Donald Trump est acquitté et ne sera pas « impeached »

Donald Trump, le 45ème président des États-Unis, était « impeached ». Il vient d'être acquitté et restera au pouvoir jusqu'à la fin de son mandat.

Donald Trump est acquitté et ne sera pas « impeached »Gage Skidmore / Flickr

Mise à jour du 6 février 2020

Je me souviens encore du nuage sombre qui s’est abattu sur moi le jour où, en me réveillant le matin, j’avais découvert que Donald Trump était élu président des États-Unis.

En ouvrant les yeux le 19 décembre 2019, c’était plutôt l’inverse. Tout l’Internet le scandait : « Donald Trump is impeached » ! Mais il ne fallait pas non plus trop se réjouir…

L’impeachment, c’est une « mise en accusation » qui peut aller jusqu’à la destitution. Les chances que le président américain soit destitué étaient très faibles, comme l’ont relayé de nombreux médias ; lis ci-dessous pour plus d’infos.

Donald Trump est acquitté et ne sera pas destitué

Mais la nouvelle est tombée aujourd’hui : Donald Trump est acquitté et restera bel et bien en fonction jusqu’à la fin de son mandat.

Lors du vote final du Sénat américain, Donald Trump a reçu le soutien de tous les élus du parti républicain, dont il fait partie, sauf celui de Mitt Romney.

Une majorité de 67 voix sur 100 le déclarant coupable au Sénat était nécessaire à sa destitution. Avec 53 républicains au Sénat, cette majorité n’a pas été atteinte.

Si tu veux mieux comprendre la procédure qui visait le président américain, voici quelques explications sur l’impeachment et ce que tout cela signifie, lis le reste de l’article !

Donald Trump « impeached » : ça veut dire quoi ?

Publié le 19 décembre 2019

En français, on parle plutôt de « mise en accusation » ou de « destitution ». Wikipédia l’explique ainsi :

« Une procédure américaine permettant au pouvoir législatif de destituer un haut fonctionnaire. »

Trump est donc mis en accusation, ce qui rend une potentielle destitution possible… mais loin d’être garantie (je t’explique plus bas).

Le Monde précise que le président a été mis en accusation « pour abus de pouvoir et obstruction au Congrès ».

L’abus de pouvoir fait référence à la « faveur » demandée par Trump au président ukrainien : des enquêtes approfondies, et secrètes, sur ses adversaires politiques (notamment Joe Biden).

Toujours chez Le Monde, les Décodeurs ont fait un beau boulot de synthèse et de pédagogie pour expliquer les accusations visant Donald Trump.

Pour te faire un parallèle, c’est comme si le président américain était mis en examen. Ça ne veut pas dire qu’il est condamné, mais ça veut dire qu’une forme de procès est en cours.

Donald Trump « impeached » : va-t-il être destitué ?

Toujours selon Wikipédia :

La procédure américaine [d’« impeachment »] compte trois étapes :

  1. L’enquête, menée en général par le Comité judiciaire de la Chambre des représentants des États-Unis
  2. L’impeachment, qui doit être voté par la Chambre des représentants à la majorité simple (comme une loi)
  3. Le procès (impeachment trial), qui se tient devant le Sénat des États-Unis, présidé par le vice-président, ou par le président de la Cour suprême si c’est le président qui est jugé ; la décision de culpabilité ne peut être acquise qu’à la majorité des deux tiers.

L’étape 2 est franchie. La suite se passera au Sénat, et il faut qu’au moins les 2/3 des Sénateurs et Sénatrices votent en faveur de la destitution de Donald Trump.

Or, le Sénat compte une majorité de Républicains — le parti du président — avec 53 sièges contre 45 pour les Démocrates (et 2 indépendants).

Il faudrait que tous les votes démocrates, PLUS au moins 20 votes républicains, soient en faveur de la destitution de Donald Trump. Ce n’est pas gagné…

Le Point explique :

« Mais il reste improbable que certains [Républicains] – voire même un seul – votent sa destitution. Et la raison principale de cette « fidélité » au président est davantage d’ordre politique que judiciaire.

En effet, de nombreux sénateurs sont eux aussi en campagne électorale.

En 2020, les Américains ne choisissent pas seulement un nouveau président, ils doivent aussi renouveler une partie de la chambre haute du Congrès.

Il n’y a donc pas un mais plusieurs scrutins décisifs pour l’avenir du pays en novembre 2020.

Et tous risquent de tourner autour de la personne de Donald Trump. »

Le symbole est fort, mais les chances de voir Trump destitué avant les élections de novembre 2020 sont très faibles.

J’espère que tu as mieux compris le sujet avec ces explications !

À lire aussi : État des lieux du droit à l’avortement sous Trump

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

LovelyLexy

@Princesse Sarah @Sadala : je dois avouer que je ne partage pas du tout votre optimisme :shifty:

Enfin je peux me tromper, mais j'ai pas du tout l'impression que Trump sort affaiblit de cette affaire, bien au contraire. Si le but était de montrer qu'il n'est pas au-dessus des lois, c'est complètement raté. C'est quand même le président des US qui a commis l'infraction à la Constitution la plus caractérisée et la plus aisément démontrable, et le seul à en ressortir acquitté. Et c'est pas juste qu'il a été acquitté, c'est que son camp, dès le début de la procédure, n'a fait aucun mystère du fait qu'ils se rangeraient unanimement derrière lui et ne jetterait même pas un oeil au preuves ou aux témoins. C'est extrêmement grave, ce qu'il vient de se passer, ça établit un précédent très dangereux. Chaque président suivant pourra se dire "Ouais, ok, en théorie y'a des règles à respecter, mais du moment que j'ai la majorité au Sénat j'ai les mains libres"... Trump ressort complètement grandit et renforcé de cette affaire, il a vraiment pu démontrer que son camp est derrière lui et qu'il peut complètement se moquer de la loi, il n'y aura pas grand-monde pour lui en tenir rigueur.

Après j'entends bien ton argument concernant les Démocrates, @Sadala, mais à un an des élections, je pense que beaucoup d'électeurs auraient pardonné aux Démocrates de faire le choix de se concentrer sur une victoire prochaine plutôt que sur un impeachment. Mais j'en viens franchement à me demander si même le Parti Démocrate ne préferait pas une victoire de Trump à une victoire de Sanders. Quand on voit la débâcle de l'Iowa et Clinton qui sort du bois pour lui casser du sucre sur le dos...
pour l'Iowa je ne sais pas... De ce que j'ai vu ça a plus galvanisé les pro Sanders qu'autre chose, ils militent plus que jamais et préparent des observateurs et avocats.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!