3 façons de manger des légumes qui changent de la vapeur

Manger des légumes quand tu ne sais pas cuisiner, c'est un peu la croix et la bannière : pas de goût, texture chelou et grosse déprime dans l'assiette. Comment changer un peu tout ça ? Avec deux-trois trucs tout simples.

3 façons de manger des légumes qui changent de la vapeur

Pourquoi changer de la vapeur ? Parce que, à peu près partout, tu peux lire que le sacro-saint légume vapeur t’apporte joie, félicité, perte de capitons et vitamines à gogo. Soyons honnêtes quelques petites secondes : tout le monde n’a pas de cuit-vapeur (ou de panier vapeur, ou de sauna à la maison). Et tout le monde n’aime pas ça : le légume vapeur, tel quel, ça me filerait presque des angoisses tellement je le trouve tout nu (et la nudité dans l’assiette, ça me gêne, je suis une fille pudique). Histoire de ne pas mourir sans vitamines dans le corps, j’ai adapté ma survie en milieu légumesque grâce à quelques ajustements.

La soupe

La soupe permet de manger à peu près n’importe quel légume sans aucun problème, il faut juste apprécier d’avoir du liquide dans le ventre toute la soirée.

 Version home-made :
Bien entendu tu peux faire des soupes à tout et n’importe quoi, mais généralement une soupe de base se compose de légumes cuits (carotte, poireaux, potiron, épinards…) et d’un bouillon (le tout prêt c’est déjà bien hein, mais si vous avez le courage d’en faire vous même, chapeau). Ensuite, si votre soupe est trop liquide, vous pouvez l’épaissir un peu avec une crème (crème fraîche, crème de soja, n’importe quoi), de la pomme de terre cuite (commencz avec une pomme de terre moyenne, pas plus, vous ne faites pas de la purée !) ou encore une céréale (quinoa, épeautre, boulgour…).

Les possibilités de soupes sont quasi infinies, et ça permet même de liquider des légumes dont vous n’aimez pas le goût en les masquant avec des épices, ou des légumes qui ne sont plus de toute première fraîcheur. Seul point négatif : le matériel. Il vous faut impérativement un mixer. Je vous conseille les mixer plongeurs, qui ne coûtent pas très cher (une quinzaine d’euros pour les premiers prix), et qui se plongent directement dans la casserole.

Version toute prête : les briquettes de soupe de supermarché sont généralement meilleures que les soupes déshydratées. Ça dépanne bien mais attention : elles contiennent souvent beaucoup de sel ! Là aussi tu peux trouver tous les goûts de la nature. Tu peux également les customiser comme bon te semble, en y ajoutant du fromage, du bacon… En général, deux petites briques coûtent moins de deux euros.

Le gratin

Le gratin est une façon merveilleuse de manger des légumes, puisque tu peux y mettre absolument tout ce que tu veux, et qu’une fois sorti du four, ce sera comme si Dieu en personne était venu te servir un bon petit plat. C’est souvent long à faire, mais rien de tel un soir de déprime que de manger son gratin à même le plat, en poussant des cris d’animaux sauvages.
Version home-made : une recette de base du gratin, c’est tout simplement de mettre des légumes au fond du plat (cuits de préférence si tu veux que ça aille plus vite), de recouvrir d’un peu de crème et de fromage râpé et d’enfourner tout ça pour une bonne trentaine de minutes. Mais la magie du gratin, c’est que tu peux ajouter à tes légumes de la viande, des céréales, des pâtes, du riz… Le gratin est totalement free du slip et n’a aucune limite. La seule règle à respecter, c’est, quand on est débutante, de toujours précuire les ingrédients avant afin d’éviter une cuisson de deux heures et demi. Quelques associations qui marchent bien : le gratin de chou-fleur, le gratin de courgette et le gratin d’épinards.

Version toute prête : les rayons surgelés débordent de gratins, mais ceux de Monoprix (gratin de chou-fleur à la crème, pour n’en citer qu’un) sont bons, pas trop chers (moins de 3€ la barquette de 450 grammes) et se chauffent tous seuls comme des grands, puisque tu peux même les faire au micro ondes. Le gratin de thon aux légumes grillés de chez Picard est un peu plus cher (3€70), mais très bien fait !

Utiliser du fromage

Vous allez croire que cet article est un vrai plaidoyer pour le frometon, mais vous n’êtes absolument pas obligées de suivre mes conseils aussi diététiques qu’une boîte de saindoux. Le fromage, à petite dose bien entendu, dans les légumes reste une super bonne façon de les accommoder et de les avaler en moins de temps qu’il n’en faut pour enfiler son slip.

Version home-made : sur tous les légumes un peu consistants, type carottes, chou-fleur, brocoli… vous pouvez faire fondre un peu de cancoillote (celle de Carrefour Discount par exemple, moins de deux euros le pot). Je sais, ce fromage a un nom à coucher dehors, ressemble vaguement à de la raclette fondue mais possède pas mal d’atouts. Le goût est très doux, un petit pot ne coûte pas cher et dure longtemps, et surtout, il est beaucoup moins gras qu’il n’y paraît. Pas de risque donc d’infarctus à 20 ans. Pour les légumes qui se mangent plutôt en purée, pensez aux fromages qui fondent bien comme le gruyère rapé. Alors bon, certes, il ne faut pas en consommer tous les jours parce que ça reste quand même très riche. Mais de temps en temps, ça ne fait pas de mal.

Version toute prête : Findus propose des barquettes micro-ondables d’épinards à la crème et au chèvre. En un mot : c’est divin, et pas du tout écœurant, pour 1€90 les deux petites barquettes individuelles.

Et vous, quelles sont vos astuces pour consommer des légumes sans faire la grimace ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 20 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Freehug
    Freehug, Le 26 octobre 2013 à 4h52

    Sinon il y a les mélanges d'épices "tout prêts" à faire en bouillon avec un cube en plus (kub or Maggi... la pub c'est mal mais c'est vrai que c'est sympa et pas trop cher)

    Sinon on trouve plein de "combos qui marchent avec tout" sur le net:
    - citron + gingembre + lait de coco
    - sauce soja + sauce d'huîtres/teriyaki/nuoc-mâm
    - bouquet garni (des herbes: persil, laurier, thym)
    - huile d'olives + tomates + basilic
    - coriandre + cumin + citron confit
    - curry + lait de coco + un peu de cannelle
    - échalotes + crème fraîche + vin blanc/rouge
    - colombo + ail

    etc, etc... Il suffit en fait de respecter une "nationalité de cuisine" (asiatique, indienne, maghrébine, française, italienne, antillaise...) et de mélanger deux-trois épices ou arômes traditionnels, et voilà. N'oubliez pas de laisser mijoter à feu doux un moment pour que les légumes s'imprègnent bien, et de mettre un fond d'eau pour que ça ne brûle pas. Bon ap'!

Lire l'intégralité des 20 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)