Ces jeux vidéo qui ont mauvaise réputation… mais que j’aime quand même

La critique a beau être mauvaise, il y a des moments où on craque pour des jeux malgré tout. Et si on commençait à assumer nos goûts vidéoludiques incertains ?

Ces jeux vidéo qui ont mauvaise réputation… mais que j’aime quand même

Toute gameuse conserve les souvenirs de ses premiers jeux vidéo. Souvent, ce sont des choses plutôt classes, comme la streameuse Courgette qui a commencé avec Little Big Adventure. C’est sûr que quand on commence à jouer avec nos parents derrière, ça aide à dénicher des trucs cool !

Pour mes parents, les jeux vidéo c’était un peu le mal ; du coup, ma culture vidéoludique, j’ai dû me la faire toute seule. C’est seulement au bout d’un moment que j’ai appris qu’en fait, les trucs auxquels je jouais, c’était un peu la honte… Aujourd’hui encore, il y a beaucoup de titres « mal vus » dans lesquels je prends plaisir à me replonger !

À lire aussi : Chloé, gameuse féministe qui joue à Counter Strike avec un rouge à lèvres — Portrait

Zut alors, aujourd’hui j’ai décidé de briser le silence et d’assumer tout haut ces jeux que la critique a descendus, mais que j’aime quand même. Les rageux n’auront qu’à rager !

Tant de temps passé sur Nintendogs

Je l’annonce aujourd’hui, même si j’ai longtemps raconté que mon premier jeu c’était New Super Mario Bross : le premier jeu que j’ai acheté, c’était Nintendogs. Voilà. Vous en voulez plus ? J’ai acheté la Nintendo DS POUR Nintendogs. No regrets. J’ai passé des dizaines, peut-être même des centaines d’heures sur ce jeu à apprendre des tours à mes chiots.

Ensuite j’ai appris le terme de « casual game » et j’ai compris que c’était pas vraiment positif dans la bouche de gamers. Nintendogs est un peu l’exemple type du casual game : il n’y a pas besoin d’avoir des compétences ou de l’agilité pour le maîtriser. Il faut juste aimer les chiots.

Après ça, j’ai eu un peu par hasard le second opus Nintendogs + cats. Et j’y ai à peine joué parce que j’ai trouvé ça super ennuyeux. J’ai sûrement aimé le premier parce que j’étais toute jeune… Mais il restera éternellement dans mon cœur !

Mon amour inconditionnel pour Animal Crossing

On reste chez Nintendo : comme à l’époque je n’avais qu’une DS et un ordinateur en fin de vie, je n’avais pas beaucoup le choix. Je suis devenue ultra fan d’Animal Crossing : Wild World, le premier opus de la série que j’ai testé. Là encore, on est clairement sur du casual game même si Animal Crossing est mieux reconnu, parce que c’est une vraie saga.

Pour le coup, je n’ai jamais eu honte de jouer à ce jeu : j’ai acheté Animal Crossing : New Leaf dès sa sortie, j’ai mis des screenshots sur Twitter, et j’étais comme une folle. Excusez-moi mais passer mes journées à pêcher des poissons, gérer ma ville, faire copain-copain avec les habitants et faire du shopping, j’adore !

animal-crossing-new-leaf-2

C’est pas la belle vie franchement ?

N’empêche que quand tu sors à un•e hardcore gamer que tu aimes Animal Crossing, c’est un peu la honte.

La tristesse de Trine 3

Allez on sort des grosses productions, parce que même côté jeux indépendants il y a des exemples.

Vous connaissez peut-être la saga Trine, créée par le studio Frozenbyte. Si les deux premiers opus ont été encensés par la critique, le troisième a carrément été boudé. Tellement boudé que les développeurs se sont sentis obligés de tourner une vidéo d’excuses

Quand on en arrive là, clairement, c’est qu’il y a un gros souci.

Pourquoi ils se sont sentis obligés de s’excuser ? Parce que le jeu a été jugé court et trop facile. Et moi du coup, ça me va bien.

Mes premiers jeux étaient pas du genre exigeants, donc j’ai apprécié de pouvoir évoluer dans un environnement aussi beau avec autant de facilité. La particularité de Trine 3, c’est que le jeu passe en 2D et demi, alors que les premiers volets étaient en 2D. Frozenbyte a vraiment travaillé sur les graphismes, au détriment de la difficulté et donc de la durée de vie.

Coup dur pour une saga qui avait habitué ses fans à des parties compliquées !

trine-3ter

Pourtant c’est si beau !

Avec tout ça, vous allez me prendre pour une joueuse de pacotille. En fait, pas du tout (enfin, pas trop) ! Simplement, je trouve ça dommage que le jeu vidéo doive systématiquement être difficile pour être considéré comme un bon jeu. Pour moi, c’est aussi un vecteur d’expérience, qui permet de découvrir des choses et de faire passer des messages.

Restreindre le jeu vidéo au challenge, c’est vraiment dommage, vous ne pensez pas ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 24 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Loupit
    Loupit, Le 17 mai 2016 à 8h56

    @LunaaaD Je vais retenter de convaincre mon copain mais ce n'est pas gagné

Lire l'intégralité des 24 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)