Urban Decay renonce au marché chinois

Urban Decay vient d'annoncer le lancement de la marque sur le marché de la Chine. Le souci ? Cette marque réputée pour être vegan et cruelty-free doit revoir ses principes, qui sont peu compatibles avec les exigences des autorités chinoises.

Edit du 10 juillet 2012 : suite aux réactions des consommateurs, Urban Decay décide finalement de ne pas se lancer sur le marché chinois ! Pour en savoir plus sur cette décision, rendez-vous sur le site officiel, où la marque a publié un communiqué pour tout expliquer. Une très bonne nouvelle qui nous montre que le consommateur peut faire pencher la balance de son côté !

Urban Decay est, depuis longtemps, réputée pour être une marque impliquée dans la lutte contre les tests sur les animaux. Gros chambardement depuis quelques jours : la marque se lance en Chine. Or, en Chine, les tests sur les animaux sont obligatoires pour pouvoir commercialiser un produit cosmétique… Urban Decay tourne t-il le dos à ses valeurs ?

En Chine, la règlementation sur les produits de beauté est un peu particulière : en gros, pour pouvoir être vendus, les produits doivent être testés sur les animaux. Urban Decay, qui a bâti une grande partie de sa réputation sur l’aspect cruelty-free, se retrouve donc face à un dilemme : soit tourner le dos à des convictions qui ont fondé la marque, soit se lancer sur ce marché qui représente, potentiellement, un max de sous.


Urban Decay a publié sur son site officiel un communiqué pour expliquer ce geste. Selon eux, en s’installant sur le marché chinois, Urban Decay va pouvoir jouer un rôle et faire bouger les choses en faveur de l’abolition des tests sur les animaux. Un peu comme le ver dans la pomme, diffuser leurs valeurs cruelty-free pourrait bien ouvrir les yeux des consommateurs. Oui, mais, quid du test des produits ? La marque se défend en invoquant que leurs matières premières ne seront toujours pas testées sur les animaux, mais que rien ne pouvait empêcher les autorités chinoises à tester les produits finis fabriqués par la marque. Urban Decay se défend également de se lancer dans l’aventure par goût du profit… Mais bel et bien pour « essayer de changer le monde ». Pour lire le reste du long communiqué, rendez-vous sur le site officiel (en anglais).

Alors, pour vous, est-ce que la marque tourne le dos à ses principes et utilise des prétextes plutôt fallacieux, ou donne un nouvel espoir de faire évoluer la législation chinoise ? Est-ce que vous comptez arrêter d’acheter cette marque à cause de ce revirement ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 42 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • NanaCoubo
    NanaCoubo, Le 25 février 2016 à 13h05

    S-L
    (en même temps je suis bourrée de contradictions, je suis végétarienne et j'aime la fourrure, faut pas chercher :cretin:)
    :stare::facepalm:

Lire l'intégralité des 42 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)