Petit Bateau et le scandale des bodys dits sexistes

Ah, doux Internet mondial ! Il ne se passe pas un jour sans qu'un scandale éclate. Aujourd'hui, l'objet de l'opprobre est une marque de prêt-à-porter d'ordinaire plutôt gentillette et sans histoire, Petit Bateau, avec un body.

Non non non, la marque bon chic bon genre n’a pas créé le scandale avec une nouvelle ligne de vêtements à l’esprit caustique, et non elle n’a pas non plus choqué en lançant une ligne de strings pour petite fille dès 8 ans.

Petit Bateau est en fait accusé… de sexisme. L’objet du scandale ? Ces deux bodys, jugés honteux par beaucoup d’internautes.

Photo trouvée sur la fanpage Facebook

Le body Petit bateau « joli » ou « courageux »

Les layettes en question sont déclinées en 2 modèles : rose pour les filles, bleu pour les garçons. Le modèle rose présente une série de qualités supposées féminines : « jolie, têtue, rigolote, douce, gourmande, coquette, amoureuse, mignonne, élégante, belle », tandis que le modèle bleu liste d’attributs censés être plus masculins :  « courageux, fort, fier, vaillant, robuste, rusé, habile, déterminé, espiègle, cool ». De quoi amener de l’eau au moulin des défenseurs des parents de Storm, l’enfant qui n’a pas de genre.

Ni une ni deux, les consommateurs se sont lâchés sur la toile en critiquant les bodys de Petit bateau, marque habituellement très appréciée des parents : « Pourquoi catégoriser ces adjectifs qualificatifs ? », « Les filles ne peuvent donc pas être courageuses, fortes, fières et rusées ? », « Comment peut-on à ce point sexuer les rôles de chacun ? »

Pour défendre la marque, certains internautes tempèrent : « Ce n’est pas parce que ma fille porte ce mignon petit body Petit bateau qu’elle va se retenir d’être courageuse et déterminée et devenir chef d’entreprise plus tard ! » et autres « C’est bon, calmez-vous, c’est qu’un vêtement pour bébé, y’a pas mort d’homme ! »

À bâbord comme à tribord, les réactions s’enchaînent donc sur la page Facebook de la marque : les uns accusent le côté rétrograde des dits-vêtements…

… les autres regrettent le manque de recul et d’humour des premiers.

Sans oublier ceux qui reprochent à la polémique sa futilité par rapport aux débats plus pérennes.

Et dans ce raz de marée de commentaires, l’absence de community manager (si vous voulez envoyer votre CV, c’est le moment) se fait de plus en plus évidente, la marque a finalement répondu pendant l’écriture de ce papier — néanmoins, toutes les blagues les plus salaces s’empilent sans filtrage aucun et les trolls s’en donnent à coeur joie.

Quelle que soit votre opinion sur la question de ce body Petit bateau, vous saurez apprécier ce florilège de blagues aussi subtiles qu’une brise d’été sur une vallée endormie par une sourde chaleur. J’ai appelé ça « Humour raffiné et byzantinisme de la boutade : morceaux choisis ».

Jean-Marie Bigard, si tu me lis : on a trouvé ton successeur !

Big up
Viens apporter ta pierre aux 61 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Chandernagor
    Chandernagor, Le 22 juin 2011 à 3h34

    Shnock: je ne m'inquiète pas pour ça. Si ces marques se mettent à adopter ce genre de stratégie pour vendre, c'est parce que justement, les principes ethique en question sont déjà bien ancrés chez les clients, qui feront leurs choix en fonction. Quand j'achète un produit bio ou équitable je considère que c'est déjà un acte militant dans une certaine mesure. Même si, je ne suis pas naïve, la marque se fait du profit là-dessus. Mais en même temps, si ça n'était pas le cas, ben... des produits bio et équitables y'en aurait pas!

Lire l'intégralité des 61 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)