Trump, le 1er Président à participer à une marche anti-IVG


Donald Trump continue à affirmer son idéologie anti-IVG en participant à une Marche annuelle contre la liberté des femmes à disposer librement de leurs corps.

Trump, le 1er Président à participer à une marche anti-IVG

C’est un nouveau symbole de Donald Trump contre le droit à l’avortement aux États-Unis.

Le président avait déjà affirmé son engagement contre le droit à l’IVG (interruption volontaire de grossesse) par le passé, mais il franchira un nouveau cap vendredi 24 janvier en participant à la Marche pour la vie à Washington.

C’est le premier président américain à se rendre à cet événement annuel contre le droit à l’IVG. La Maison Blanche l’a annoncé sur Twitter :

La « Marche pour la vie », un évènement anti-IVG

Cette manifestation est organisée autour de la date d’anniversaire de l’arrêt de la Cour suprême « Roe v. Wade » du 22 janvier 1973 qui légalise l’IVG.

Mais cet arrêt donne aussi la possibilité aux États d’apporter des restrictions au droit à l’IVG à partir du 3ème trimestre de grossesse.

Sur Twitter, la « Marche pour la vie » s’est réjouie de la participation de Trump :

« La Marche pour la vie est honorée d’annoncer que Donald Trump sera le premier président à prendre la parole lors de la Marche. »

Une annonce de mauvais augure pour le droit à l’IVG aux États-Unis, d’autant plus que celui-ci a déjà subi des restrictions par le passé

Un droit à l’IVG restreint dans certains États

Ce n’est pas la première fois que le droit à l’IVG recule sous la présidence Trump.

Le 15 mai 2019, l’Alabama a voté la loi la plus répressive des États-Unis sur l’IVG. Le viol ou l’inceste ne constituent par exemple pas des conditions suffisantes pour se faire avorter.

Le problème : ces restrictions peuvent entraîner des avortements illégaux réalisés dans des conditions dangereuses pour la santé.

Ou alors, les femmes seront contraintes à partir à l’étranger pour se faire avorter, comme au Mexique ou au Canada.

Sauf que ces voyages sont loin d’être accessibles à tout le monde, sans compter le prix de la procédure elle-même…

Je te rappelle que les prochaines élections présidentielles américaines auront lieu le 3 novembre 2020.

Le Président est actuellement en pleine procédure d’impeachment, une mise en accusation qui rend sa destitution possible.

Mais les chances de le voir destitué avant les élections sont très faibles, et cette procédure ne change rien à ses chances d’être élu en 2020, selon un article de 20 Minutes

Si tu veux en savoir plus sur le droit à l’IVG sous Trump, je te renvoie vers cet article très complet d’Esther :

À lire aussi : État des lieux du droit à l’avortement sous Trump

Faustine M

Faustine M


Tous ses articles

Commentaires

Onirinaute

@LovelyLexy une des raisons pour lesquelles je prie pour que ça ne soit pas Biden, trop peur des attaques sur de possibles magouilles familiales... Mais tu as raison, il y a plein de choses que le/la candidat/e pourra tourner à son avantage en sachant s'y prendre :)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!