C’est comment, la pénétration, quand on a un vagin ? 12 femmes racontent !

Tu t'es toujours demandé à quoi ça ressemble, le sexe, pour les gens qui ont une vulve, un clitoris et un vagin ? Ces douze femmes ont accepté de partager leur ressenti... en profondeur !

C’est comment, la pénétration, quand on a un vagin ? 12 femmes racontent !

Il y a deux choses incontournables dans le sexe hétéro :

De là à dire que les deux seraient liés…

Depuis que le mythe des femmes « vaginales ou clitoridiennes ? » est tombé, le clitoris est présenté comme le Saint Graal et sa représentation est devenu un véritable symbole féministe.

Au point qu’il est parfois vendu comme un bouton magique qu’il suffirait d’actionner pour procurer du plaisir — ce que cet article sur le toucher de vulve infirme clairement !

Le pauvre vagin pâtit de tout ce buzz autour du clito…

En plus de créer de l’appréhension chez les femmes vierges, à qui on promet une première fois dans la douleur, la pénétration vaginale est présentée comme un symptôme de notre (porn) culture bite-centrée.

Mais on aurait tort de tourner le dos à la pénétration vaginale (ce qui donnerait potentiellement une sodomie).

Déjà parce que le vagin est entouré par les branches du tout-puissant clitoris, ensuite parce qu’il se referme en un col de l’utérus aussi sensible que sous-exploité.

Tout ça pour vous dire, qu’avoir un vagin, c’est quand même cool.

Douze femmes ont accepté de me décrire leurs sensations pour répondre à cette interrogation :

C’est comment la pénétration quand on a un vagin ? 

Quelle personne à pénis ne s’est jamais posé la question ? Difficile, en effet, de se mettre dans la peau (enfin les muqueuses) des autres !

Même les intéressées ont parfois galéré à évoquer leur ressenti :

J’ai eu du mal à trouver mes mots… C’est pas facile de décrire ça.

L’écriture de ce petit texte m’a forcée à réfléchir beaucoup sur les sensations provoquées et je me suis rendue compte avec surprise que ce n’était vraiment pas facile de décrire à quelqu’un un corps qui ne fonctionne pas comme le sien.

C’était un exercice très intime.

Ce recueil de témoignage donnera un aperçu richement détaillé à tous ceux et toutes celles qui aimerait connaitre le sexe côté vagin — et rassurera, je l’espère, les plus vierges d’entre vous.

Les prénoms ont été modifiés.

Avoir un vagin pendant les « préliminaires »

Les organes génitaux « féminins » étant majoritairement internes, avoir un vagin ne se ressent pas plus qu’avoir des narines dans la vie de tous les jours. Marion explique :

Sans excitation, c’est une cavité « normale », mais quand le désir monte les parois se gonflent pour devenir un coussin confortable, mouillé, et très sensible.

Au moment de l’excitation sexuelle le vagin prend en quelque sorte vie, et procure des sensations plus intenses. Impression de courant électrique, chaleur, chatouille… Le ressenti est différent selon chaque personne.

Ce que je ressens quand je me caresse ou que je me fais caresser, c’est comme un courant électrique qui part de mon entrejambe jusqu’à mon cœur et qui reste à ce niveau….

Jusqu’à ce que de nouvelles caresses provoquent de nouveaux courants électriques qui viennent s’ajouter aux précédents.

Lorsqu’on me met un doigt, c’est une sorte de chatouille — mais pas une chatouille où tu te tapes une barre. C’est une chatouille qui fait des frissons dans ton bas-ventre. Parfois, ça me fait rétracter mes jambes de plaisir.

Il y a comme une vague de chaleur qui monte dans mon ventre, je sens mon sexe devenir chaud et humide, gonflé et beaucoup plus sensible.

Rania livre un témoignage inspiré sur les prémices de l’excitation :

Je sens que, de cette tension qui m’étreint, naît le liquide qui détrempe ma vulve. Enfin on me libère de ma torture !

Un doigt glisse le long de ma fente, de mon vagin jusqu’à mon clito. A ce moment-là, un chœur de mille anges entonne « L’ode à la joie » et mes yeux se révulsent.

Avoir un vagin pendant la pénétration

Plusieurs témoignages décrivent les sensations vaginales avant pénétration comme une urgence à être « remplie » :

Quand  je suis très excitée, je sens comme une petite contraction qui peut devenir très légèrement douloureuse, si par exemple les préliminaires durent longtemps sans pénétration.

Comme s’il y avait besoin de combler le vide de mon vagin.

La pénétration est un moment vraiment particulier. Lorsque mes lèvres s’écartent pour laisser entrer la verge, je sens une vague de chaleur.

À ce moment-là, j’ai l’impression de n’être pas complète tant que mon partenaire n’est pas entré jusqu’au bout.

Pendant que la main me caresse, je ne suis plus qu’un sexe gonflé et palpitant qui se contracte, se relâche et se contracte encore.

J’ai besoin que quelque chose pénètre ma chair, force mes parois et atteigne le cœur de ma souffrance.

Sentir le gland pousser les parois et se faire un passage jusqu’au fond, être pleine, c’est comme un besoin vital.

Au moment du coït, difficile de décrire précisément la sensation d’être pénétrée :

J’adore la sensation du pénis qui rentre car il touche un tas de terminaisons nerveuses sympas sur son passage. L’axe compte pour beaucoup.

Concrètement, c’est sentir un truc chaud dans son bas-ventre qui épouse les formes de son vagin, comme si tout était à sa place.

La sensation de pénétration durant le coït est quelque chose de très fort. On ressent comme de l’électricité, des frissons dans l’entrejambe, et cet effet grandit et monte dans le corps. C’est envoûtant et vivifiant.

Je sens la verge au niveau de ma vulve et au fond du vagin. Entre les deux, la sensation est imprécise.

Passée cette sensation de plénitude, de complétude, ce sont les mouvements de va-et-vient du pénis qui font monter le plaisir.

C’est une impression de vie à l’intérieur de soi. Chaque mouvement donne un sentiment de plénitude, au sens propre comme au figuré d’ailleurs.

Les allers-retours provoquent la plupart du temps des contractions du périnée qui accentuent le plaisir, comme une sorte d’ouverture et de fermeture sur le pénis, ce qui accentue encore les frottements.

Je ressens des vagues successives de plaisir. Je pense que c’est le mouvement qui est le plus important.

Finalement, la taille du pénis importe peu, ce que je sens surtout, c’est le frottement contre ma paroi vaginale, et la force du mouvement.

Le meilleur moment pour moi : lorsque mon partenaire est sur le point de jouir et que les frottements sont encore plus intenses !

La question de la profondeur de la pénétration revient souvent. Stimuler le sensible col de l’utérus peut être à double tranchant…

Pendant la pénétration, il y a la zone du col de l’utérus qui est très sensible, qui fait comme un chatouillis dans le creux du ventre.

Selon les cycles menstruels, les sensations sont différentes. Ça peut faire mal à une certaine période du cycle quand le pénis rentre trop profondément par exemple.

On sent que ça tape dans quelque chose (notre cher utérus en l’occurrence), et c’est très désagréable, comme une petite contraction de mal de ventre.

J’aime quand ça « tape dans le fond » parce que ça peut être extrêmement bon.

Cependant, quand je suis sur mon partenaire, la longueur peut devenir un problème parce que je sens que mon vagin est trop petit pour le contenir. J’ai l’impression d’être écartelée, que mon col de l’utérus pourrait s’ouvrir !

Mais une fois dans le bon angle, la vitesse me fait oublier toute autre notion que la plénitude de ce penis qui remplit mon corps.

Le plaisir se propage dans tout mon ventre, je ressens comme des chatouilles ou des papillons partout dans cette zone.

Plus le pénis va loin, plus je ressens ces papillons… mais s’il va TROP loin, j’ai comme l’impression que quelqu’un me donne des coups de poings à l’intérieur !

Avoir un orgasme quand on a un vagin

Si beaucoup de témoignages précisent que la stimulation clitoridienne est indispensable pour jouir, le vagin joue un rôle actif dans l’orgasme :

Au moment de l’orgasme (qui est grandement facilité par une stimulation clitoridienne), mon vagin est secoué de spasmes, ce qui me fait encore plus ressentir le pénis de mon partenaire ou le sextoy.

Plus je sens l’orgasme approcher, plus la chaleur se propage comme une bulle qui englobe mon bassin entier.

Au moment de l’orgasme, je ressens des salves de plaisir, comme si je surfais sur des vagues chaudes, tremblantes et les contractions de mon vagin deviennent délicieuses.

Et côté zizi ? C’est comment de pénétrer un vagin ?

Les personnes à pénis, vous pouvez encore m’envoyer vos témoignages à queencamille[at]madmoizelle.com, ce sera l’objet d’un prochain article !

À lire aussi : Est-ce que le vagin s’élargit avec le nombre de partenaires sexuels ?

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Greeen
    Greeen, Le 19 juin 2018 à 20h51

    @MissLeaaa

    Spoiler

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!