Étudiante, voici 8 bonnes habitudes qui vont te changer la vie

Au milieu de l'année universitaire, il est parfois difficile de rester motivée par tes études. Voici 8 habitudes faciles à prendre pour changer ta routine, et déchirer dans ton cursus !

Étudiante, voici 8 bonnes habitudes qui vont te changer la vie

Nous sommes début mars. Si tu as tenu dans tes études jusqu’à aujourd’hui, c’est probablement que tu fais quelque chose qui te plaît, ou qu’au moins tu veux aller jusqu’à la fin de l’année.

Se motiver pour la fin de l’année en tant qu’étudiante

Sache que si ça n’est pas le cas, il est toujours temps de penser à te réorienter dans une filière qui te conviendra mieux.

Dans tous les cas, si tu es comme moi, peu importe à quel point ta formation te passionne, tu traverses peut-être un coup de mou en termes de motivation à cette période.

Du coup, l’attente des grandes vacances (si tu en as !) peut te sembler IN-TER-MI-NABLE…

Bon, fini de râler, la solution est peut-être à portée de main, avec un petit changement de routine.

Voici pour toi 8 habitudes faciles à prendre, et qui pourront peut-être modifier ton quotidien, pour t’aider à te remotiver d’ici la véritable arrivée des beaux jours.

Étudiante, sors le bout de ton nez dès les premiers rayons de soleil

J’ai écrit « la véritable arrivée des beaux jours », ce qui ne veut pas dire que le soleil ne pointe pas déjà le bout de son nez, surtout selon la région où tu étudies.

Donc si c’est aussi agréable pour toi que ça l’est pour moi, je ne peux que t’encourager à réviser en extérieur : parcs, quais, placettes et autres terrasses de café peuvent t’accueillir pendant cette fin d’hibernation.

Je trouve ça motivant et stimulant, parce que j’adore le soleil. Ça offre la possibilité de sortir de la routine de cours, révisions à la B.U., révisions chez soi.


Moi, en route pour réviser sous les premiers rayons.

Bonus : pour peu que tu joues le jeu, tu peux en profiter pour couper Internet et toute 4G qui te pousserait à te déconcentrer, pour privilégier des bouquins, manuels, tes notes de cours et les dossiers écrits à rendre.

En plus d’être full concentrée, tu peux décider de délimiter dans le temps cette session de révisions. Soit avec une véritable alarme, soit en te disant que tu bosses jusqu’à ce que le soleil se couche et que tu commences à avoir froid.

Ça change de ton rythme habituel, et ça peut te provoquer des éclairs de créativité. Ton teint hâlé (sponsorisé par les dossiers à rendre) et tes bonnes notes remercieront le réchauffement climatique !

Étudiante, prends l’habitude de marcher régulièrement

Marre d’être toujours dans les révisions ? Pas envie, ou pas les moyens de reprendre le sport ? Sors marcher !

Tu peux chercher sur Internet des itinéraires sympa, selon si tu aimes marcher plutôt en pleine nature ou dans les rues piétonnes de ta ville, ou encore décider d’aller te perdre au hasard des croisements.

Sur le rythme, c’est pareil : à toi de voir si tu es plutôt un bolide qui trace sa route, ou si tu aimes flâner, pour ralentir la course du quotidien.

Tu peux certainement trouver 30 minutes une à deux fois par semaine pour t’offrir ce moment. Si tu es trop en rush sur tes dossiers à rendre, c’est peut-être une bonne occasion pour y réfléchir sous un autre angle, et avec du recul.

Perso, mes meilleures idées me sont toujours venues dans des moments « inappropriés », ou du moins qui n’avaient rien à voir avec un contexte de boulot.

Donc ces 30 minutes ou plus de promenade, en plus de faire du bien à mon corps et mon esprit, je ne les ai jamais vues comme perdues. Au contraire, j’en ai presque toujours tiré de la matière !

Et puis le soleil c’est bien, cf. mon point précédent.

Les podcasts, meilleurs alliés de tes études

La diversité des podcasts est similaire à celle des chaînes YouTube. Il en existe sur tous les sujets, tous les tons, dans toutes les langues… Bref, peu importe ton objectif, tu en trouveras probablement un qui correspondra à tes attentes.

Pour te détendre, te vider la tête, tu as des podcasts cons comme Laisse-Moi Kiffer, notre podcast du kiff et de la digression.

Si tu as peur de perdre du temps dans tes études, tu peux écouter des contenus variés en lien avec les thématiques dont tes cours traitent, voire qui vont plus loin.

Nombreuses sont les universités autour du monde à proposer au téléchargement des conférences de colloques, par exemple.

C’est pratique, parce que tu peux les écouter par exemple… quand tu marches. De quoi rentabiliser tes 30 minutes du point précédent si « juste » te vider la tête n’est pas envisageable.

À une période où je n’arrivais pas à trouver suffisamment de temps pour préparer un dossier sur Goya (j’étais en études d’espagnol), j’écoutais des contenus à son sujet quand j’étais au volant, grâce aux podcasts.

Ça m’a permis de mieux appréhender le sujet, et de varier mes sources.

Cette option fonctionne avec tous les moyens de transport (bon peut-être pas en deux-roues, mais fais gaffe à ta sécurité et à celle des autres, quoi).

Et comme tu n’as pas besoin de connexion pour écouter des podcasts préalablement téléchargés, même le métro le plus profond n’y résistera pas.

Cuisine pendant tes études

Incroyable mais vrai, ton organisme a besoin de nutriments adaptés et de qualité pour que tu sois en forme et performante pendant tes études.

Si au début de l’année tu t’étais dit que tu cuisinerais pour chacun de tes repas, à ce stade tu as peut-être abandonné.

Pas de jugement, mais peut-être que le coup de mou de mi-cursus est aussi dû aux sandwichs triangles que tu t’es enfilés…

Si tu penses que c’est le cas, te remettre à la cuisine peut être une super solution pour rebooster ton organisme comme ton moral.


« Cuisiner », on a dit.

Si préparer ta bouffe c’est pas ton truc, tu peux peut-être recommencer à peupler les bancs du restaurant universitaire (R.U. pour les intimes), qui te coûtera certainement moins cher qu’un gros McDo, et fera plaisir à ton corps.

Participer en cours, une habitude à prendre pendant tes études

Peut-être as-tu commencé l’année en participant en cours et que tu t’es lassée. Peut-être que c’est pas ton truc du tout.

Toujours est-il que selon moi, un cours gagne énormément en intérêt et est beaucoup plus stimulant lorsque j’interagis avec mes enseignants et enseignantes.

Participer en cours, c’est aussi faciliter grandement les temps de révisions : si tu as posé toutes tes questions, tu auras mieux compris et appréhendé le contenu de l’enseignement. Mieux retenu, même, probablement.

Si jusqu’à maintenant tu ne l’as que peu fait, ou si tu n’as jamais trop osé lever la main, si tu commences à décrocher, profite peut-être de ce milieu d’année pour te mettre à participer.


Tu peux te faire confiance !

Ça peut vouloir dire répondre aux questions des profs, ou poser le tiennes, soulever des interrogations, donner ton point de vue… Les possibilités sont multiples.

Si cela te semble difficile, tu peux commencer par te fixer un objectif clair à ta hauteur. Prendre la parole une fois par jour, une fois par cours, à chaque fois que tu n’es pas sûre d’avoir bien compris une notion… Fais selon ce qui te convient.

Si tu t’y tiens, il est possible que cela devienne une habitude au fur et à mesure, et que tu gagnes en spontanéité.

D’ailleurs, tes camarades de promo te remercieront : si tu te poses une question, c’est probablement que quelqu’un d’autre dans la classe n’a pas compris.

Et tu participeras à dynamiser les cours pour toute ta classe !

Et si tu changeais de manière de prendre tes notes pendant tes études ?

Si tes fiches de révisions te gonflent, peut-être que c’est parce que tu n’arrives plus à prendre des notes d’une manière qui te stimule lors des révisions.

Pourquoi pas commencer à le faire à plusieurs, via un Google Doc par exemple, pour permettre à tes camarades d’apporter leurs propres méthodes de prise de notes à tes documents de travail ?

Si un jour tu es absente, tu pourras même profiter de cela pour rattraper tes cours plus facilement.

J’explique cette méthode dans cette vidéo.

Ça ne demande que 2 ou 3 camarades motivées pour mettre cela en place, et un peu de sérieux. Et ça rendra aussi tes cours plus participatifs !

Fréquente des lieux culturels pendant tes études

Un de mes kifs pendant mes études, c’était d’aller plus loin dans les contenus sur lesquels je travaillais, tout en m’amusant. Je pense même, pendant un temps, que j’allais plus souvent au cinéma qu’en cours.

As-tu remarqué que j’aime les études ? C’était mon favori de l’année 2018, d’ailleurs.

Si tu n’es pas obligée d’atteindre cet extrême, je ne peux que te conseiller de profiter de tout ce que ton établissement et ta ville peuvent proposer, qui aurait un rapport de près ou de loin avec ton cursus.

Je parle cinéma, mais toutes les expos, conférences, les colloques, pièces de théâtre, sont bonnes à prendre.

Et tu peux même imaginer plus que cela !

J’avais par exemple envie d’aller à un colloque à Rennes sur mon sujet d’études, alors que mon université était à Avignon.

Avec une camarade d’une autre promo, nous avions demandé à nos profs s’ils nous autorisaient à être absentes pour nous y rendre.

Nous avons partagé un AirBNB pour réduire les frais, et passé 3 jours à écouter des expertes parler de l’art et de la Colombie. Cela fait partie de mes meilleurs souvenirs d’études, et j’ai créé au passage une formidable amitié !

Il est aussi possible de faire ça à plus petite échelle : cette camarade et moi voulions aller à une exposition à une heure de voiture de notre fac.

Nous avons proposé à tous les étudiants de notre filière d’y aller, et à plusieurs profs de nous accompagner.

Nous avons donc formé un convoi. Deux d’entre nous ont conduit tout ce petit monde en voiture, et nous avons pu visiter l’expo avec l’éclairage de chaque étudiant et enseignant selon sa spécialité.

Le tout, pour finir par un repas partagé au soleil, et de super discussions et débats sur le sujet de l’expo.


Mes profs, mes potes et moi revenant d’une expo sur Botero et Picasso.

Un autre magnifique souvenir, qui a demandé assez peu d’organisation, finalement.

Tout cela permet aussi d’ajouter des contenus à ta culture générale, que tu pourras AU HASARD replacer dans tes copies de partiel… !

Être à ton écoute, l’habitude primordiale pour réussir dans tes études

Tous ces conseils peuvent être bons à prendre, ou peut-être pas selon ta manière de travailler. Le plus important, c’est d’être à ton écoute.

À l’écoute de tes envies, de ta curiosité, de tout ce qui te fait vibrer dans ce que tu étudies.

Si tu ne te sens pas bien dans ta filière, peut-être est-ce le moment d’en changer. Et non, il n’est jamais trop tard ! Les universités ont toutes un service d’orientation que tu peux consulter pour te renseigner sur tes possibilités.

Si ton problème est simplement un coup de mou hivernal de demi-an, alors saisis-toi de ce qui te fait du bien, et de ce par quoi tu te sens stimulée.


T’as même le droit de te faire un check à toi-même !

Avec ça, tu devrais pouvoir retrouver de l’entrain jusqu’à la fin de l’année universitaire. C’est en tous cas tout ce que je te souhaite !

Si tu as d’autres techniques pour te remotiver au cours de tes études, n’hésite pas à les partager dans les commentaires. J’ai prévu d’un jour y revenir, et ça me servira sûrement si j’ai un coup de mou moi aussi !

Et puis, d’ici-là, ça servira certainement aux lectrices dans ce cas !

À lire aussi : 13 réseaux étudiants pour t’épanouir hors de tes études

Mathilde Trg

Mathilde Trg

Relectrice « zéro faute » hors-pair, Mathilde est aujourd’hui l’interlocutrice des maisons d’édition désireuses de faire connaitre leurs œuvres sur madmoiZelle. Elle est aussi obsédée par les e dans l’o (œ) que par Orelsan (à toi de juger ce qui est le plus grave), et prononce les noms espagnols avec l’accent.

Tous ses articles

Commentaires

Robin Cohen

Quelques années après le diplôme, je n'ai presque plus honte d'avouer que pendant mes études de sage-femme (que j'ai trouvées très difficiles à cause d'une ambiance de ), je me suis remise à regarder les premières saisons de grey's anatomy, pas pour ce que la série m'apprenait (faut pas déconner) mais parce que les personnages étaient alors étudiant.e.s et avaient l'air de kiffer leur torture et bosser, réviser comme des fous, se faire des quizz, ne pas dormir pour être les plus fort.e.s semblaient leur plaire. Ça avait l'air si cool que ça m'a rappelé qu'on pouvait voir ça comme un jeu, que c'était des études que je voulais faire et ça m'a bien remotivée
La motivation peut se cacher en d'étranges et insoupçonnés recoins, ne négligez rien et tenez bon si le but visé vous tient à coeur !! Courage ❤
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!