Parler plus facilement de tes envies sexuelles à ton partenaire, en 5 points

Par  |  | 2 Commentaires

Il n'est pas forcément aisé de parler de ses envies les plus folles à ses partenaires. Voici cinq points pour aborder la question sans que le sujet parte en cacahuète.

Parler plus facilement de tes envies sexuelles à ton partenaire, en 5 points

Parler de cul n’est pas aisé en toute compagnie.

Exemple simple : quand mon papa parle de sexe, j’ai la fâcheuse envie de disparaître très très loin, et au moins pour toujours.

Pourtant, si l’on réfléchit, il ne devrait pas y avoir d’embarras. Si mes géniteurs m’ont eue, c’est bien qu’ils ont fait l’amour un jour, il y a quelque chose comme 23 ans et neuf mois, non ?

Enfin je sais pas, enfin peut-être.

Trêve de malaise-en-Malaisie, pas question aujourd’hui de parler de cul à vos padres (même si vous faites ce que vous voulez). Non, je veux plutôt aborder la question de vos désirs avec votre amant•e (j’espère que ce n’est pas la même personne).

Parce qu’à ce niveau-là, disons le, la communication peut se retrouver quelque peu ébranlée par des facteurs tels que :

  • La peur de braquer, de faire peur
  • La peur d’être jugé•e
  • La peur d’être mal compris•e (c’est pas parce qu’on a envie de tenter la sodomie une fois qu’on ne veut plus faire QUE ça)
  • La peur de décevoir (parce que jusque là, l’autre s’y prenait tel un éléphant dans une boutique de porcelaine)

Peuple de France et d’ailleurs, je t’ai compris. Voici donc tous mes conseils pour combattre ces craintes et s’épanouir telle une Beyoncé du cul.

Point n°1 : ce n’est pas parce que tu désires super fort quelque chose que l’autre le devine

Le saviez-tu ? Vos partenaires, aussi sensibles soient-ils, ne sont pas télépathes.

Alors si voulez faire un truc qui sort du classique Tetris habituel mais que vous avez bronze qui coule à l’idée d’en parler à votre prochain, deux solutions s’offrent à vous :

  • Attendre, attendre et attendre toujours jusqu’à ce que ça n’arrive jamais.
  • Changer de partenaire jusqu’à ce que vous tombiez sur  une personne audacieuse qui va se lancer dans le mouvement de vos rêves comme ça sans demander (à peu près 0,01% de chance que ça arrive selon une étude basée sur ma-vie-mon-œuvre).

Comme ces deux solutions sentent la selle, je vous propose de troquer le tout pour de la communication. Le manque d’échange sur nos goûts et nos couleurs est l’ennemi d’un frifri épanoui.

Bref, parlez.

Point n°2 : si tu n’oses toujours pas lui parler…

Cher Anonyme,

Tu as de la chance, je suis une Serpentarde, ce qui fait de moi une personne supérieure et maline.

Moi, face à vous autres

Le courage étant une valeur que je laisse sans vergogne aux nases de Gryffondor, voici quelques techniques de fourbes pour mener ta mission à bien sans trop te mouiller :

  • Guide sa main/son corps pendant l’acte. Dis-lui cash les trucs que t’as envie qu’il/elle fasse là maintenant. Au pire, si tu n’assumes pas ensuite, tu pourras toujours lui raconter que c’est parce que tant de talent t’a rendu•e dingue.
  • Quand ton amant•e teste de nouvelles choses, encourage le/la.
  • Mets en place un système de jeu basé sur des défis sexuels. Et le premier défi de Mamour sera de te faire ce que tu rêves qu’on te fasse.
  • Propose à ton amant•e de faire une liste de vos envies respectives.
  • Utilise la technique de l’escalier : quand tu discutes avec Mamour après l’acte, mets l’emphase sur un moment précis. Et juste après, propose-lui de faire un truc en plus la prochaine fois. Répète ces étapes autant que tu le veux.

Sinon, promis, la manière la plus efficace est d’en parler et d’instruire l’autre comme un Serdaigle (les numéro 2 dans mon cœur), tout simplement.

Bisous.

P.S. : Poufsouffle c’est nul.

Point n°3 : les envies sexuelles qui se conçoivent bien doivent être énoncées clairement

Même s’il est déjà très chouette de balancer vite fait qu’on aime bien se prendre un doigt dans le cul quand on se fait pépom, une discussion derrière permet d’éviter de très nombreux malentendus.

Mymy témoigne sur ce sujet délicat  :

« J’aime le BDSM, mais ce n’est pas toujours facile à expliquer. Il faut que je fasse comprendre plusieurs subtilités :

  • Ça ne veut pas dire que j’aime être maltraitée hors du lit.
  • Ça ne veut pas dire que je ne peux pas apprécier une sexualité « classique » (certain•es en sont incapables, moi ça va).
  • Ça ne veut pas dire que j’ai besoin de 18 accessoires pour prendre mon pied.

Parfois, des partenaires s’en sont « voulu » de ne pas aimer ça. Ils avaient peur de me priver de quelque chose. Alors que pas du tout !

Et comme je suis soumise, ça n’aurait vraiment aucun intérêt, dans mes fantasmes à moi, que le mec se « force ». »

La leçon à retenir, c’est qu’il faut faire attention à rassurer l’autre quand il ou elle ne connaît pas une pratique.

Attention aussi à ne pas le/la braquer : certaines personnes ne sont pas à l’aise avec le sujet et préfèreront en parler de manière imagée, indirecte.

Point n°4 : de l’importance de l’ouverture d’esprit quand on parle de désir sexuel

Imaginons. Le délire de Josette est de lécher des petons et d’insulter ses amant•es quand elle fait l’amour. Grand bien lui fasse.

Sauf qu’un jour elle a parlé à son amoureuse Josie de lui faire des bisous aux pieds. Josie lui a ri au nez en disant que c’était « dégueu et chelou ».

Du coup Josette se sent mal, et en plus elle n’ose pas parler du fait qu’elle aimerait traiter Josie de tous les noms pendant ses cunnis endiablés. Pourtant, qui sait, peut être que Josie aurait aimé ça ?

C’est l’histoire d’un drame. 

En fait, c’est simple : il y a juste des choses que l’on aime et d’autres qu’on n’aime pas. Il y a des choses sur lesquelles on peut évoluer, d’autres non.

Il n’y a pas vraiment de norme en matière de cul.

Ce n’est pas drôle, ce n’est pas bizarre, c’est juste la vie. Alors c’est une chose de dire à son/sa partenaire qu’on n’est pas attiré par une pratique proposée. Ç’en est une autre de juger. Peace.

Point n°5 : les cas où parler de ses envies de sexe est très compliqué

  • Le cas de la personne très mal à l’aise avec les discussions tournant autour du sexe

Face à une personne qui n’aime pas du tout parler de ce sujet, le mieux est d’y aller tout doucement pour ne pas la braquer. Il ne faut pas pour autant vous oublier.

Ne pas brusquer l’autre, c’est bien, ressentir trop de frustration, c’est souffrir.

Deux issues sont alors possibles. Soit vous réussissez à mettre l’autre à l’aise (d’où l’importance de la bienveillance). Soit vous êtes dans une impasse, et vous devez accepter l’idée de devoir faire avec. Ou de partir.

  • Le cas de la personne avec qui ça ne matche VRAIMENT pas au pieu

Ceci est un cas extrêmement courant mais bien-heureusement on peut y remédier à base de discussion (la thème de cet article, vous-même-vous-savez).

Bon, ne balancez pas à l’autre que c’est un•e nouille au pieu, ça ne sert à rien. En revanche, encouragez-le sur ce qu’il fait de bien, guidez-le, parlez…

Et je vous partage la technique de fourbe ULTIME, made in une pote anonyme :

« Quand un mec s’y prend vraiment super mal pour me lécher et que je ne me sens pas de lui dire que ce n’est pas du tout ça, je lui dit après coup quelque chose comme :

— Olala, j’ai adoré quand tu m’a léché avec l’aplat de ta langue doucement pour humidifier toute ma vulve.

Dans les faits, il ne l’a pas fait comme ça DU TOUT, mais comme ça il intègre l’idée qu’il faut faire comme ça, le tout sans que ça brusque son ego. »

C’est petit, c’est un peu malhonnête, mais selon ses dires, ça marche très bien.

  • Le cas de la personne qui n’écoute pas vos remarques

Remontez-lui les bretelles un bon coup et rappelez lui que vous savez bien ce que vos organes génitaux apprécient.

Sur ce, bonne discussion et surtout bonnes parties de jambes en l’air !


Anouk Perry

Anouk est rédactrice Sexe, Société et Feel Good ! Sa devise dans la vie ? YOLO. Si elle a l'air d'avoir un balai dans le cul, ne vous inquiétez pas. Il s'agit en fait d'un aspirateur.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Anouk Perry
    Anouk Perry, Le 10 juillet 2017 à 17h48

    Le Sid
    Anouk je t'aime !!!! :dowant:
    <3

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!