Adieu, Kimmy Schmidt, et merci pour tout

Unbreakable Kimmy Schmidt, c'est fini ! Mymy revient avec émotion sur une série pleine de qualités, et trop souvent oubliée.

Adieu, Kimmy Schmidt, et merci pour tout

Unbreakable Kimmy Schmidt vient de tirer sa révérence, après 4 saisons intrigantes et délirantes sur Netflix.

J’ai l’impression que la fin de cette série est passée relativement inaperçue : même la plateforme ne l’a pas spécialement poussée sur ma page d’accueil. Et pourtant…

Unbreakable Kimmy Schmidt, série chère à mon cœur

J’ai tellement attendu Unbreakable Kimmy Schmidt.

C’était l’un des projets les plus excitants de Netflix, qui réunissait tellement de qualités :

  • Une série comique, à l’heure où le monde en manque sérieusement
  • Co-créée par Tina Fey, la Tina Fey du Saturday Night Live, de 30 Rock, de Lolita Malgré Moi
  • Ellie Kemper, Jane Krakoski et autres noms connus pour leur humour
  • Un scénario absurde à base de jeune femme libérée après des années de captivité

Bref, Unbreakable Kimmy Schmidt avait tout pour me plaire. Et je me suis empressée de la binger !

Unbreakable Kimmy Schmidt, série oubliée ?

Unbreakable Kimmy Schmidt a été quelque peu oubliée. La faute à une qualité inégale, je suis prête à le reconnaître, mais aussi à un calendrier de diffusion plutôt étrange.

La première partie de cette 4ème et ultime saison, par exemple, a été diffusée au printemps 2018… et il a fallu attendre janvier 2019 pour voir le reste.

Comme chaque épisode est plutôt court, dès que le rythme s’arrête, le soufflé semble retomber !

Et comme je l’ai dit plus haut, la série n’a pas été irréprochable. J’ai moi-même regretté quelques vannes à côté de la plaque, quelques lenteurs dans l’intrigue, ou un trop-plein d’absurde qui me perdait en route.

Mais je reste irrémédiablement attachée à Kimmy, Titus, Jacqueline, Lillian et à leurs aventures. Voici donc pourquoi Unbreakable Kimmy Schmidt restera dans mon cœur !

1. Unbreakable Kimmy Schmidt, une série de meufs

Unbreakable Kimmy Schmidt a été co-créée par une femme (Tina Fey, donc), son héroïne est une femme, et la majorité des personnages principaux sont des femmes.

Le show passe le test de Bechdel (une façon d’évaluer la place des femmes dans l’intrigue) haut la main ! Pour rappel, les conditions de ce test sont simples :

  • Il doit y avoir au moins deux femmes
  • Qui parlent ensemble
  • D’un sujet qui n’a rien à voir avec un homme

Et ce, idéalement, pendant plus d’une minute. C’est aussi mieux si les femmes ont un prénom (donc ne sont pas « serveuse n°4 » ou « secrétaire rousse »).

Ça n’a pas l’air si dur, mais de nombreuses productions ne réunissent pas ces trois critères !

La féminité, dans Kimmy Schmidt, n’est pas une insulte. Ses héroïnes n’ont pas besoin de « jouer les mecs » pour avoir du charme et de l’humour : les blagues viennent souvent de leur genre, et de la façon dont la société traite les femmes.

Enfin, le dernier personnage principal de la série est le fantastique Titus, un homme noir et gay. On est loin du héros-blanc-brun-aux-yeux-bleus qui a si longtemps été la star d’Hollywood !

2. Unbreakable Kimmy Schmidt, une série politique

Oui, parfois, les vannes de Kimmy Schmidt tombent à côté. Ou plutôt… parfois, je n’ai pas ri. Mais je ne peux pas enlever à la série ce qui fait son charme : son audace.

Sans jamais se départir de son humour, le show aborde des thèmes graves et sérieux comme le stress post-traumatique, le racisme, le sexisme, l’homophobie, la peur de vieillir, la difficulté à trouver sa place…

Que ce soit le combat de Lillian contre la gentrification de son quartier, les discriminations subies par Titus ou l’incapacité de Kimmy à bâtir une vie « normale », on ne peut pas dire que la série soit légère.

Dans la saison 4 se trouve d’ailleurs la satire des mouvements masculinistes (anti-féministes et misogynes) la plus savoureuse que j’ai vue depuis Parks and Recreation !

3. Unbreakable Kimmy Schmidt, une série comme aucune autre

Je ne vous spoile pas ce qu’il fait là, mais dans la dernière partie de Kimmy Schmidt, il y a Zachary Quinto. ZACHARY QUINTO DANS UNE SÉRIE COMIQUE.

Ce Zachary Quinto-là :

L’homme aux plus impressionnants sourcils d’Hollywood, totalement à contre-emploi et bien loin de ses rôles de méchant… ce n’est que dans Kimmy Schmidt que ça pouvait arriver.

Je ne vais pas vous dérouler la très longue liste des guest-stars de la série, de Jon Hamm à Fred Armisen en passant par Tina Fey elle-même, mais elle est impressionnante !

Que ce soit dans ses intrigues ou dans ses choix de casting, Kimmy Schmidt aura fait souffler un vent de fraîcheur sur le paysage de la comédie télévisuelle. Et ça, personne ne peut le lui retirer.

Alors merci à Kimmy Schmidt et toute la bande de m’avoir fait rire pendant 4 ans, de m’avoir donné la banane, d’avoir injecté de l’énergie positive dans ma vie !

Merci pour les bonbons, les fous rires, les acteurs et actrices que j’ai découvertes, et plus que tout : merci pour Titus.

JE DEPASSE MA PEUR DU SKATE (AVEC BÉRENGÈRE KRIEF)

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Eternity-
    Eternity-, Le 2 février 2019 à 18h24

    @Polaire
    Je suis un peu d'accord avec toi mais je pensr que Titus est justement très très important pour le fil conducteur de la série puisque vu son caractère disons... "extravagant", il permet de faire passer plein de moments d'humour qui ne passeraient pas avec un personnage moins extraverti et moins diva. C'est pareil avec Kimmy (sauf qu'elle c'est dû à son kidnapping) et dans une moindre mesure avec les autres perso (Lillian et .. euh j'oublie toujours son nom XD l'autre perso féminin).
    Mais d'ailleurs la série ne manque pas de rapeller que tous les gays ne sont pas des divas notament via le personnage de Mikey.
    Mais je comprends ton point de vue et je suis assez d'accord sur le côté "homme noir et diva gay" qui se retrouve aussi dans le personnage de Sex Education (même si il reste beaucoup moins perché que Titus haha) (j'ai oublié son nom, les noms des perso de série c'est pas mon fort, désolée.)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!