Live now
Live now
Masquer
pilule-en-continu
Actualités mondiales

À quoi servent les « fausses règles » quand on prend la pilule ?

Arrêter la pilule sept jours par mois pour simuler des règles était à la base destiné à… faire plaisir au Pape.

— Article publié le 22 janvier 2019

Au Royaume-Uni, un rapport du National Health Service (NHS) vient de donner de nouvelles directives en matière de contraception.

Cette agence nationale de santé rappelle aux femmes qu’il est possible de prendre la pilule chaque jour du mois, et remonte aux origines surprenantes de cette habitude d’arrêter la pilule une semaine.

Prendre la pilule en continu, c’est possible

Cette recommandation concerne surtout la pilule combinée, celle qui supprime totalement l’ovulation, et non les pilules progestatives qui se prennent en continu et n’empêchent pas les règles.

Quand on prend une pilule combinée, il est habituel de faire une pause de sept jours entre deux plaquettes (quand les plaquettes ne contiennent que 21 comprimés), ou de continuer à prendre des comprimés placebo qui n’ont aucun d’effet, pendant la même durée.

C’est pendant cette période que des règles artificielles vont alors se déclencher.

À lire aussi : Panique autour de la pilule contraceptive : le point avec des expertes

Mais la Faculté de santé en matière de sexualité et de reproduction (FSRH) qui forme des gynécologues précise qu’arrêter la pilule une semaine n’a, en soi, aucun bénéfice pour la santé.

Cités par The Independent, des experts soulignent par ailleurs qu’ils espèrent que ce conseil officiel permettra de prévenir un plus grand nombre de grossesses non désirées, car prendre la pilule en continu limite le risque de l’oublier.

Tu savais peut-être déjà qu’il n’ y a aucun risque à prendre la pilule en continu, mais il n’est pas courant de l’entendre rappeler par un organisme officiel de cette ampleur.

Mais alors à quoi sert la traditionnelle pause de sept jours ? La suite va vous étonner !

Pourquoi arrêter la pilule sept jours par mois ?

Interviewé par The Telegraph, John Guillebaud, professeur émérite en santé reproductive, remonte aux origines de cette pause de sept jours, adoptée il y a une soixantaine d’années :

« John Rock [gynécologue, l’un des pères de la pilule contraceptive, NDLR] avait conçu cette pause en espérant que le Pape accepte la pilule et rende son usage acceptable par des Catholiques.

Rock pensait que si cela imitait le cycle naturel, alors le Pape l’accepterait.

Comment est-ce possible que pendant 60 ans nous ayons pris la pilule de façon non-optimale à cause de ce désir de plaire au Pape ? »

En France, aucune recommandation officielle n’affirme que la prise continue de la pilule soit sans danger.

Le site Gynandco précise que la pilule en continu peut entrainer du spotting chez certaines femmes, c’est-à-dire de petits saignements vaginaux en dehors des règles.

Dans ces cas, il est conseillé d’observer une semaine d’arrêt toutes les 3 à 4 plaquettes.

Dans tous les cas, il est indispensable que tu demandes l’avis d’un professionnel de santé avant de modifier tes habitudes de prise.

Et toi, tu savais qu’il était possible de prendre la pilule sans s’arrêter ? 

À lire aussi : La charge mentale de la contraception illustrée par Emma


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

68
Avatar de Arlie
18 juin 2020 à 18h06
Arlie
J'arrive un peu après tout le débat parce que je ne découvre l'article qu'aujourd'hui... J'ai lu tout vos commentaires et ce que je trouve le plus effrayant, c'est qu'aucun.e d'entre nous n'a eu les mêmes infos de la part des médecins/gynécos ! Comment peut-on être sûrs.es alors d'avoir les bonnes ?

J'ai des gros soucis sexuels depuis deux ans, et l'une des premières solutions que j'ai pu essayer, sur les conseils de ma sage-femme (qui s'occupe de mon suivi gynéco, je n'ai jamais été enceinte, et c'est loin d'être en projet) c'est d'arrêter ma pilule que je prenais en continu, avec environ trois ou quatre arrêts par an. Le but recherché était surtout d’essayer de faire revenir une libido qui était inexistante (et qui l'est toujours presque deux ans après lol). Elle a également mis en avant le fait que ne pas avoir ses règles, empêchait l'élimination de certaines toxines... Info que je n'ai jamais réussi à retrouver ailleurs donc est-ce que je dois y croire ? Aucune idée.

Aujourd'hui les soucis sont toujours là, j'essaye une piste psychologique depuis quelques mois en espérant voir une amélioration, et en attendant je suis sans contraception (autre que préservatifs) depuis tout ce temps, et les peu de fois où je peux vouloir essayer quelque chose avec mon copain (+ de 5 ans de relation et on habite ensemble) je suis doublement stressée par le risque de douleur et le risque de tomber enceinte... C'est un grand cycle de stress et de culpabilité qui tourne en boucle et je n'arrive pas à en trouver la solution.

Reprendre une contraception sur le long terme permettrait de retirer au moins un premier stress mais les infos sur le sujet sont tellement différentes partout que je n'ai aucune idée de quoi choisir. Est-ce que je dois reprendre la pilule, malgré les potentiels effets négatifs (n'oublions pas que c'est un médicament, et prendre un médicament tous les jours a forcément des conséquences) ? En continu ou pas, étant donné que les règles artificielles ont des bénéfices pour certains et ne servent à rien pour d'autres ? Est-ce que je dois essayer le stérilet, malgré le fait que je n'ai que 26 ans et que je n'ai jamais eu d'enfant ?

Je tourne en boucle et c'est affreux de voir qu'on est pas beaucoup aidé.e par le corps médical à ce niveau là !
0
Voir les 68 commentaires

Plus de contenus Actualités mondiales

Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Lifestyle

Fête des Mères : 5 idées d’activités cocooning pour se faire plaisir

Humanoid Native
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

7
delia-giandeini-unsplash lgbtqi lives matter
Actualités mondiales

En Argentine, trois femmes brûlées vives parce que lesbiennes

1
Source : Ted Eytan // Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License
Actualités mondiales

La Suède adopte une loi qui autorise les transitions de genre à partir de 16 ans

Giorgia Meloni // Source : Vox
Actualités mondiales

En Italie, une nouvelle loi autorise les militants anti-avortement à entrer dans les cliniques IVG

Friba Rezayee, première femme afghane à participer aux Jeux olympiques, demande l'exclusion de l'Afghanistan // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités mondiales

JO 2024 : Friba Rezayee, première femme afghane à participer aux Jeux olympiques, demande l’exclusion de l’Afghanistan

Leïla Bekhti alerte sur le sort tragique des enfants à Gaza, avec l'Unicef // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités mondiales

Leïla Bekhti alerte sur le sort tragique des enfants à Gaza, avec l’Unicef

6
"@Vidal Balielo Jr. / Pexels"
Actualités mondiales

Boom des stérilisations chez les américaines, deux ans après la révocation de Roe v. Wade

6
"Crédit photo : Pexels"
Actualités mondiales

À Sydney, un homme commet une attaque au couteau « concentrée sur les femmes »

2
Source : Charles LeBlanc / Flickr
Actualités mondiales

Mort d’O.J Simpson : cette autre affaire de violences conjugales que ses avocats auraient caché dans le cadre du « procès du siècle »

La société s'écrit au féminin