Quand EnjoyPhœnix parle de sexualité et de ne surtout pas « se forcer » au lit

EnjoyPhœnix parle pour la toute première fois de sexualité sur sa chaine YouTube. La jeune femme de 24 ans divulgue un message important, et se livre avec sincérité !

Quand EnjoyPhœnix parle de sexualité et de ne surtout pas « se forcer » au lit

Les débuts d’une vie sexuelle, ça se fait souvent à (tétons) tâtons.

Les premiers ébats sont parfois maladroits, un peu gênés ou gênants, et surtout timides.

EnjoyPhœnix parle de sexualité pour la première fois sur YouTube

EnjoyPhœnix en parle très bien au début de sa nouvelle vidéo, qui cumule déjà quelques 651 000 vues.

Si la youtubeuse ne s’étend pas sur les circonstances et les détails de sa première fois, elle raconte qu’au collège, la pression sociale pour passer à l’acte se faisait pas mal ressentir.

Cette pression, je m’en souviens personnellement très bien. J’ai eu un rapport sexuel à l’âge de 17 ans et demi, et c’est terrible mais je complexais à mort de ne pas l’avoir eu plus tôt.

J’ai couché un peu pour expédier cette étape, et enfin faire partie de la team des gens qui « l’avaient fait ».

Aujourd’hui, quand je regarde en arrière, je me rends compte de l’ineptie de cette pression.

EnjoyPhœnix raconte :

« Au collège, si tu ne couchais pas, c’est que tu étais coincée »

La jeune femme met ici le doigt sur quelque chose d’intéressant. En effet, je me souviens des éternelles rengaines : tu ne couches pas, c’est que tu as un balais dans le cul.

La vidéaste rappelle qu’il est important d’aller à son rythme sans tenir compte de la pression mise par les autres élèves ou par qui que ce soit.

Il est en effet primordial de s’écouter et de ne passer le cap qu’une fois prête, lorsqu’on en a vraiment… ENVIE.

L’injonction au sexe au sein du couple

L’envie justement, est sans aucun doute l’un des thèmes les plus importants de la vidéo d’EnjoyPhœnix.

Elle raconte son expérience :

« Je me suis retrouvée dans le cas de figure où je ne voulais pas faire l’amour avec mon mec. Il m’a mis la pression pendant des semaines […]»

Eh oui, au-delà de la pression mise par la société pour avoir une vie sexuelle, faire des enfants, etc, il existe aussi la pression au sein du couple.

Elle ajoute :

« J’ai trouvé ça horrible, cette sensation de le faire pour faire plaisir à quelqu’un. »

Et de poursuivre :

« C’était terrible parce que je me suis rendu compte que quand on n’en a pas envie dans notre tête, notre corps non plus n’a pas envie, et donc c’est une des seules fois de ma vie où j’ai eu mal pendant que je l’ai fait car je n’en avais pas envie. »

Pourtant, PERSONNE n’a le droit de pousser quelqu’un à avoir un rapport sexuel quelqu’il soit.

Faire l’amour, c’est seulement quand tu en as envie !

Et ça, EnjoyPhœnix aimerait bien que ça soit clair.

Elle précise :

« Faire l’amour, c’est parce qu’on en a envie. »

Je ne peux que confirmer ses propos et ajouter que se forcer n’est jamais une solution, bien qu’il soit tout à fait compréhensible que des jeunes femmes cèdent à la pression pour acheter la paix au sein de leur couple.

Cette réalité est triste et surtout dangereuse.

Il est temps d’éduquer tous les citoyens au fait que le sexe n’est pas un devoir conjugal, qu’il n’est pas un dû ni une récompense.

Il est un acte consenti par tous les participants, qu’ils soient 2 ou 36 et doit naître d’une envie, jamais d’une menace ou de la peur de froisser l’autre. Je pense que la crainte de vexer son conjoint peut jouer dans le fait de se forcer.

Sauf qu’il n’est pas question ici de ménager des egos, il est question d’exprimer son envie ou son refus, peu importe comment l’autre le prend en face.

En tout cas, retiens bien, douce lectrice qui lis ces lignes, que tu ne dois de sexe à personne. Et ça, personne n’a le droit de te dire le contraire.

Je t’encourage à cliquer sur cette vidéo intéressante, qui remet un peu les pendules à l’heure.

Tu y trouveras un témoignage sincère et réconfortant, à l’image des contenus habituels de la youtubeuse, qui jour après jour confirme son statut de vidéaste empouvoirante.

À lire aussi : Alain Chabat et Gérard Darmon refont une Carioca à Cannes

Commentaires

Camoune45

Je l'ai subit aussi cette pression! Ca a commencé à mon entrée au lycée, j'avais 15ans, je n'avais jamais eu de copain, ni même embrassé qui que ce soit et on me demandait comment ça se faisait que je n'avais pas couché ! WTF j'ai 15ans, laissez moi vivre mon adolescence tranquille! Et c'est encore pire lorsque tu as un copain, surtout quand c'est ton 1er! Ca a continué pdt les années qui ont suivi mais je ne m'en inquiétait pas!
Soit je ne répondais pas, soit je répondais que cela ne les regardait pas, soit je répondais au tac au tac en demandant "pourquoi toi tu as couché ?"
Je n'avais pas envie de me justifier de quelque chose qui me concerne, qui concerne mon corps et qui concerne ma sexualité!
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!