Dakota Fanning dans une pub Marc Jacobs censurée

Dakota Fanning suscite la polémique dans la nouvelle pub de Marc Jacobs. La pomme de la discorde ? Le flacon-fleurette entre les cuisses, rien que ça.

La nouvelle pub qui doit faire la promo du parfum de Marc Jacobs – Oh Lola ! – vient d’être censurée au Royaume-Uni pour « sexualisation infantile ».

La posture de Dakota Fanning – vampirette aux dents longues dans la saga Twilight – a été en effet signalée un bon nombre de fois par des consommateurs indignés. Assise et le regard légèrement vasoline (mi-vaseux mi-vaseline), la demoiselle peut donner l’impression de se fourrer le flacon-godemichet dans sa petite fleur.

La British Advertising Standards Authority a d’ailleurs déclaré à ce sujet :

« Nous avons remarqué que le mannequin tenait la bouteille de parfum entre ses jambes et nous considérons que cette position est sexuellement provocante. Nous sommes au courant que le mannequin a 17 ans mais nous estimons qu’elle paraît en avoir moins de 16. La longueur de sa robe, sa jambe et la position du flacon attirent l’attention sur sa sexualité. Pour ces raisons et au regard de son apparence, nous pensons que cette publicité peut être interprétée comme la sexualisation d’un enfant. »

 

Selon vous, cette pub nécessitait-elle d’une telle mesure ? Débat récurrent, y voyez-vous l’hyper-sexualisation des enfants ou la pub joue-t-elle juste sur le symbole de la lolita, en référence au nom du parfum ?

[source]

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 21 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Chouette-Culotte
    Chouette-Culotte, Le 24 avril 2012 à 7h09

    La photo en elle même est moche. Dakota a une tête de défoncée (elle me fait penser à son personnage à la fin du film The Runaways) ou on dirait qu'elle s'est pris des coups et qu'elle a caché ça comme elle a pu. Puis la façon dont son bras droit est positionné est bizarre...

Lire l'intégralité des 21 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)