3 façons de moderniser les Enfoirés, un spectacle qui sent un peu la naphtaline

Par  |  | 10 Commentaires

Le concert des Enfoirés est une belle initiative qui aurait tout à gagner s'il se modernisait davantage. Voici quelques pistes qui permettraient d'en faire un événement télévisé actuel et enthousiasmant !

3 façons de moderniser les Enfoirés, un spectacle qui sent un peu la naphtaline

Des millions de téléspectateur•trices s’apprêtent à entrer en communion devant leur téléviseur ce vendredi 3 mars 2017 pour l’un des événements les plus attendus chaque année : le concert des Enfoirés.

Une partie de celles et ceux qui constituent le paysage musical français se réunit dans le cadre d’une série de concerts à travers la France, à but caritatif.

Les bénéfices de ces représentations, ainsi que les droits Sacem, sont en effet reversés à l’association des Restos du cœur créée par Coluche, qui permet d’offrir une aide alimentaire aux personnes dans le besoin.

À lire aussi : J’ai bénéficié des Restos du Coeur

Les Enfoirés : un peu d’histoire…

Le collectif existe depuis 1989.

Depuis presque 30 ans, les artistes défilent sur scène pour offrir au public et aux téléspectateur•trices un spectacle reprenant des chansons à la fois du répertoire de la variété française et plus généralement des titres contemporains qui ont bien marché.

L’émission a la vocation d’être un programme familial, réunissant toutes les générations devant le poste de télévision.

Elle va donc présenter à la fois des artistes que papa, maman, voire papy et mamie connaissent bien, et des jeunes chanteur•ses plus connu•es des enfants et adolescents.

Si j’étais une fidèle de l’émission dans mes jeunes années (enfin, fidèle… je n’ai jamais vu la fin, vu l’heure à laquelle ça se termine), le programme a perdu mon attention, alors que j’ai toujours été très bon public.

C’est que le concert des Enfoirés a de bonnes intuitions, mais ne va pas jusqu’au bout de ses idées pour proposer un spectacle qui réponde véritablement aux attentes d’un public du début du XXIe siècle.

Voici quelques pistes de réflexion de ce qui pourrait aboutir à une vraie célébration de la musique à l’échelle nationale !

À lire aussi : « Toute la vie » : Jean-Jacques Goldman répond à la polémique [MAJ]

Remettre l’art (et non le divertissement) au cœur des Enfoirés

Plus les années passent, plus les Enfoirés investissent sur le côté spectacle de leur représentation, avec des thématiques : le train, le cinéma, la foire, l’espace…

Le choix des costumes est élaboré, les décors impressionnants. L’ambiance est bon enfant, le spectacle est entier, car tandis que certain•es artistes chantent, d’autres, en arrière-plan, vont jouer des rôles divers et variés pour remplir l’espace scénique.

Tout cela est sympa et permet un show de grande ampleur. Mais n’est-ce pas se détourner du plus important : la musique ?

Quand on voit des moments touchants comme cette interprétation de Là-bas par Jean-Jacques Goldman et Céline Dion (certes ce ne sont pas n’importe qui), sans aucun artifice, n’y aurait-il pas un juste milieu à trouver entre le spectaculaire et la sobriété ?

Quand Maître Gims a été interrogé au sujet de la proposition qui lui a été adressée de participer à la troupe des Enfoirés, sa réponse a été plutôt directe : il n’avait en gros pas envie de mettre des collants pour faire des cabrioles sur scène.

Bien que cette réponse puisse évoquer une certain snobisme, c’est peut-être une piste de compréhension à la problématique du casting.

De nouveaux artistes pour moderniser les Enfoirés

Si des efforts sont fournis pour accueillir de nouvelles têtes qui viendront satisfaire principalement les générations les plus jeunes, il y a à mon avis encore des ajustements à faire.

Notamment vis-à-vis de certain•es artistes qui s’accrochent aux Enfoirés depuis des décennies et dont le concert est presque leur seule actualité de l’année (c’était le moment subversif de cet article, merci pour votre attention).

Cette année, Amir est le petit nouveau de la bande. En soi c’est une bonne chose : il connaît un franc succès avec ses titres J’ai cherché et On dirait. Il apportera une touche supplémentaire de bonne humeur au spectacle.

Mais une seule nouvelle tête dans la troupe, n’est-ce pas carrément limité ? Est-ce vraiment le seul artiste qui aura marqué l’année 2016 au point de mériter sa participation aux Enfoirés ?

Est-ce un problème d’emploi du temps pour les autres ? Sachant que les concerts se font dans le cadre d’une tournée, certain•es artistes ne sont parfois présent•es que sur une seule date. Il suffit de se rendre disponible pour la captation.

Alors ne pourrait-on pas aller chercher de jeunes artistes avec des propositions artistiques intéressantes, comme Vianney, les L.E.J., Jain, Broken Back, Christine and the Queens ?

Les plus jeunes pourraient profiter de la notoriété des ancien•nes pour mettre en avant celles et ceux qui sont moins connu•es auprès des générations plus avancées.

Par ailleurs, rappelons-le, les Enfoirés ne sont pas que des chanteur•ses.

Pour s’ancrer dans les pratiques culturelles des jeunes actuels, il pourrait être malin de faire intervenir des vidéastes par exemple, pour enfin briser cette barrière entre Internet et la télévision.

À lire aussi : Les youtubeurs, le mépris des médias et le concept de « vrai métier »

Norman devrait faire une apparition vidéo dans le prochain spectacle, et il aurait été vraiment super d’y voir d’autres gens sympathiques du Web : Natoo, EnjoyPhoenix, Cyprien ou Squeezie… voilà qui aurait été fédérateur !

À lire aussi : VlogMad n°53 — On apprend à se tenir en société

Des reprises plus modernes pour mettre les Enfoirés à l’heure de 2017

Faire des reprises, c’est super. Vraiment ! Mais en 2017, à l’heure des mash up et autres propositions originales, cela demande de la créativité, de l’énergie et de l’audace !

Tout le répertoire ne s’y prête pas, et ce n’est pas ce qu’on attend de certain•es chanteur•ses présent•es (qu’on laisse Maxime Le Forestier faire sa chanson normalement).

Mais proposer des versions modernes permettrait de dépoussiérer artistiquement ce concert, qu’on pourrait presque qualifier aujourd’hui de patrimonial.

Les reprises où chacun chante un couplet l’un après l’autre, et où tout le monde se rejoint sur le refrain, c’est du déjà vu. On veut des harmonies, des chœurs, des réappropriations musicales, des changements de rythme voire de style pour les chansons choisies !

Qu’ils aillent voir du côté des Cover Garden pour trouver l’inspiration ! Même quand il s’agit de reprendre les titres cultes de Céline Dion, ils ont une vraie proposition.

En bref, les Enfoirés, c’est un concert qui doit perdurer, ne serait-ce que pour l’impact qu’il a sur les gains annuels des Restos du cœur (soyons pragmatiques).

Mais s’il a fait bien du chemin depuis ses premières éditions, il semble de moins en moins adapté aux attentes actuelles en termes de divertissement.

Il est frustrant de constater qu’il a toutes les cartes en main pour devenir un moment de télévision et de spectacle véritablement événementiel, moderne et fédérateur !

À lire aussi : Matt Pokora est-il le Bruno Mars français ? Analyse sur fond de Claude François


Lucie Kosmala

Lucie a commencé en 2015 par vous parler de littérature jeunesse, et depuis janvier 2016, elle vous cause plus généralement de livres, sous toutes ses formes et pour tous les goûts. Elle s'est illustrée à de nombreuses reprises dans la réalisation de petits pingouins en olives, et connaît d'un point de vue exhaustif tous les gifs de raton laveur existants.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • TennanTen
    TennanTen, Le 4 mars 2017 à 15h33

    ErsatzE
    ça faisait loooongtemps que je n'avais pas regardé et après l'article, j'ai voulu jeter un coup d'oeil. Et bien, je n'ai pas été déçue du voyage!
    Premièrement, les sketchs et les chansons faisaient très kermesse. C'était simpliste, mal joué, pas drôle, etc. Mais bon, comme c'est plutôt à destination d'un public familial, pourquoi pas.
    En revanche, ce qui passe beaucoup moins, c'est le sexisme et les gros mots ("foutre" et "con" dans la bouche de Cendrillon et de la Reine des Neiges, je suis pas sûre que ça fasse beaucoup rire les parents), comme l'a souligné Peace&Love&It;3. Le clou du spectacle étant la chanson des princesses Disney, où Jasmine parle d'Aladdin et de sa "pilule bleue" qu'il a utilisé toute la nuit, avec juste après un gros plan sur une petit fille dans le public. Pas sûre qu'elle ait tout compris...
    Dans la même veine, les hommes habillées en femme pour faire rire ne me font absolument pas rire. Pour citer Iggy Pop: "I am not ashamed to dress "like a woman" because I don't think it's shameful to be a woman" ("Je n'ai pas honte de m'habiller "comme une femme" parce que je ne pense pas que c'est honteux d'être une femme").

    Bref, j'ai été extrêmement déçue et choquée de ce que sont devenus les Enfoirés et des messages qu'ils véhiculent dans ce concert.

    [​IMG]
    Je crois bien que c'était le pire concert, entre sexisme, allusions sexuelles, grossièreté et transphobie c'était du lourd... --'

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!