Pourquoi Aya Nakamura a bel et bien sa place sur madmoiZelle

Aya Nakamura est sur madmoiZelle, et ça en a surpris plus d'une. Louise t'explique pourquoi la jeune femme a tout à fait sa place sur le magazine.

Pourquoi Aya Nakamura a bel et bien sa place sur madmoiZelle

Samedi 3 novembre, j’ai publié le Street Style d’Aya Nakamura !

Aya Nakamura sur madmoiZelle ?!

Je me doutais bien que la vidéo allait soulever beaucoup de commentaires autour de la fourrure — puisqu’elle en porte.

Mais je ne pensais pas devoir faire face à autant de condescendance dans les commentaires, postés par des personnes qui se demandaient « pourquoi donc Aya Nakamura sur madmoiZelle ? ».

CHOC ! Une jeune meuf de 23 ans au succès colossal sur madmoiZelle… mais qu’est-ce qu’elle peut bien faire là ? Elle s’est perdue ?

Pourquoi Aya Nakamura ne serait-elle pas légitime sur madmoiZelle ?

J’entends tout à fait que plein de gens n’apprécient pas la musique d’Aya Nakamura.

Cependant, dans les commentaires, ça disserte sur le fait qu’elle « manque de profondeur et d’analyse de son discours », que ça soit dans ce Street Style ou dans ses chansons…

C’est drôle (non, pas vraiment), j’ai l’impression que quoi qu’elles fassent, les femmes (de manière générale, mais d’autant plus celles qui ont de la notoriété) ont toujours tort.

C’est comme si la société leur disait :

« Sois gentille, dis merci, fais un bisou, aie un avis tranché et réfléchi, souris, dis des choses intelligentes mais pas trop… »

Quoi que tu fasses, il y aura toujours des gens pour te dire que ce n’est pas assez bien.

Aya Nakamura, c’est peut-être pas pour toi

À l’heure où je t’écris, le clip de Djadja a plus de 218 millions de vues au compteur.

Quand j’invite Aya Nakamura en Street Style, je ne me dis pas « peut-elle soutenir une thèse sur l’importance de l’acceptation de soi chez les femmes de 18 à 25 ans vivant en milieu urbain ? ».

Je me dis « wow, cette meuf fait des MILLIONS de vues sur une chanson qui dit qu’elle va pas se laisser marcher dessus par un con qui décide de mal parler d’elle, il faut qu’on l’ait sur madmoiZelle, car c’est une madmoiZelle » !

Si tu n’apprécies pas sa musique, si tu ne comprends pas ses paroles ou carrément son succès, c’est ton droit mais… demande-toi si tu es la cible de ce qu’elle fait.

La réponse est probablement non. Et c’est vraiment pas grave !

Mais dans ma tête, ça disjoncte quand je lis des commentaires qui discréditent la personne entière d’Aya Nakamura sous prétexte qu’ils ne comprennent pas tout à fait ce qu’elle fait.

Peut-être que ça vaudrait le coup de se renseigner, de googler les paroles, de lire des interviews… Tiens, je te facilite la tâche ! Si tu te demandes ce que veut dire « être dans son comportement » :

À lire aussi : Comment la musique pop aide à rendre le monde meilleur

Aya Nakamura, « c’est pas l’esprit des Street Style » ?

Viennent ensuite les réflexions sur le fait que cette vidéo est un « mauvais Street Style ».

Apparemment, quelqu’un a écrit une circulaire (et personne ne me l’a transmise) sur ce qu’est « l’esprit des Street Style de madmoiZelle »…

Il me semblait pourtant que c’était « viens comme tu es et parle-nous de ton rapport aux fringues et au style ». Pour Aya Nakamura, le contrat est rempli !

Aya Nakamura et la fast fashion

En plus des critiques sur la fourrure, il y a eu des critiques sur le fait qu’Aya Nakamura portait des vêtements trop basiques et qu’en plus, c’était de la fast fashion (de la grande distribution, quoi).

Sauf que, devinez quoi ? La mode est multiple et les madmoiZelles aussi !

Il me semble que personne n’est tombé du berceau en étant vegan-bio-écolo-déconstruite, ni avec l’envie d’éblouir chaque personne grâce à l’aura de ses fringues chinées chez Emmaüs pour 50 centimes…

J’en conclus donc que chacun, chacune évolue dans son rapport à la mode et au monde. À son rythme.

Moi-même, je ne porte pas de fourrure, j’achète peu de vêtements et en vrai, la mode, ça ne m’intéresse que peu au quotidien. Je suis en train de faire du chemin dans ma tête pour consommer plus éthique, moins de plastique, etc.

Mais comme je viens de le dire : c’est un chemin. Tout le monde n’en est pas au même point. Tu n’es pas née éduquée sur tous les aspects et moi non plus.

Refuser la parole à celles et ceux qu’on juge « en retard » par rapport à soi, je ne vois pas en quoi ça va les aider, justement, à avancer sur ce chemin.

Je ne vais pas revenir sur le débat concernant la fourrure, car Clémence y a répondu en long, en large et en travers.

Tu as le droit de ne pas être d’accord avec le mode de fabrication des vêtements portés par Aya Nakamura. Moi-même, je ne le suis pas !

Mais je ne suis pas non plus la police de la mode, ni celle de la morale.

Et surtout, j’ai confiance en toutes les lectrices de madmoiZelle pour qu’elles utilisent leur libre arbitre quand elles lisent et visionnent nos contenus.

Aya Nakamura, porte d’entrée vers madmoiZelle

Personnellement, c’est par les Street Style que je suis arrivée sur madmoiZelle.

Sans Margaux Motin, son écharpe H&M et ses chaussures Zara devant un 4×4 suspendu au bout d’un jean au Who’s Next…

Je ne serais certainement pas la meuf que je suis aujourd’hui, en train d’écrire ces lignes dans un magazine qui a changé ma vision et mon opinion sur plein de choses !

C’était il y a 10 ans

J’imagine toutes les Loulou qui débarquent sur madmoiZelle parce qu’elles ont vu Aya Nakamura, une chanteuse qu’elles kiffent, devant ma caméra.

Et qui à la suite de ça vont peut-être aller piocher des articles sur madmoiZelle, qui vont les faire réfléchir, bosser leur libre arbitre, élargir leurs horizons.

Peut-être même changer leur mode de vie pour le rendre plus écolo, cruelty-free.

En gardant en tête ce modèle d’un temps, cette femme noire au succès fou qui se montre à la caméra comme elle est, sans faux-semblants, avec ses contradictions et sa belle énergie.

À lire aussi : Et si j’étais… une mauvaise féministe ?

L'essentiel de madmoiZelle

Cet article t’a parlé ? Tu aimerais en lire davantage ? Abonne-toi au chatbot de madmoiZelle, un gentil robot qui t’envoie sur Messenger, en fin de journée, l’essentiel du magazine à ne pas rater !

Louise Pétrouchka

Louise Pétrouchka

Louise était presque chauve jusqu'à ses deux ans. C'est peut-être pour ça que Fab a accepté de l'embaucher. Elle s'occupe des podcasts, du community management et de la rubrique musique !

Tous ses articles

Commentaires

Scarlet_fox

Pour moi, le problème serait plus de l'ordre du racisme et des préjugés que l'on a sur elle car elle fait de la musique "populaire".
Juger de la valeur d'une personne simplement en écoutant ses chansons, en regardant ses interventions médiatiques, et en déduire qu'elle manque de "profondeur", je ne crois pas que ce soit dans l'esprit de madmoizelle.
Alors, avant de chercher la petite bête et de pourrir une section commentaire de remarques désobligeantes, assumer le fait que vous êtes bourrés de stéréotypes, et qu'il serait temps de vous en débarrasser au lieu de faire rentrer tout le monde dans votre vision étriquée de la vie.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!