J’ai testé pour vous : avoir une peau pourrie

Longtemps, on a cru que les perfides utilisateurs de photoshop s’amusaient à faire complexer les enrobées en rabotant les cuisses d’ingénues pubères. Oui, mais ça ne s’arrête pas là ! Ces jeunes sylphides ont aussi un grain de peau trafiqué jusqu’à la narine : pores parfaitement lisses et estompés, pas une cerne, des boutons plutôt […]

J’ai testé pour vous : avoir une peau pourrie

Longtemps, on a cru que les perfides utilisateurs de photoshop s’amusaient à faire complexer les enrobées en rabotant les cuisses d’ingénues pubères. Oui, mais ça ne s’arrête pas là ! Ces jeunes sylphides ont aussi un grain de peau trafiqué jusqu’à la narine : pores parfaitement lisses et estompés, pas une cerne, des boutons plutôt crever, bref, de quoi placer le teint diaphane en beauté universelle, et faire naître des petits problèmes chez certaines. Encore plus quand, à la base, on a la peau pourrie.

Suite à une allergie à un produit que j’ai prise pour une simple éruption malheureuse, je me suis retrouvée couverte de plaques très bizarres et parfaitement dégueulasses. J’ai donc affronté, pour toi lectrice, les affres de la peau un peu trop chelou pour ce monde de brutes, et voici mon périple. Car bien sûr, le problème dans tout ça est toujours le regard des autres. Déjà qu’il fallait affronter son miroir, bah merci bien.

Comme tout personne censée, avant de me jeter par la fenêtre en espérant que la mort soit un apaisement radical, je me suis mis dans la tête que je pourrais régler le problème seule, chez moi, entourée de divers produits. Grave erreur : à part aggraver le problème, j’ai pas fais grand chose de constructif, et l’envie de me fouetter avec des barbelés est vite apparue. Que nenni, j’ai résisté, et j’ai affronté dignement le peuple.

Du point de vue des amis

Chacun y va de son petit commentaire, d’abord gêné, ambiance « nan j’ai pas vu la monstruosité suintante sur ton visage. Fait froid hein en ce moment ». Puis, petit à petit, les langues se délient : on te demande ce que tu as, l’expérience adolescente de chacun est étalée (moi tu sais j’avais des boutons parce qu’un jour je me suis fait lécher par un chien et depuis blablabla) et avouons le, c’est la lose totale. On te conseille quarante douze traitements miraculeux qui ont réussi à rendre un teint cristallin à la petite cousine de la mère du voisin de ta meilleure amie. Tu finis par ne plus rien mettre du tout ou au contraire à expérimenter des choses douteuses, comme les masques à l’ail ou à la cannelle maison, en allumant des bougies pour invoquer les sages vaudous.

Du point de vue de la famille

Ta pauvre mère est horrifiée de voir que toi, la chair de sa chair, est affublée d’un épiderme tout naze qu’il faudrait soigner. La ronde des conseils mirifiques recommence, sauf qu’elle n’ose pas te dire la vérité : ouip, c’est moche. Il arrive aussi quelques fois que maman soit dotée du syndrome « maman de Florent de qui veut épouser mon fils » et te regarde avec l’œil de la fierté pour dire que tu es une très, très belle gosse (et qu’elle te souhaite une relation exceptionnelle, mais là n’est pas la question). Elle devra affronter la réalité quand les regards se feront moqueurs au carrefour ou que quelqu’un de pas très distingué dira tout haut dans la rue « Hey, ça va ton champ de mines , mouarf mouarf ». C’est dur la vie d’une mère.

Du point de vue des professionnels

Ah ouais, les pros, on se dit toujours que c’est la voix de la raison. L’expérience m’a montré que les professionnels n’étaient clairement pas des oreilles attentives et délicates quand un souci vient frapper ton doux visage.
Le premier maillon de la chaine, c’est bien sur la pharmacie. Y’a moyen d’aller se faire conseiller pour pas un sou et repartir avec un bon petit produit. Oui mais…la pharmacienne n’est pas du même avis et compte te vendre beaucoup de produits et quand tu envisages, éclair de génie fugace et prodigieux, que si ça se trouve c’est un produit qui t’a provoqué ça, elle te claque tout de go : « Nan. c’est pas possible. Ou peut-être avez-vous une mauvaise hygiène ». C’est bien connu, on se met de la crème à 30€ pour ensuite la garder 72h contre sa peau et choper des particules de métro avec.
S’en suit aussi les conseillères des magasins qui viennent dire que « oui, oui, ce produit ira parfaitement ». Une crème sur-hydratante ? En es-tu vraiment sûre, Satan en tee shirt sponsorisé ? Rares sont celles qui pensent encore à ton bien être plutôt qu’au chiffre d’affaire du magasin : il faut fuir.
Enfin, décision douloureuse que d’appeler Le professionnel : le dermatologue. Entre les semaines d’attente pour un rendez-vous et la durée de la visite, y’a comme du couillonage en règle. Déjà que le monsieur, très poli, annonce clairement « bonjour, vous venez pour les boutons ? », et l’envie de répondre « nan nan j’ai un herpès génital depuis 3 semaines mais j’comprends que ma trombine ravagée paraisse hautement insurmontable ». C’est clair, te parler du souci avec un tact de catcheur masqué, ça met à l’aise. Finalement, celui ci déclare « ok, c’est une DPO, va falloir prendre des médicaments et voilà ». Oui. Des médicaments. Les dermatos décident de soigner de plus en plus ce genre de petites infections grâce à des cachets plutôt que de t’expliquer d’où vient le problème, et comment le régler avec des méthodes plus douces. Vive la honte de prendre chaque jour des médocs en se pensant malade.
Enfin, grande nouvelle, il est de bon ton de culpabiliser celui ou celle qui n’affiche pas un épiderme irréprochable. Bien évidemment, c’est toujours de sa faute. Toi qui a décidé de te coucher 4 soirs de suite sans démaquillage après un essai minutieux de tous les fonds de teints testeurs chez Monoprix, sache que c’est la dure loi du karma. Pour le reste, eh bah parfois on choisit pas. C’est ainsi que tous les pros qui sont très pros et donc savent forcément que c’est toi l’ignare, se permettent à tout va de venir t’accuser de mille maux, comme « trop de gommage » « décapage de peau » ou bien « pas bons produits ». A ce stade, une bonne tarte dans le faciès serait appréciable, mais n’oublie pas que ces gens ont des diplômes estampillés salle de bain, option lavabo avancé, et que ce que tu fais est forcément nul.

Du point de vue de la rue

T’es moche, tu crains. Tu devrais songer à acheter un passe montagne, hein, on est quand même en novembre.

Du point de vue des mecs

A part quelques bouseux qui pensent que les filles de Secret Story sont assez alléchantes et pas du tout vulgaires, les garçons ne poussent pas trop de cris horrifiés face au problème (bon, ça dépend de son ampleur).
Seul impératif : éviter de faire la gueule dans un coin en pensant à se scarifier pour accelerer le processus de délabrement cutané. Malgré le très ironique « c’est pas très esthétique » de la part de l’homme (je sais que tu lis ça et que tu vas me mettre un big up), les avis sont plutôt positifs.

La vie avec une peau pourrie ? C’est possible… du moment qu’on arrête de se mettre devant un miroir en pointant là où ça fait mal et en regardant comment ça fait. Facile à dire que de s’assumer mais au moins arrêter de croire que c’est de sa faute, ou que rien n’est insurmontable. Après tout, tu finiras bien par accepter ce ventre un peu trop mou alors pourquoi pas les petites rougeurs sur les deux joues ? C’est ainsi que moi et ma face à l’agonie nous sommes reparties à l’aventure, canine au vent, avec une écharpe rouge histoire d’etre vraiment raccord. Tout est dans le sens du détail.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Hopie
    Hopie, Le 5 décembre 2010 à 15h13

    Après x rendez vous chez le dermato et a chaques fois un traitement qui ne faisait pas fuir les boutons au contraire. Ils devaient soit disant tous sortir d'un coup et hop disparaitre d'un coup aussi ... Sauf que oui ils ont tous pousser d'un coup, mais non ils ne sont pas partit d'un coup au contraire !

    Du coup je privilégie me nettoyage de peau tout les jours ou presque avec une crème nivea hydratante. J'ai également tester la crème nivea ambelisseuse de peau mais a par avoir des paillettes sur le visage ma peau n'a pas vraiment changer.

    Résultat, j'ai une peu pas trop trop moche, et je m'en porte pas trop mal.

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)