Une hotline 24h/24 pour les victimes de harcèlement sexuel dans les transports en commun

Par  |  | 2 Commentaires

Une hotline ouverte à toute heure du jour ou de la nuit permet aux victimes de harcèlement sexuel dans les transports en commun de signaler les faits et de recevoir de l'aide. C'est une première mondiale.

Une hotline 24h/24 pour les victimes de harcèlement sexuel dans les transports en commun

C’est une initiative positive que le site HelloGiggles relaie aujourd’hui.

La mairie de Los Angeles vient d’implanter une hotline ouverte 24h/24 pour lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun.

La hotline pour lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports

C’est en partenariat avec l’organisation Peace Over Violence que la ville de Los Angeles a mis en place ce numéro spécial.

« Parce que prendre le bus pour aller bosser n’est pas une invitation. Attendre à un abribus n’est pas une invitation. Une rame de métro bondée n’est pas une excuse. Prendre le métro pour aller à l’école n’est pas une invitation. Peu importe la tenue que vous portez pour aller d’un point A à un point B, elle n’est ni une invitation, ni une excuse. »

À lire aussi : #TasÉtéHarceléeMais… T’as vu comment t’étais habillée ?

Concrètement, la hotline est un numéro, le 1-888-Off-Limits (633-5464), joignable à toute heure du jour ou de la nuit. Une personne victime de harcèlement sexuel peut l’appeler et tomber sur un•e membre de Peace Over Violence.

Ce•tte dernier•e l’écoutera et lui transmettra des conseils ainsi que les informations nécessaires si la victime souhaite signaler l’incident à la police.

À lire aussi : Agression sexuelle et dépôt de plainte : les conseils d’un policier

Peace Over Violence existe depuis 45 ans et a aidé un nombre incalculable de victimes de violences et/ou de viol au fil des années.

Une simple hotline pour lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports ?

Ça peut paraître bien faible d’avoir un numéro à appeler quand on est victime de harcèlement sexuel.

Mais comme le rappelle Mashable, c’est l’une des idées suggérées par une femme victime de harcèlement sexuel dans les transports à New York. Elle avait écrit un article sur Mic proposant des solutions pour lutter contre ce fléau.

« Quand j’ai tenté de signaler le harcèlement dont j’ai été victime sur le site des transports en commun new-yorkais, j’ai rempli un formulaire prévu pour être transmis aux autorités, lesquelles décident ensuite de me contacter ou non.

Ma seule autre option, une fois sortie du métro et donc de l’endroit où le harcèlement est arrivé, était d’appeler la police sans être en situation d’urgence, ou le service client des transports en commun pour faire un signalement anonyme. »

big-harcelement-transports-commun-robe

Dans cet article, je parle de la peur du harcèlement et de la façon dont elle influence mes choix vestimentaires.

Quand on est victime de harcèlement sexuel, on court toujours le risque de voir sa parole remise en question, de voir des gens nier la situation ou nous faire retomber la faute dessus.

À lire aussi : J’ai été harcelée dans la rue, et les témoins n’ont rien fait

La simple certitude d’être écouté•e, respecté•e, cru•e et orienté•e vers les autorités compétentes peut déjà être très rassurante.

La lutte contre le harcèlement sexuel dans les transports en France

En France aussi, le harcèlement sexuel dans les transports en commun existe.

Les choses ont grandement avancé en 2016, lorsqu’un article de loi visant à lutter contre le harcèlement sexiste dans les transports a été adopté.

L’année précédente, le gouvernement avait lancé une campagne nationale contre le même fléau. Le plan comportait notamment des services d’alerte par téléphone, SMS et en ligne.

harcelement-transports-3

C’est néanmoins la première fois, à l’échelle mondiale, qu’une ville met en place une hotline disponible 24h/24 pour lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports.

Que penses-tu de cette initiative ? Aimerais-tu voir des opérations similaires dans ta ville ?

À lire aussi : #TakeBackTheMetro encourage les femmes à se réapproprier les transports en commun


Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Ben quoi ?
    Ben quoi ?, Le 18 janvier 2017 à 17h08

    A Paris, il y a le 3246 pour les agressions dans les transports RATP et le 3117 pour la SNCF...maintenant je ne sais pas si ces numéros de tel sont efficaces ou pas ?!!?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!