Le poids de la virginité au Liban vu par Layali, 19 ans, plus vierge, mais « pas représentative »

Esther s'est penchée sur le sujet de la virginité au Liban. Une injonction, un tabou : elle vous livre sa discussion avec une jeune libanaise qui n'est plus vierge.

Le poids de la virginité au Liban vu par Layali, 19 ans, plus vierge, mais « pas représentative »
madmoiZelle au Liban
Esther est partie recueillir les témoignages des jeunes femmes de plusieurs pays, à travers le monde, avec une attention particulière portée aux droits sexuels et reproductifs : liberté sexuelle, contraception, avortement.

Elle a déjà rendu compte de ses rencontres avec des sénégalaises et sa deuxième étape l’a menée au Liban ! Elle y a réalisé interviews, portraits, reportages, publiés au fil des jours sur madmoiZelle.

Pour retrouver le sommaire de tous les articles et la genèse du projet, n’hésite pas à jeter un œil au sommaire de présentation : madmoiZelle en reportage au Liban !

Tu peux aussi suivre au jour le jour ses pérégrinations sur les comptes Instagram @madmoizelledotcom et @meunieresther, avant de les retrouver ici bientôt !

Lorsqu’on commence à aborder la question des droits sexuels et reproductifs au Liban en s’intéressant en particulier aux jeunes, il est une chose à côté de laquelle on ne peut pas passer : l’injonction à la virginité.

Le sexe avant le mariage est tabou. C’est l’une des raisons pour lesquelles il n’y a pas d’éducation sexuelle au Liban : pourquoi fournir une éducation au sexe alors que vous n’êtes pas censé·e le pratiquer ? Ce serait au contraire l’encourager.

Jusqu’en 2011, une loi permettait même de légitimer cette vision des choses dans le droit.

À lire aussi : Une femme vend sa virginité pour 1,2 million d’euros

19 ans, plus vierge « depuis un moment » : une exception au Liban ?

Layali elle, a un copain et à 19 ans, elle n’est plus vierge depuis un moment, mais elle estime ne pas être « représentative ». Au fond d’un café de Beyrouth, elle se confie après avoir jeté un regard alentours, comme pour vérifier que personne ne pouvait l’entendre :

« Je pense que le sexe ne devrait pas être un tabou. Je suis du genre à aimer ouvrir ce type de débats avec les gens : « qu’est-ce que vous pensez de ça ? Et de ci ? ». Mais beaucoup de personnes ne pensent pas comme moi. »

Son copain ne la blâme pas pour sa non-virginité, ça lui convient.

« Je pense qu’il aurait préféré que je sois vierge. J’étais sa première fois sans qu’il la soit pour moi, mais ça se passe bien. En même temps, on se rapproche toujours des gens qui ont la même perception que nous, les mêmes valeurs.

Je sais pertinemment que beaucoup d’autres hommes ne pourraient pas accepter ça mais de toute façon je ne pourrais jamais être avec quelqu’un d’aussi fermé. »

À lire aussi : « J’ai perdu ma virginité à 29 ans » — Témoignage

« Il faut « se respecter », mais qu’est-ce que ça veut dire ? »

Lorsque je lui demande quelles sont les raisons invoquées pour justifier l’impératif de la virginité, elle est frustrée de ne pas pouvoir me donner beaucoup d’explications.

« Le truc, c’est que quand tu leur demandes pourquoi, ils ne sont même pas toujours capables de te répondre. Ils disent qu’« il faut se respecter ». En quoi se faire plaisir n’est pas se respecter, je n’ai toujours pas compris… »

Ça la met d’autant plus en colère qu’il y a un véritable double standard entre les femmes et les hommes.

« Pour les hommes la virginité ne revêt pas le même sens. Une femme doit se conserver pour son mari, mais un homme au contraire, on le valorise lorsqu’il couche avec une femme.

C’est perçu comme un besoin physiologique. En somme, un homme qui a eu beaucoup d’expériences sexuelles est bon à marier car ça y est, il a couru les jupons et n’aura plus besoin de le faire par la suite. »

Je suis interloquée : comment peut-on valoriser le fait qu’un homme couche avec des femmes mais refuser que celle qu’il épousera ne soit plus vierge ?

« Celles avec qui ils couchent et celles avec qui ils se marient ne sont pas les mêmes », me répond Layali.

Elles ne jouissent pas du même statut, du même respect, loin de là.

À lire aussi : Slane Girl : le Héros et la Salope

La virginité : une question de morale ou de religion ?

Selon Layali, « c’est presque plus une histoire de morale que de religion ».

« Quoi que, c’est vrai que cette morale est sans doutes inspirée de la religion, c’est son aspect social. Par exemple mon père ne pratique pas, il n’est pas religieux, mais jamais je ne pourrais lui dire que je ne suis plus vierge.

Il deviendrait fou. Il se demanderait ce qu’il a mal fait dans mon éducation pour que sa fille ne se respecte pas, ne respecte pas sa famille… »

Selon elle, vérifier l’état de l’hymen avant le mariage n’est plus monnaie courante. Pourtant, elle estime aussi qu’on risque toujours être déshéritée si l’on est accusée de ne plus être vierge au moment de la nuit de noce.

Elle parle de pression sociale et d’hypocrisie :

« Le problème c’est que tu peux avoir les parents les plus ouverts du monde, tu as quand même peur de leur réaction. Parce que tu sais que si les voisins l’apprennent, la communauté l’apprend… C’est l’honneur de ta famille qui est ruiné.

Tous les ragots vont tellement vite, et les gens associent tes actes à ceux de tes proches. Donc s’ils considèrent que tu es une dépravée, ils vont parler sur l’intégralité de la famille. »

On pourrait être tenté·es d’ignorer le qu’en dira-t-on… mais ce n’est pas aussi simple, ajoute-elle :

« C’est bête et méchant, c’est de l’exclusion, c’est du « ne leur parle pas, ils ont une mauvaise influence ». »

Layali ressent d’autant plus cette pression qu’elle est druze – à l’origine une branche de l’Islam qu’elle qualifie de « milieu chelou ».

Selon elle, il s’agit d’une petite communauté où tout le monde se connaît.

« On vient des montagnes et on est vraiment peu nombreux. Du coup, lorsque tu rencontres des druzes, tu fais attention à les garder dans ton entourage car tes parents veulent que tu te maries avec un fils druze. Et en même temps tu dois faire très attention à ton comportement parce que tu sais que quelque part vous êtes liés et que des histoires à ton sujet peuvent remonter. »

Elle n’a visiblement que faire de ces recommandations : son petit ami actuel est chiite.

À lire aussi : Le « savon de virginité », un produit dangereux qui fait des ravages

Une transition qui permet aux « extrêmes » de coexister

Selon elle, on est à l’heure actuelle dans une période de transition.

« En parler avec les parents, les grands-parents, ou devant la face du monde c’est impossible. Il y a un vrai fossé générationnel en la matière. La plupart du temps, les parents n’ont aucune idée de ce que font leurs enfants. »

Son exemple est éloquent, mais elle en a encore bien d’autres.

« Un jour, une amie a invité un garçon chez elle. Ils ont couché ensemble. Mais sa mère l’a découvert et est entrée dans une colère noire, elle ne comprenait pas comment sa fille « avait pu lui faire ça ». »

Elle admet que même au sein de sa propre génération le tabou est tenace dans certaines sphères. Comme elle me le disait au début de notre conversation, Layali aime lancer des discussions autour du sujet tabou du sexe.

Mais clairement, elle ne le fait pas avec tout le monde. Elle raconte :

« Tu ne parles pas de sexe comme ça, avec n’importe qui. Bien sûr, avec mes amies on en parle oui. Mais elles partagent les mêmes points de vue que moi. Je n’en parle pas trop ailleurs, car c’est difficile de savoir comment vont réagir les gens.

On est dans un flou où l’on peut rencontrer les deux extrêmes : des personnes qui veulent absolument conserver leur virginité et d’autres qui ont complètement abandonné cette idée, qui couchent avec énormément de gens, comme si c’était pour militer contre ces barrières. »

Layali conclut notre conversation en lançant que tout ça n’est que du « bullshit ».

« La virginité est un mythe, l’hymen n’est pas une membrane que l’homme devrait venir percer… Mais les conservateurs ne veulent rien entendre à ce sujet. »

À lire aussi : La vérité sur l’hymen, par Laci Green (sous-titrée VF)

De mon côté, c’est effectivement ce qui m’a démangée pendant toute la conversation et au contraire des conservateurs dont elle parle, je suis prête à en entendre davantage.

Une opportunité qui s’est présentée quelques jours après ma rencontre avec Layali.

Une discussion publique a été organisée à l’Université américaine de Beyrouth, sous le titre « Déconstruire la virginité ». Je vous raconte tout ça dans l’article à paraître demain, avec dedans un « tuto DIY hyménoplastie ».

* Le prénom a été modifié

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Au croisement de la rubrique actu et de la rubrique témoignages, elle passe de temps en temps une tête à l’étranger pour tendre son micro aux madmoiZelles du monde entier !

Tous ses articles

Commentaires
  • Cépamoi
    Cépamoi, Le 3 juin 2018 à 15h06

    J'ai beaucoup aimé cet article et je trouve le partage d'expérience toujours intéressant mais comme @Azala, j'y reconnais une France pas si lointaine et même si maintenant, il y a eu des améliorations, ne serait-ce qu'en termes de conséquences (les risques encourus ne sont pas comparables), je trouve que les deux situations se ressemblent quand même beaucoup sur le principe. Du coup, je suis surprise de la surprise d' @Esther :dunno:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!