôt s’ouvre en grand et Tristan entre.

Tristan a la trentaine révolue et l’air du jeune trader qui réussit. Il se prend pour un mécène sous prétexte qu’il paye ma came. Ça lui donne le sentiment d’être important. Il passe la main dans ses cheveux bruns pleins de boucles lustrées et sourit à l’assistance.

Tristan ne fait pas que jouer, Tristan est accro au risque. Si les dés le veulent, ce soir sera sa cinquantième partie de roulette russe.

Malgré les apparences, Tristan est un raté. Mais un raté riche.

Il hoche la tête dans ma direction et vient se placer juste derrière mon fauteuil. Je ne réagis pas et foudroie Jade, cette minable perdante, qui entre accompagnée d’une Olivia pleine de bleus et la tête encore plus basse que d’habitude. Elles sont suivies de Camille et tout le monde est enfin là.

Lise reprend la parole et plus personne ne me regarde. Je ne suis plus le centre d’attention et mon monde s’est arrêté de tourner. Mon cœur bat au ralenti.

« Les deux plus hauts scores s’affronteront. »

Elle me tend les dés et je l’entends à peine murmurer, alors que sa main effleure la mienne et que j’entends mon propre cœur s’emballer, comme si j’avais quinze ans.

« Who will be the pussy tonight? »

Lise est une drogue, un poison.

Je lance les dés, distrait par le regard brulant de Lise. Ses longs cheveux noirs tombent en cascade sur ses épaules et son regard se détourne, insaisissable, lorsque les dés heurtent le sol.

Oh baby don’t you know I suffer?
Oh baby can you hear me moan?

Six.

Olivia s’empare des dés, comme pressée d’en finir, comme s’ils étaient son seul salut. Elle les laisse glisser doucement le long de son bras gauche couvert de traces de piqures au creux du coude et de bleus sur l’avant bras et sort un deux.

Camille et Lola font cinq et c’est le tour de Clovis qui fait frissonner l’assemblée avec un dix.

Tristan s’empare des dés et les lance, comme si de rien était, comme s’il jouait au Jeu de l’Oie. Onze. Il sourit, confiant… heureux. Ce soir est son soir.

C’est le tour de Catherine qui lance et obtient huit, Alexandre la suit avec un sept. Je ne parviens pas à m’empêcher d’être soulagé.

Alexandre me rappelle beaucoup Edwin… Il y a la même étincelle dans son regard et son sourire est aussi chaleureux… Alexandre me fait du bien, autant que m’en faisait Edwin. Je me sens intéressant, quand il est là. Il se préoccupe de moi.

Je renifle de mépris quand Jade prend les dés. Elle regarde à peine Clovis, ses yeux sont encore rouges d’avoir trop pleuré et elle se sent méprisée. Elle a raison. Elle a perdu.

Elle lance les dés comme un défi, narquoise.

Quand elle se rend compte qu’un double six s’étale sur leurs deux faces, elle devient blême. Tristan avance d’un pas, un sourire de requin fiché sur les lèvres et elle recule, effrayée.

Lise disparaît dans un froissement de tissus et Catherine explose :

« Elle ne peut pas jouer contre Tristan ! Elle a joué la dernière fois ! »

« Ce n’est pas toi qui décide. », je réponds mollement. Catherine ne se dressera pas contre moi, elle est mon esclave.

« Tristan joue à la roulette russe comme il respire ! Elle va se tuer ! Tu ne peux pas laisser faire ça ! »

Elle hurle, je mets le son sur off. Je tourne la tête sans dissimuler mon agacement et me lève. Je m’approche de Catherine qui attend, figée, que je lui réponde. Je lève la main et avant que je n’aie le temps de la gifler une douce chaleur envahit mon poignet.

C’est Lise qui me retient. Je tourne la tête pour la regarder droit dans les yeux et il y brûle une immense douceur et pourtant un avertissement. Je ne dois pas tout faire rater. Pas maintenant.

Je baisse le bras, apaisé par sa force.

« Ce sont les dés qui décident. »

Lise a tranché, sereinement.

« Lise, ne fais pas ça ! »

Catherine crie en vain, plus personne ne la regarde. L’attention du groupe est focalisée sur l’objet que Lise dépose au centre du cercle.

Un revolver.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Karma Vengeur
    Karma Vengeur, Le 30 avril 2010 à 1h22

    Quel suspeeeens, ca deviens risqué, j'aime beaucoup la manière dont petit a petit les personnages se rapprochent des trucs plus sérieux c'est bien amené :) !

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)