J’ai été vierge jusqu’à 22 ans

Par  |  | 397 Commentaires

Voici le témoignage d'une madmoiZelle qui a connu tardivement les joies de la galipette. Elle raconte son parcours et la façon dont elle a vécu cette virginité.

J’ai été vierge jusqu’à 22 ans

Publié initialement le 5 avril 2012 

Avant d’en arriver à être vierge à 22 ans, il y a eu quelques étapes, que voici.

Chapitre I – Le dépucelage de la bouche

Jusqu’à mes 14 ans, les garçons ne faisaient pas partie de mes centres d’intérêt. Comme je ne faisais pas non plus partie des leurs, ce n’était pas plus mal pour mon moral. Pour que vous vous représentiez mon degré de sexyness, je mesurais la taille d’un Polly Pocket, j’avais le relief d’un Macbook Air et mon appareil en alu étincelait au soleil.

J’aurais pu vivre sereinement ma vie de pucelle de la bouche. L’adolescence en a décidé autrement. Dans la cour de récré, ça parlait roulage de pelle à tout va et l’idée a germé en moi que je loupais peut-être un truc et qu’il était bizarre que je ne prête aucune attention à ce qui semblait être un des principaux centres d’intérêt de mes congénères. Or, quand tu es un teenager, être bizarre, c’est synonyme d’exclusion sociale : plus motivée par la honte que par le désir, j’ai commencé à complexer et à mentir par omission en société.

Les années ont passé, mes hormones se sont (un chouïa) réveillées, mais pas de garçon en vue jusqu’à la fin du lycée. Je me suis mise à penser que je finirai comme la Céline chantée par Hughes Aufray (jeu de mot vintage inside). Ou comme Steve Carell version fille.

Elle c’est Céline, et sa vie n’est pas gaie

http://www.youtube.com/watch?v=_lJYMmV8O2o

Lui c’est Steve, et à 40 ans il est toujours puceau

ANGOISSE.

Le bac, les vacances d’été, le soleil au zénith, le surfeur qui veut devenir médecin dans une ONG (waaaah), premier baiser (wouh!), il est trop beau, il sent bon le sable chaud. Sea, pelles and sun. C’était cool (Oui, mes références sont datées. Non, je ne suis pas si vieille).

Après avoir capté le mode d’emploi de base, j’ai pensé que tout serait plus facile avec la gent masculine. Ben non.

Voilà comment, lectrice, je me suis retrouvée vierge à presque 22 ans. Et c’est un euphémisme de dire que je n’assumais pas la chose.

Chapitre II – Le dépucelage, le vrai

culotte vierge

Comme vous avez pu le constater au vu du pedigree de mon premier flirt, j’avais des exigences assez élevées en matière de garçon. Intelligent, beau, drôle, il me fallait le pack complet.

J’attendais donc THE ONE. Celui dont je serais grave éprise et qui serait grave épris de moi en retour. Sauf qu’il n’arrivait pas.

Finalement, j’ai revu mes exigences à la baisse. L’élu pourrait juste être un garçon chou avec lequel j’aurais une jolie histoire.

Toujours pas. L’année de mes 20 ans, à deux reprises, mes amoureux se sont carapatés quand je leur ai dit que j’étais vierge. Oui, parce que je voulais quand même les prévenir, histoire qu’ils soient doux (ça fait peur quand même) et puis parce que c’est sympa à partager comme info je trouve. Raisons invoquées du largage : ils pensaient « qu’ils n’étaient pas les bons » et ne « voulaient pas que je m’attache» (sic). Hey les mecs, même si ça part d’un bon sentiment, je suis quand même assez grande pour faire des choix et je ne me souviens pas avoir indiqué qu’on irait se pacser juste après.

« Vierge pas assumée »

J’en suis finalement arrivée à la situation énoncée dans le titre : moi, Sidonie F., 22 ans, vierge, pas assumée. Aussi ridicule que cela puisse paraître, c’en était venu à me pourrir la vie. Spéciale dédicace à Doctissimo qui m’a rassurée sur le fait que je n’étais pas la seule. J’allais certainement finir pucelle et dévorée par mes futurs chats.

À ce stade, j’ai fait un pacte avec moi-même : le prochain garçon avec qui j’aurais envie d’aller plus loin sera le bon. Je l’ai rencontré dans une fête. Attirance électrique. Il repartait loin le lendemain. On a couché ensemble au petit matin de notre rencontre. Je ne lui ai rien dit. J’ai eu un peu mal. Mais c’était plutôt pas mal. Il n’a rien vu. On ne s’est jamais revus.

Avant de sauter le pas, j’avais hésité, de peur de regretter. Avec le recul, je suis contente d’avoir pris cette décision qui m’a permis de passer outre ce que je considérais comme un problème. J’ai voulu partager cette expérience car je pense que beaucoup souffrent des barrières de normalité qu’elles s’imposent à elles-mêmes (voilà que je philosophe !).

Pssst, toi qui es vierge et pas fière de l’être, ça ne change pas ta vie non plus hein ! Alors, paix en toi. Tu ne finiras certainement pas dévorée par tes chats.

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires
Forum (397) Facebook ()
  • Lovely_Sunshine
    Lovely_Sunshine, Le 30 mai 2017 à 22h49

    J'ai aussi fait mon premier baiser "tardivement" (à 17 ans, et avec un mec qui l'a fait sans mon consentement, beurk) et j'ai fait ma première fois à l'âge de 21 ans. Comme beaucoup d'autres, j'avais vachement honte d'être toujours vierge à 18 ans passées, et encore pire après 20 ans. Et comme d'autres, j'ai caché que je l'étais parce que j'avais honte (comme je l'ai dit), mais aussi parce que les gens trouvaient ça bizarre (genre t'as forcément un mégaaaa gros "défaut": "mais tu serais pas lesbienne?"/"coincée?","nan mais le prince charmant ça exise pas tu sais...", "tu vas finir avec des toiles d'araignées entre les jambes ha ha", etc.) notamment les gars que ça faisaient fuir. J'ai du faire face aux même types de réactions que celles citées dans l'article (mais bordel c'est quoi le problème avec ça? Il faut vraiment démysthifier la virginité et la première fois!!). Et ce qui est vraiment débile, c'est que on est vierge, on a honte, les gars veulent pas coucher avec nous à cause de ça, donc on reste vierge, le temps passe et on a encore plus honte, et etc. Jusqu'à ce que la situation se débloque (par un moyen ou un autre). Personnellement, j'ai arrêté de culpabiliser. Parce que après avoir réfléchi, je me suis aperçue que ma virginté était un choix de ma part, et que les filles ayant fait leur première fois plus tôt n'avait pas forcément une vie sexuelle plus épanouie que la mienne. Et bordel de bordel (oui, c'est la deuxième fois que je dis cette grossièreté), c'est quoi le problème avec le fait d'être vierge?! Pourquoi on devrait avoir honte et se dépecher de coucher avec quelqu'un lorsqu'on n'en a pas envie et/ou qu'on ne se sent pas encore prête, juste pour faire comme tout le monde et rentrer dans les normes?
    Bon bref, les filles, si vous êtes toujours vierges après 18 ans, no panic! ;) Au final, je suis très heureuse d'avoir résisté à la pression sociale et d'avoir attendu de me sentir prête et en confiance avec un partenaire pour sauter le pas, car ma première fois s'est très bien passée et j'en garde un bon souvenir! Si je peux vous donner (encore) un conseil, c'est de ne pas hésiter à parler de ce qui vous fait peur avec des personnes que vous estimez ouvertes d'esprit, avec qui vous vous sentez en confiance, qui ne vous jugeront pas :) Ou lisez des articles sur Madmoiizelle si vous n'osez pas parler! ;) Cela va vous rassurer et aider à déstresser et à relativiser :)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!