Enfin une bonne série de super-héros, à binger d’urgence !

Mymy a dévoré The Boys, une nouvelle série avec des super-héros bien loin des shows aseptisés auxquels elle était habituée !

Enfin une bonne série de super-héros, à binger d’urgence !

Publié le 29 juillet 2019

Ça faisait longtemps que je n’avais pas bingé une série comme j’ai bingé les 8 épisodes de The Boys, la nouvelle série Amazon sortie ce vendredi 23 juillet.

Laisse-moi t’expliquer pourquoi tu devrais toi aussi dévorer cette nouveauté !

The Boys, la nouvelle série Amazon

The Boys est l’adaptation d’un célèbre comics trash, violent, noir, irrévérencieux, prenant le mythe des super-héros à contrepied.

L’intrigue suit les fameux Boys, un groupe tentant de faire tomber les Seven, une puissante équipe de super-héros peu fréquentables gérée par Vought, une entreprise sans foi ni loi.

Les Seven font mine d’être de bonnes personnes, mais derrière leur façade publique se cachent de noirs secrets…

The Boys, une série de super-héros pas comme les autres

Je vais te faire une confession : je n’ai jamais apprécié la moindre série de super-héros, à part Misfits (et ça commence à dater).

Les productions Marvel/Netflix comme Jessica Jones ou Daredevil m’ont invariablement lassée, au point que je n’ai jamais réussi à en finir la moindre saison.

Au fond, j’ai l’impression que ces séries manquent de courage. Les héros et héroïnes ont beau être un peu moins lisses qu’un bon vieux Superman, le scénario ne va pas assez loin dans la noirceur…

Avec The Boys, j’étais servie. C’est très sombre, très vite.

Les terrifiants super-héros de The Boys

Les Seven sont composés de :

  • Queen Maeve, une espèce de Wonder Woman
  • Dark Noir, un mec muet dont on ne connaît pas vraiment les pouvoir
  • Translucent, qui peut se rendre invisible
  • Deep, un sous-Aquaman qui parle aux poissons
  • A-Train, l’homme le plus rapide du monde
  • Homelander, le chef, un Superman sociopathe et invulnérable

L’équipe est complétée au début de The Boys par la jeune Starlight, qui maîtrise l’électricité et croit encore pouvoir accomplir de belles choses. Elle va vite déchanter…

Si en finissant Avengers: Endgame j’aurais été plutôt pour le fait de vivre dans un monde avec des super-héros, The Boys m’a fait bénir notre bien banale humanité.

Comment lutter contre un homme qui court si vite qu’on ne le voit pas à l’œil nu ? Comment ne pas frémir devant les yeux glacés d’Homelander, qui peut les changer en rayons laser à loisir ?

Comment espérer contrôler ces super-humains plus proches des dieux que du peuple ?

Homelander, la plus grande réussite de The Boys

Homelander est le MEILLEUR MÉCHANT que j’ai vu à la télé depuis longtemps. Il est proprement terrifiant.

Quelque part entre un Superman cruel et un Dr Manhattan hautain, Homelander est quasi-impossible à comprendre tant sa réalité est loin de la nôtre.

Pourtant, ses réactions ne sont pas divines, au contraire : elles sont très terre-à-terre.

Comme ces banals gens non-super qu’il méprise tant, Homelander est guidé par son ego, son besoin d’être aimé, admiré, sa peur d’être abandonné.

L’acteur Anthony Starr (déjà impressionnant dans la sous-cotée Banshee) incarne le personnages avec un sens de la nuance et de la micro-expression qui force le respect.

Le sourire d’Homelander est aussi flippant que celui d’un Michael Fassbender maléfique, c’est dire !

The Boys, une série moderne

The Boys est peut-être l’une des séries les plus modernes du moment. Comme un miroir déformant de notre époque qui appuierait, en contraste, ses aspects sombres.

The Boys n’a pas peur d’aborder les violences sexuelles au travail, l’empowerment parfois factice, le juteux business de l’industrie militaire, le stress post-traumatique…

Loin d’être manichéenne, la série ne cache pas non plus les défauts de ses héros. Qui ne sont pas tout à fait des enfants de chœur.

C’est aussi un signe de modernité : les fictions gentils-contre-méchants, ça ne marche plus. Il faut que les ennemis soient compréhensibles, que les héros soient nuancés.

Ne pas savoir à quoi m’attendre dès qu’un personnage en rencontre un autre, c’est un plaisir que je trouve trop rare à la télévision !

The Boys, un plaisir de binge-watching

Les 8 épisodes composant The Boys saison 1 ont été mis en ligne le vendredi 23 juillet sur Amazon Prime Video.

J’ai dû me retenir pour ne pas tout bouffer en une soirée, et finir par me coucher à 4h du matin !

Essaie Amazon Prime Video

Amazon t’offre 30 jours pour essayer Prime Video. Tu peux y accéder avec ce lien pour commencer gratuitement ta période d’essai.

Utiliser le lien madmoiZelle pour essayer l’offre, c’est un moyen de soutenir financièrement le magazine !

Le rythme de la série est très soutenu, les rebondissements et retournement de situation toujours bien amenés. J’étais au bord de mon siège épisode après épisode.

The Boys a un scénario et des personnages intelligents : rien n’arrive parce que « Machin a décidé de ne rien dire à Truc pour aucune raison » (coucou Umbrella Academy).

L’intrigue de cette saison 1 est bien ficelée, les questions posées dès le pilote trouvent leur réponse. Et bonne nouvelle, The Boys a été renouvelée pour une saison 2… 

Alors pas d’excuse pour ne pas te lancer !

À lire aussi : HBO révèle Watchmen, sa nouvelle série phare, dans un trailer INCROYABLE !

Mymy

Mymy

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle et gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Grumpy Bunny

J’ai du regarder la série pendant que Mymy rédigeait cet article et je valide tout! J’ai adoré! Et je suis trop contente qu’ils renouvellent pour une autre saison!
Je note legion du coup!
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!