Une asso publie des tutos « beauté » pour parler des attaques à l’acide

Une association indienne publie des tutos beauté un peu spéciaux pour lutter contre les attaques à l'acide. Un beau projet pour combattre la barbarie !

Make Love Not Scars est une association dont le but est d’aider les survivantes d’attaques à l’acide à reprendre une vie normale et de sensibiliser contre ce type de violence barbare. Pour sa dernière campagne, #EndAcidSale, qui lutte contre la vente non contrôlée des acides forts, l’asso a fait appel à Reshma, une jeune Indienne de 18 ans qui a été attaquée à l’acide sulfurique alors qu’elle se rendait à un examen dans le Nord de l’Inde.

Dans deux vidéos inspirés des tutoriels beauté si populaires sur YouTube, la jeune femme explique comment appliquer son rouge à lèvres et réaliser un joli trait d’eye-liner. À la fin de chaque tuto, Reshma tire la sonnette d’alarme : en Inde, une bouteille d’acide coûte moins cher qu’un tube de rouge à lèvres ou de mascara, et est tout aussi facile à trouver.

Avec ces vidéos percutantes, Make Love Not Scars espère frapper un grand coup et alerter les politiques du pays sur ce phénomène qui touche de plus en plus en monde. En effet, entre 2012 et 2014, les cas d’attaques à l’acide ont augmenté de 250%. En Inde, 1000 cas d’attaques à l’acide sont répertoriées chaque année et 90% concernent des femmes.

Pour accompagner sa campagne, l’association a aussi lancé une pétition pour interdire la vente d’acides aux non-professionnels. Elle a déjà récolté près de 37 000 signatures et n’attend plus que la tienne !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 16 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Freehug
    Freehug, Le 15 septembre 2015 à 7h44

    @Lila Ó Dubthaigh : je pense que c'est juste une maladresse, et qu'il faut comprendre que non seulement le sexisme est très présent dans la culture indienne et que ça provoque des violences insupportables, mais qu'en plus les attaques à l'acide sont fréquentes ENTRE AUTRES parce que cette substance est très accessible. Enfin c'est mon avis. Les armes blanches aussi sont très accessibles (ne serait-ce que pour cuisiner) mais ces femmes ne sont pas poignardées (enfin pas dans les mêmes circonstances). Ces hommes ont des poings, et elles ne sont pas forcément tabassées. Mais l'acide, c'est presque trop facile : un liquide qu'on balance avant de s'enfuir, sans avoir besoin d'être en contact physique prolongé avec la victime, qui se retrouve atrocement brûlée. C'est une arme qui atteint des sommets en terme de cruauté et de lâcheté. Donc je comprends qu'on veuille interdire la vente libre d'acide aussi corrosif (en plus en tant que particulier ça ne sert à rien).

Lire l'intégralité des 16 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)