Live now
Live now
Masquer
story-of-seasons-nintendo-3ds
Culture

« Story of Seasons », un joli retour à la campagne sur Nintendo 3DS

Story of Seasons, c’est un tout nouveau jeu sur Nintendo 3DS qui sortira le 31 décembre. Au programme : culture des champs, élevage d’animaux et vie à la campagne !

Au départ, j’étais un peu perplexe vis-à-vis de Story of Seasons. En grande fan de Nintendo, je suis les comptes officiels de la firme sur tous mes réseaux sociaux. Dans sa communication, Nintendo nous disait qu’on allait « gérer une ferme et trouver l’amour » : mouais, bof… En me penchant un peu plus dessus, j’ai compris que ce jeu allait bien au-delà d’une histoire de romance.

À la manière de la saga bien connue Harvest Moon, on choisit d’abord d’incarner une fermière ou un fermier, on customise son avatar, et on emménage dans un petit village paumé. On nous attribue une parcelle de terre, on découvre les rudiments de la vie à la ferme, et c’est parti ! Petit à petit, il va falloir apprendre à gérer notre business.

La vie est dure au milieu des salades

Story of Seasons est un peu poussif au départ. Durant la phase tutoriel, nous sommes hébergés par une grand-mère, qui nous apprend le gameplay dans ses propres champs. Ça vous ferait kiffer d’habiter chez une mamie et de faire tout ce qu’elle dit ? Moi pas. Il faut un bon moment avant de pouvoir enfin prendre le jeu en main et décider tout seul de ses actions. Le bon côté de cet aspect, c’est que la progression est vraiment lente et promet une bonne durée de vie.

story-of-seasons-vaches2

Et puis c’est pas comme si les vaches se proposaient pour donner un coup de main.

Car c’est vraiment ce qui m’a surprise : on est dans de la simulation de vie, et pour autant le jeu n’est pas facile. La présidente de la guilde (la cheffe quoi), est même venue me voir pour me dire que mes revenus n’étaient pas top. On est bien loin du train de vie pépère d’Animal Crossing, LA simulation de vie par excellence façon Nintendo ! Parce qu’il faut reconnaître qu’au bout d’un moment au pays de Tom Nook, on s’embête un peu…

Dans Story of Seasons au contraire, on nous encourage à développer notre business, et pas n’importe comment. On ne peut vendre ses récoltes qu’aux marchands de passage, et ils ne sont pas là tous les jours. Certains achètent plus cher tel produit que tel autre. Les plantations ne poussent pas toutes à la même vitesse et ne se revendent pas toutes au même prix. Et EN PLUS à la fin d’une saison, les légumes subissent le changement de climat.

À lire aussi : « Tomodachi Life », la rigolade dans ta 3DS

Une découverte au fil des saisons

La temporalité est plutôt pratique : chaque heure dure en réalité une minute. Donc une journée entière dure douze minutes. De fait, les saisons défilent assez vite. Un exemple : j’en suis à onze heures de jeu, et je commence ma troisième saison. J’ai fait pousser des navets au printemps, des tomates en été, et je plante actuellement des épinards pour l’automne.

story-of-seasons-cultures2

Le symbole de la réussite version fermier.

Honnêtement, on ne s’ennuie pas : outre la culture des champs, l’élevage des vaches, des poules, des lapins, des poissons… Il est même possible de concevoir des objets. Après avoir réuni le matériel nécessaire, on peut cuisiner, fabriquer ses propres meubles, personnaliser sa ferme, et même coudre des vêtements. Hé oui parce qu’avec un peu de patience, vous pourrez vous créer un personnage au look qui claque ! Un rapide coup d’œil sur le site officiel du jeu montre que les possibilités sont infinies… mais ici, la prospérité, ça se gagne à la force des bras !

story-of-seasons-couture2

Mon but ultime. J’y arriverai peut-être dans soixante heures ?

Bon, le jeu n’est pas non plus parfait : la fluidité des graphismes laisse parfois à désirer. Les textures ne sont pas super jolies, et il faut vraiment s’accrocher durant les premières heures. Si Story of Seasons ne paye pas de mine au premier abord, il se révèle être un jeu particulièrement chronophage, qui nécessite d’être malin et stratégique. Rendez-vous le 31 décembre pour la sortie en France !


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

3
Avatar de artemis-diane
30 décembre 2015 à 09h12
artemis-diane
Je confirme pour Fantasy Life. Le principe du jeu étant de faire plusieurs métiers qui permettent de récolter les matières premières (bûcheron, mineur, pêcheur) puis de crafter son propre équipement (menuisier, couturier, forgeron)
L'histoire est cliché mais le jeu est excellent ^^
1
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Culture

Source : Netflix
Culture

 Dans Bridgerton, Nicola Coughlan cloue le bec des grossophobes

Couverture des livres "Les Liens qui empêchent", "Révéler mes visages" et "Art Queer" // Source : Éditions B42 / Harper Collins / Double Ponctuation
Livres

Neuf livres LGBT+ pour s’éduquer sur les identités et luttes des personnes queers

Maxton Hall // Source : Prime Video
Culture

Cette série cartonne sur Prime Video et détronne Fallout

Source :  pixelshot
Daronne

Les 3 livres pour enfants les plus problématiques, d’après nos lectrices

1
image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-16T102108.308
Culture

Exit le male gaze : Tomb Raider va être adaptée en série par Phoebe Waller-Bridge

Bridgerton. (L to R) Luke Newton as Colin Bridgerton, Nicola Coughlan as Penelope Featherington in episode 302 of Bridgerton. Cr. Liam Daniel/Netflix © 2023
Séries

Pourquoi la saison 3 de Bridgerton fait du bien à la représentation féminine dans les romances 

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-15T143917.275
Culture

Ce film culte aura droit à son spin-off en série sur prime video

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-15T103000.820
Culture

Mieux que Mon petit renne et Fiasco, c’est quoi cette série turque qui cartonne sur Netflix ?

Capture d’écran 2024-05-15 à 10.54.21
Culture

« Un P’tit truc en plus » : les acteurs du film seront finalement habillés par ce grand groupe de luxe à Cannes

6

La pop culture s'écrit au féminin