Trois poissons dont vous devriez vous méfier

Le poisson tigre goliath ou encore le pacu : tout ces petits enfoirés sont de la poiscaille dont on doit se méfier. Gare à vos pieds si vous vous baignez !

Trois poissons dont vous devriez vous méfier

Article initialement publié le 14 janvier 2013

Tous les ans c’est pareil, à chaque départ à la mer on se rappelle soudain de l’existence des requins et des méduses et on se dit qu’on va encore risquer sa vie, tout ça pour pouvoir faire le poirier dans l’eau, se prendre pour Ariel et aller taper un check à Poséidon. Mais quels sont vraiment les dangers auxquels on s’expose ? Quelles sont les créatures dont on ne se méfie pas mais dont on devrait se tenir éloigné-e-s ?

Voici donc trois poissons, dont le poisson tigre goliath (rien que le nom, déjà…) que vous feriez mieux d’éviter lors de votre prochain tour à la plage, sous peine de repartir avec quelques morceaux en moins (et ce serait DOMMAGE).

Le Pacu

Si ce nom vous dit quelque chose, c’est parce que le Pacu est devenu la star des faits divers qui font peur et un peu rigoler en même temps depuis quelques semaines. Surnommé « Poisson Mange-Couilles » ou « Le dévoreur de testicules », il s’est fait remarquer après quelques attaques bien ciblées sur les petits corps frêles de nageurs suédois cet été.

Proche cousin du Piranha, le Pacu n’a, a priori, pas grand-chose à foutre en Scandinavie, puisqu’il est originaire d’Amazonie — mais que voulez-vous, les temps changent, les mers aussi, et le Pacu étend peu à peu son territoire de chasse.

On en a même retrouvé dans l’Illinois en 2012, et la théorie avancée quant à leur présence dans le coin n’est on ne peut plus plausible : ils ont été créés par des lesbiennes athées qui les ont relâchés dans le coin pour dévorer les testicules des hommes et ainsi asseoir leur domination et détruire les hommes. J’vois pas comment on pourrait remettre cette histoire en doute.

Et sinon, pourquoi cette passion dévorante (hahaha, j’fais des blagues) pour les couilles ? Tout simplement parce qu’elles ressemblent aux noix dont les Pacu sont friands et qui se trouvent facilement en Nouvelle-Guinée, là où ils trainent d’habitude.

Donc forcément, même si leur environnement change, leur régime reste le même, et quand ils trouvent des trucs qui ressemblent vaguement à leur friandise préférée, bah ils se ruent dessus hein. Imaginez un peu si les pénis humains ressemblaient à des Snickers, on ferait moins les malins.

Donc évidemment, pour se faire grignoter les noix par un Pacu, il faut se baigner à poil, donc c’est qu’on cherche déjà un peu la merde — mais putain, qu’est-ce qu’ils viennent foutre en Scandinavie, je vous l’demande ? (Ah oui : les lesbiennes athées, voilà.)

Si ça peut vous rassurer, beaucoup de spécialistes restent encore très sceptiques face à ces accusations — mais c’est parce que les scientifiques sont rien que des gros rabats-joie, voilà tout.

Le Poisson Tigre Goliath

Bon. Vous allez voir que finalement, les Pacu et les Piranha, c’est de la gnognotte à côté de ce qu’on peut trouver dans certaines rivières.

Laissez-moi vous présenter le Poisson Tigre Goliath. Déjà le bordel il s’appelle poisson TIGRE, mais comme ça suffisait pas, on a rajouté Goliath derrière pour être sûr que tout le monde comprenne bien qu’on a affaire à un monstre.

Imaginez deux secondes si le requin tigre s’appelait Requin Tigre Goliath (indice : on serait tous décédé depuis le premier Homme en fait. On aurait évolué, et après il se serait baigné en faisant « HIHIHI LALALA C’EST RIGOL… » et après le Requin Tigre Goliath aurait débarqué et BIM, fin de l’Humanité, ciao les copains).

Squattant tranquillement le fleuve Congo, le Poisson Tigre Goliath peut atteindre le mètre cinquante de long (soit à peine une tête de moins que Prince ou Eva Longoria, pour l’échelle) et les cinquante kilos. Ah, et haha, petit détail qui a son importance, parce que la taille ne fait pas tout dans la vie : il possède trente-deux grande dents triangulaires acérées, parce que sinon, c’est pas MARRANT.

Et oui, il s’en est déjà pris aux humains, sinon je vois pas bien l’intérêt d’avoir une gueule pareille. Il a tendance à nous confondre avec des poissons et s’excite comme un taré dès qu’il capte nos petits clapotis dans l’eau (et si en plus vous portez des bijoux qui brillent comme des écailles au soleil, c’est baisé pour vous).

Le Goonch

Avec un nom pareil, on croirait avoir affaire à un méchant de dessin animé, mais malheureusement, il n’y a rien d’enfantin dans l’histoire que je vais vous raconter.

Le Goonch est une espèce de poisson-chat aux proportions complètement démesurées qui peut atteindre jusqu’à deux mètres de long (et certains pensent qu’il en existe de plus gros encore, parce que deux mètres c’était pas suffisant pour nous faire flipper tiens). Ce poisson est devenu tristement célèbre en 1998, année au cours de laquelle sont survenues deux attaques UN PEU flippantes dans les eaux de la rivière Kali.

D’abord, au mois d’avril, Dil Bahadur, 17 ans, a été entraîné au fond de l’eau alors qu’il était en train de se baigner, sous les yeux de sa petite amie et de plusieurs témoins. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Trois mois plus tard, c’est un petit garçon qui a subi le même sort sous les yeux de son père. Là encore, aucun corps n’a été retrouvé. Mais les humains n’étaient pas les seuls à subir ce genre d’attaque : un buffle a également été entraîné dans l’eau par une étrange créature alors qu’il était en train de boire. BONNE AMBIANCE.

Du coup, des enquêtes ont été ouvertes, le biologiste Jeremy Wade est venu avec toute son équipe pour filmer un épisode de son émission River Monsters et tenter de venir à bout du mystère du Goonch mangeur d’hommes.

A priori, tout prendrait sa source dans les restes des bûchers funéraires régulièrement balancés dans l’eau : les poissons auraient pris goût à la chair humaine à force de s’en faire balancer plein la tronche, et auraient décidé d’aller en chercher de la plus fraîche, parce qu’ils se sont pris pour des Ducs et qu’ils pouvaient plus se contenter de ce qu’on leur donnait.

Après avoir tenté d’amadouer les bêtes avec des restes de bûcher, Jeremy Wade en a attrapé un de près de deux mètres de long, et a lâché tranquillement qu’il devait y en avoir de beaucoup plus gros puisque celui-ci n’était pas assez grand pour être le mangeur d’homme soupçonné. Voilà. Tranquille.

Ah oui si tu es là pour la Chasse au Poisson d’Avril, non c’est pas là désolée.

Maintenant je vous laisse méditer sur le fait qu’un poisson de deux mètres de long ne soit pas assez grand pour vous manger, mais qu’il existe quand même, et que du coup ça veut dire qu’il existe des spécimens de PLUS de deux mètres de LONG qui eux peuvent vous manger.

 

YOUPI LA NATURE !

Voilà, maintenant vous pouvez rajouter au moins trois tronches à votre liste noire aquatique — et croyez-moi, y a de quoi en rajouter un paquet. Parce que les fonds marins sont des portails vers L’ENFER. Et que la nature se fout constamment de notre gueule. Voilà.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Anakin
    Anakin, Le 21 août 2014 à 18h38

    Ah bah c'est décidé, je vais plus jamais me baigner autre part que dans une piscine pour enfants :fear:
    Mais je devrais parler de la théorie des lesbiennes qui veulent conquérir le monde avec des poissons à ma soeur ça lui donnera des idées :rotate:

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)