Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Société

Nicolas Sarkozy regrette… après avoir relu l’article

26 fév 2008

Nicolas Sarkoy était hier devant les lecteurs du Parisien pour une longue séance de questions-réponses (cf leparisien.fr). Cette interview était prévue de longue date, sans aucune coincidence avec l’affaire du « Casse toi, pauvre con » (3 millions de vidéos vues depuis samedi soir !)

On y lit en gros titre « J’aurais mieux fait de ne pas lui répondre » et dans le corps de l’article : « Il est difficile même quand on est président de ne pas répondre à une insulte, j’ai sans doute les défauts de mes qualités. Ce n’est pas parce qu’on est le président qu’on devient quelqu’un sur lequel on peut s’essuyer les pieds. Cela étant, j’aurais mieux fait de ne pas lui répondre. »

Et pourtant, la version officielle n’est pas tout à fait celle-ci.

Invité de la Matinale de Canal+, Dominique de Montvalon, directeur-adjoint de la rédaction du Parisien, expliquait ce matin qu’en réalité, lors du dialogue, Nicolas Sarkozy « n’a émis aucun regret sur cet épisode ».

En effet, le journal a un « contrat » avec l’invité lors de ces séances : ils proposent la relecture du papier par l’intéressé. La séance est longue, il se dit beaucoup de choses et le journal aime savoir que le résumé des propos est fidèle à ce qui s’est dit.

Selon Dominique de Montvalon, cette déclaration a donc été rajoutée par l’Elysée et envoyée très tardivement au journal, à 23h30, juste avant le bouclage… un coup bien connu des communiquants pour « piéger » les journalistes, contraints d’envoyer leur journal à l’impression en temps et en heure.

Nouvelle polémique dans cette affaire ? Peut-être bien, puisqu’échaudé, Mr de Montvalon a annoncé qu’il publierait demain un papier sur les coulisses de l’interview.

Les Commentaires
20

Avatar de Volterra
1 mars 2008 à 22h52
Volterra
On ne s'adresse pas à un Président de la République de la sorte ... Vous avez vus comment il lui a parlé cet homme pour un homme adulte ça craint quoi.Moi je trouve ça inadmissible je pourrais mm pas parler comme à mon pire ennemi.

Je crois qu'il faut surtout se demander comment ça se fait qu'un homme parle de cette manière au Président. Nicolas Sarkozy n'inspire pas le respect, et ça se comprend.
Pour ce qui est de sa réaction, je crois qu'il n'y a rien à dire tellement elle est pitoyable.
0
Voir les 20 commentaires

Plus de contenus Société

Actu en France
PMA-personnes-transgenres-bioéthique-france-conseil-constitutionnel-MaëlleLecorre-sperm-ovocyte-

La PMA pour les hommes transgenres débattue devant le Conseil constitutionnel

Marie Chéreau

29 juin 2022

3
Mode
Sponsorisé

Roxy et Stella Jean s’associent pour une collection qui sent bon l’été

Humanoid Native
Féminisme
MadPrime_IVG_Visuel_V

MadPrime : on décrypte les conséquences de Roe vs Wade ce soir sur Twitch

Maëlle Le Corre

29 juin 2022

Actualité mode
La députée Marie-Charlotte Garin reporte la robe du scandale sexiste subie par Cécile Duflot à l’Assemblée Nationale dix ans plus tôt

La députée Marie-Charlotte Garin reporte la fameuse robe de Cécile Duflot à l’Assemblée Nationale

Anthony Vincent

29 juin 2022

7
Politique
Yael Braun Pivet

Yaël Braun-Pivet, première femme présidente de l’Assemblée nationale

Société
gayatri-malhotra-unsplash avortement

« C’est un droit qui est fragile » : la France pourrait-elle revenir sur l’IVG ?

Maëlle Le Corre

29 juin 2022

2
Société
Photo Duke.Box / FlickR / CC

Un EVJF féministe, ça existe ?

Deborah Liss

28 juin 2022

2
Actu mondiale
pilule du lendemain-avortement-usa-etats-unis-droitdesfemes-moncorpsmonchoix-france-roevswade-feminisme-santé

Entre explosion des ventes, hausse des prix et rationnement… Aux États-Unis, la pilule du lendemain se fait précieuse

Marie Chéreau

28 juin 2022

3
Actu mondiale
Disney domaine public

Disney, Facebook, Instagram : les entreprises américaines s’engagent pour le droit à l’avortement

Maya Boukella

28 juin 2022

7
Société
damien abad rmc

Une plainte a été déposée contre Damien Abad, mais Élisabeth Borne va-t-elle agir ?

Maëlle Le Corre

28 juin 2022

11
Édito de la rédac
avortement

Oui, il est impératif et urgent de constitutionnaliser l’avortement

La société s'écrit au féminin