5 clichés qui ont la vie dure me concernant

Émilie Laystary a un coup de gueule à faire passer : elle en a assez des clichés qui la suivent à la trace.

5 clichés qui ont la vie dure me concernant

Après vous avoir listé ces expressions qui me font l’effet d’une craie qui crisse et vous avoir confié qu’il y a des gens que je tuerais bien volontiers, permettez moi de vous parler aujourd’hui de 5 clichés qui me collent à la peau où que j’aille.

Peut-être vous reconnaîtrez-vous dans certains d’entre eux ? Peut-être aurez-vous envie de venir nous raconter les idées reçues dont vous faites souvent les frais ? En attendant, laissez moi porter un toast à tous les mecs qui ont des petites mains mais un gros sexe, à mes potes algériens qui ne savent pas rouler les R, pas plus qu’ils ne font le ramadan, à mes copines blondes qui sont intelligentes en dépit de ce qu’on veut faire dire à leur couleur de cheveux, à mon voisin roux qui ne se met pas à puer lorsqu’il pleut, à ma cousine infirmière qui ne s’envoie pas en l’air entre deux gardes et à mon meilleur pote congolais qui n’a pas du tout le rire d’Eddy Murphy.

Ensemble, tordons le coup aux raccourcis, aux poncifs et aux idées toutes faites.

1. « Tu dois pas bien tenir l’alcool, non ? »

Parce que je fais 1m63 et des poussières, beaucoup de mes acolytes de soirée s’imaginent que l’alcool doit se répandre vitesse grand V dans mon petit corps. La vérité pourtant, c’est que j’enchaîne très bien les pintes de bière, j’adore le whisky-Coca, et pendant que je suis encore en train de discuter gentiment près de la fenêtre, mes potes qui font du basket sont déjà en train de repeindre les toilettes de notre hôte.

2.  « C’est marrant, t’as pas l’accent du Nord »

Je suppose que c’est un des effets post-Bienvenue chez les Ch’tis, mais quand il m’arrive de rencontrer quelqu’un 1. qui n’est visiblement jamais allé plus au Nord que Paris, 2. apprend dans la même conversation que je suis née à Lille, 3. s’étonne de mon « bon français », j’ai très souvent le droit à la phrase « Quoi, tiens, mais, en fait t’as pas l’accent du Nord, toi ? ». SI SI, je l’ai, je suis née dans les corons. Allez rentre chez toi et dors, min p’tit quinquin, min p’tit pouchin, min gros rojin, te m’feras du chagrin, si te n’dors point j’qu’à d’maaaaain.

3. « Vazy, avec ta petite tête ça passera bien »

Quand j’étais au collège, c’est moi qui allais gratter des clopes dans la rue pour mon pote fumeur. Sa théorie ? « Avec ta petite tête, on ne peut rien te refuser. » EH BAH SI. DES CLOPES, par exemple. Quand t’as 12 ans et que t’as l’air d’en faire 8, y’a rien d’étonnant, en même temps.

Plus de 10 ans après, presque rien n’a changé. Quand on a le malheur de prolonger l’apéro de 18h jusque 3h du matin et que les voisins d’en dessous viennent se plaindre, là encore, c’est moi que l’hôte de la maison envoie. « Avec ta petite tête, ils nous en voudront même pas ». SAUF QUE, petite tête ou pas, quand tu te fais réveiller par de la techno au milieu de la nuit alors que tu travailles à 8h le lendemain, tous les fauteurs de trouble ont des têtes à se manger un verre d’eau dans la figure. Testé et approuvé.

4. « Tu vas présenter le 20h ? »

De la même façon que tout au long de ma scolarité à Science-Po, on m’a souvent lancé des « Ah tu veux devenir présidente de la République ? », quand je suis entrée dans mon école de journalisme,  on n’a pas arrêté de me dire « Tu vas présenter le 20h ? En plus c’est marrant, y’a eu Harry Roselmack le renoi, mais pas encore d’asiat. Bon plan ! »

Merci pour ce début de plan de carrière mon bon ami, mais le journalisme ne se limite pas au journalisme télé. Pour info, il y a aussi la radio (tu sais, celle que plus personne n’écoute en direct depuis qu’il y a les podcasts) et la presse écrite (celle dont on prévoit assez régulièrement la mort « à cause des journaux gratuits et de l’Internet », oui celle-là).

Non ? Tu ne vois toujours pas ce que je veux dire ? Bon, et toi t’es roux et tu fais des études de chimie, t’as envie de devenir Dexter en fait ?

Allez, salut.

5. « Ça va, toi tu dois pas avoir peur dans la rue. Avec les arts martiaux. »

Soit certains pensent vraiment que les familles asiatiques n’achètent pas Sophie la girafe pour leurs nouveaux-nés mais un Nunchaku, soit ils pensent qu’on est tous nés ceinture noire en kung fu. Reste que, très souvent, on me dit « Ouais tu dois pas avoir trop peur dans la rue toi, avec le judo/karaté/kung fu/taekwondo/barrez la mention inutile ».

Sérieusement ? Ces gens croient-ils vraiment que l’enseignement d’un art martial chez l’enfant d’origine asiatique est aussi systématique que celui des déclinaisons latines chez les petites têtes blondes de l’Occident ? ALLÔ la Terre. Bon, je retourne foutre mon nez dans un bol de riz, si c’est ce que la société attend de moi.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 23 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Zumba38
    Zumba38, Le 11 mai 2014 à 23h28

    J'aime bien cet article et difficile de ne pas se reconnaître parce que tout le monde vit des clichés au quotidien.

    Mon top 3 :

    1) " Qu'est-ce que tu fais dans la vie ? " " Je travaille dans les ressources humaines." " Tu es payée pour virer des gens, quoi "

    NON, NON, NON et NON ! Les RH ne sont pas à classer dans la catégorie "psychopathes". Les licenciements ne sont qu'une partie infime du métier et ce que la plupart des gens ne savent pas, c'est que ce sont très souvent des juristes qui font le sale boulot !

    J'en ai eu marre de justifier mon choix professionnel alors maintenant quand je dis " je bosse dans le recrutement", ça passe mieux !

    2) "C'est bizarre ... tu n'as pas l'accent du Sud !"

    Eh oui, on peut avoir vécu 20 ans à Montpellier et ne pas avoir l'accent. C'est dingue, non ? En plus, je n'aime ni le pastis ni les fêtes taurines ... Encore plus fou, n'est-ce pas ?

    3) "Tes cheveux, c'est une permanente ou ce sont des vrais ? Tes yeux, ce sont des lentilles ?"

    Non, je suis en plastique et c'est fantastique !

Lire l'intégralité des 23 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)