Comment fonctionne la mémoire ?

La mémoire est une formidable machine qui fait de nous ce que nous sommes. Mais comment cette merveille fonctionne-t-elle ?

Comment fonctionne la mémoire ?

Qu’est-ce que la mémoire ? Pour les spécialistes, notre mémoire est une machine incroyable – elle contient nos perceptions, nos sentiments, nos souvenirs, notre imagination… C’est l’une des choses qui nous permet de penser et d’être ce que nous sommes.

Comment fonctionne la mémoire ?

Grâce aux techniques d’imagerie cérébrale, les scientifiques peuvent aujourd’hui observer le cerveau humain sous (presque) tous les angles. Cette technique a notamment permis de se faire une petite idée du fonctionnement de notre mémoire.

scanner-cerveau

On identifie généralement trois « types » de mémoire.

La mémoire immédiate, ou mémoire à court terme

La mémoire immédiate, ou mémoire à court terme, stocke les informations utiles pour une durée très limitée, comme un post-it !

C’est elle que vous pouvez blâmer lorsque vous oubliez où est garé votre vélo, ou lorsque vous zappez d’acheter du pain en sortant du boulot.

Memento

Dans le film Memento, le héros a subi un traumatisme et ne peut pas engranger de nouveaux souvenirs. Il tatoue donc sur sa peau ce qu’il ne veut VRAIMENT pas oublier.

La mémoire de travail

La mémoire de travail ressemble sacrément à la mémoire à court terme, mais les spécialistes distinguent son aspect « actif » : elle permet d’avoir un espace où nous stockons et manipulons les informations pendant quelques instants.

Par exemple, lorsque vous cuisinez une nouvelle recette, votre mémoire va devoir retenir ce que vous lisez et, en même temps, manipuler les informations pour mesurer les doses, touiller les ingrédients…

chef-jon-favreau

Autre exemple : chaque jour, en cours, vous écoutez le discours d’un professeur (HOP, on stocke les infos) et vous prenez des notes (ZOU, on manipule).

Dans la mémoire de travail, plusieurs aires cérébrales fonctionnent de façon coordonnée. Si nous étions des ordinateurs, ce serait la mémoire vive, notre RAM !

Pour en savoir plus sur la mémoire de travail, cette brochure fourmille d’illustrations et d’explications.

La mémoire à long terme

Dans notre mémoire à long terme, notre disque dur, nous trouvons des faits récents, comme des faits très anciens. En fait, les informations liées à notre mémoire à long terme passent par trois phases :

  • L’encodage (l’enregistrement de nouvelles informations)
  • Le stockage (les informations sont enregistrées)
  • La restitution (nous avons accès aux informations)

La mémoire à long terme peut elle-même être subdivisée :

  • la mémoire explicite (ou déclarative) désigne tous les souvenirs dont nous avons conscience et que nous pouvons verbaliser (notre nom, notre date de naissance, votre plat préféré…)
  • la mémoire implicite (ou non déclarative) qualifie une mémoire qui ne s’exprime pas avec des mots (vous vous souvenez comment pédaler, courir…).

stranger-things-velo

À l’intérieur des mémoires explicites et implicites, nous trouvons encore des subdivisions !

La mémoire implicite contient par exemple la mémoire procédurale (l’ensemble de nos habiletés et automatismes – conduire une voiture, manger… nous fonctionnons sans même nous en rendre vraiment compte), et des conditionnements émotionnels, entre autres.

Vous l’avez compris, la mémoire est une ÉNORME machine, et ce petit article ne fait qu’effleurer le sujet ! Si le sujet vous intéresse, vous êtes libres d’aller jeter un œil aux articles ci-dessous, ou à me faire signe si vous voulez que j’approfondisse les choses en commentaires ou lors d’un prochain article.

Pour en savoir plus…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Justine_
    Justine_, Le 6 décembre 2016 à 13h10

    @Lullabye Hello ! Je te remercie pour tes précisions...
    Je suis psychologue - j'ai obtenu mon diplôme il y a plusieurs années, il est fort possible que mes connaissances sur le sujet soient datées et je reconnais, de manière générale, bien volontiers mes erreurs :), d'autant que la psychologie cognitive n'était pas ma matière de prédilection !
    Pour un article de vulgarisation, j'ai voulu aborder le thème de manière très simple (peut-être trop ?). Parfois, je tâte le terrain, et selon les retours... je poursuis, je vais plus loin, j'aborde autre chose, je m'adapte, je corrige.
    Je mets systématiquement des liens en fin d'article pour celles et ceux qui voudraient en savoir plus, aller plus loin - des liens sont dispos sous cet article en particulier.

    Je suis surprise par la forme de tes messages, et à vrai dire un peu triste : tu peux tout à fait exprimer un désaccord, pointer des erreurs et, en même temps, essayer de ne pas juger mes compétences, mes profs, mon attention ?

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)