Live now
Live now
Masquer
nanowrimo-presentation
Livres

J’ai testé pour vous… participer au NaNoWriMo

02 nov 2017 66

En quoi consiste concrètement le concours du NaNoWriMo ? Beck y a participé, et elle vous parle de son expérience, pour peut-être vous donner envie de vous y mettre aussi…

Mise à jour du 2 novembre 2017 – Le NaNoWriMo 2017 vient d’être lancé, alors c’est l’occasion de vous ressortir ce témoignage d’une nanoteuse ! Alors, vous lancez-vous cette année ?

Publié initialement le 3 novembre 2011

Jack Parker en a fait un article il y a peu. Je participe en ce moment à mon troisième concours, alors à moi de vous parler un peu de NaNoWriMo, challenge hors norme et odyssée pour passionnés d’écriture qui a un fort goût de reviens-y.

Mais commençons par le commencement.

Le NaNoWriMo, c’est quoi ce truc au nom barbare ?

Le NaNoWriMo (contraction de National Novel Writing Month, parce que c’est vrai que c’est un peu long à écrire), c’est un événement qui revient tous les ans le 1er novembre : au premier coup de minuit, tout autour du globe, des dizaines de milliers de participants délaissent leur costume d’Halloween et endossent leur panoplie de romancier.

Ce qui dans l’esprit NaNo correspond à peu près à une tenue de ninja assortie d’un grand mug de café. Car il s’agit d’écrire, en un mois, 50 000 mots d’un roman. Pour vous donner une idée, c’est l’équivalent d’environ 175 pages en format poche.

C’est faisable, mais ça demande beaucoup, beaucoup de motivation.

Celui a qui on doit le NaNo, c’est Chris Baty, originaire de San Francisco et auteur de No Plot? No Problem! (« Pas de scénario ? Pas de problème ! »), livre bourré de conseils pour faire rebondir une intrigue à bout de souffle. Baty a eu l’idée du challenge en 1999, inspiré par l’idée que tout monde a en lui un livre qui mérite d’être écrit, mais que trop de gens ne prennent pas le temps de passer à l’acte.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… le syndrome de l’imposteur

Au début, le cercle des wrimos (les nanoteurs en VF) était très restreint, mais avec l’explosion d’Internet, le nombre de participants est vite monté en flèche.

Peu à peu, l’organisation s’est mise en place jusqu’à atteindre des proportions mondiales (mise en place de liaisons municipales dans toutes les « régions » pour mettre les participants en relations, programmes dans les salles de classe, mini-NaNo pour les adolescents…), et tout ceci par le biais de l’Office of Letters and Lights, organisation fondée par Baty lui-même.

Le forum du site internet, gigantesque et chronophage (vous êtes prévenues), démontre à lui tout seul l’importance de la communauté qui s’est formée et qui se retrouve année après année.

Malheureusement, si le site possède une traduction française, le forum reste en anglais, à l’exception de la partie consacrée à la France.

Petite FAQ NaNoWriMo à l’usage des débutants

Découvrir le NaNoWriMo c’est un peu comme débarquer sur une île peuplée par de bien étranges créatures telles le word count, les word wars, les write-ins et ainsi de suite.

  • C’est bien joli tout ça, mais comment on fait si on ne se sent pas d’écrire un roman en anglais ?

Malgré son nom trompeur, le NaNo est bel est bien international. Toutes les langues sont acceptées, et chacune dispose d’un petit coin de forum qui lui est dédié.

  • Mais concrètement, comment on fait pour participer ?

On se crée un compte sur le site, avec présentation de l’auteur et du roman que vous comptez écrire –genre et synopsis, par exemple- et ensuite… on écrit.

D’ailleurs on n’écrit pas sur le site lui-même, mais sur le logiciel de son choix, et on reporte ensuite le nombre de mots (le fameux word count) sur son profil. Une chouette barre de progression se remplit au fur et à mesure et c’est le truc le plus gratifiant du monde.

  • On est obligé d’écrire de la fiction ?

Ce qui est cool dans le NaNo c’est qu’on est obligé de rien. La plupart écrivent de la fiction, mais on appelle NaNo-rebelles (la classe hein ?) ceux qui optent pour autre chose : fanfiction, essais…

Certains utilisent même le NaNo pour booster l’écriture de leur mémoire.

  • Qu’est-ce qu’on gagne si on atteint les 50 000 mots ?

La satisfaction d’avoir écrit un roman, pardi ! Ou une partie d’un roman, pour les plus ambitieux.

Et bien sûr, le plaisir de s’être donné à fond pour quelque chose, voire même d’avoir fait de nouvelles rencontres si on est allé à un write-in. C’est une expérience humaine vraiment très enrichissante.

  • Write-in ?

Un write-in, c’est quand des nanoteurs se regroupent au même endroit (généralement un café) pour écrire ensemble.

Ils se lancent des défis de qui écrira le plus de mots en un temps donné, parlent de leurs histoires, et ainsi de suite. Il y a aussi trois autres rassemblements importants : le Meet & Greet, qui a lieu fin octobre et où les futur participants se rencontrent, la Kick-Off Party le 31 octobre au soir pour ceux qui veulent commencer à écrire dès minuit, et la TGIO (pour Thank God It’s Over!) party début décembre pour fêter le retour à une vie sociale normale.

Parce qu’il ne faut pas se leurrer, entre le NaNo et les amis, il faut choisir. Mais sinon on est pas une secte, promis !

  • Avec une telle deadline, on écrit vraiment quelque chose de bon ?

« Au NaNo ce qui importe, c’est la quantité, pas la qualité ». Ne réfléchissez pas, écrivez ! Vous aurez tout le loisir de traquer les incohérences, vous facepalmer devant vos fautes de frappe et de vous demander pourquoi votre méchant manque autant de charisme durant les onze mois qui vous sépare du NaNo suivant !

Votre roman ne ressortira pas directement sous forme de prix Goncourt, pas plus que comme un gros pâté nauséabond. Pour info, sachez que plein de romans issus de NaNoWriMo ont été publiés à l’international, et deux en France ! Et j’espère bien qu’un jour les miens le seront aussi.

À lire aussi : 5 bénéfices méconnus de l’écriture, cette saine activité

Journal d’une nanoteuse

J’ai découvert le NaNoWriMo en septembre 2009, en cliquant de lien en lien. J’avais dix-huit ans. Et comme je venais de finir ma première nouvelle, une histoire de super-héros dont j’étais trop fière (souvenez-vous, c’était l’année Watchmen), j’ai décidé de tenter le coup.

J’ai passé tout mon mois d’octobre à imaginer mon intrigue et mes personnages (des gens normaux cette fois-ci) dans mon coin, et à traîner sur les forums avec la souris tressaillant d’impatience. Et je me suis rendue compte à quel point c’était une expérience communautaire. Les gens s’entraident, se parlent, se rencontrent, tous fédérés autour d’un même but : atteindre ces 50K.

Je me suis rapprochée de la communauté française et je me suis faite des « writing buddies », c’est-à-dire des potes d’écriture qui sont là pour t’engueuler si tu traînasse ou te réconforter si tu doutes de ton idée d’inclure des pirates dans ton histoire.

J’ai même gardé contact avec certain d’entre eux, post-NaNo, on s’est fait lire nos manuscrits. Je les revois avec plaisir chaque mois de Novembre.

J’ai gagné mon premier NaNo haut la main, atteignant les 50 000 mots le 11ème jour et mettant le point final de mon œuvre le 21. Au total, en un mois, j’ai écrit plus de 70 000 mots. J’étais étudiante, mais mes horaires me laissaient beaucoup de temps libre, j’adorais mon histoire et mes personnages, bref tout jouait en ma faveur.

Aujourd’hui encore, avoir écrit ce roman est l’une de mes plus grandes fiertés et je le relis régulièrement. En revanche il a besoin d’un bon ravalement de façade pour être vraiment présentable, mais je n’ai pas encore eu le courage de m’y atteler !

Le deuxième NaNo, je l’ai perdu. Trop de travail en parallèle, une histoire qui stagnait, j’ai pas tenu le coup et j’ai abandonné à mi-chemin. Comme quoi, même à 20 000 mots, le défi est toujours là. Mais il dort encore dans un coin de mon ordi, au cas où !

Cette année, j’ai changé de méthode : aucune préparation à part un petit synopsis et des noms de personnages jetés sur une feuille. J’y vais à l’aveuglette et en fait j’aime bien n’avoir aucune idée de ce que je vais écrire le lendemain.

Alors, envie de tenter l’aventure ?

Venez échanger sur le NaNoWriMo 2017 sur le forum ! Si vous n’êtes pas encore inscrite sur le forum, c’est le moment !

Quelques liens :

À lire aussi : Samantha Bailly t’apprend à surmonter le syndrome de la page blanche !

Les Commentaires
66

Avatar de JB Oscard
3 novembre 2017 à 07h44
JB Oscard
Ce challenge et sa communauté ont l'air cool mais...privilégier la quantité à la qualité ce n'est vraiment pas pour moi. Quand il me faut deux heures au moins pour écrire parfois moins d'une page, je e pourrai pas me mettre une telle pression. Je cherche toujours à mettre le bon mot à la bonne place. Et si je ne trouve pas mon mot je peux bloquer 15 min ! J'ai pourtant quand même un roman en cours d'écriture depuis 2 ans. Dernièrement il a dépassé les 100 pages et j'en suis tellement fière ! Ce qui au contraire à l'air très attrayant dans le NaNoWriMo c'est le soutien mutuel et l'entraide. J'écris pour moi et dans l'espoir d'être publiée un jour mais je dois avouer que d'avoir seulement deux soutiens, ça fait peu (même s'ils sont geniaux ^^).
Alors bonne chance à vous, moi je vais poursuivre mon marathon qui devrait durer encore quelques années !
1
Voir les 66 commentaires

Plus de contenus Livres

Développement personnel
Deux femmes noires, l'une pose sa tête sur l'épaule de l'autre.

Pour les personnes opprimées, « cultiver le plaisir est un acte de résistance »

Hélène Molinari

13 oct 2021

Voyages
le roman Là où les étoiles brillent de Nadia Hashimi
Sponsorisé

3 choses que j’ai apprises sur l’Afghanistan en lisant Là où brillent les étoiles

Parentalité
Une mère fatiguée avec son jeune fils.

« Il faut à tout prix dédramatiser le regret de maternité »

Livres
diglee-couv-je-serai-le-feu

Avec Je serai le feu, Diglee part à la recherche des poétesses disparues

Pauline Le Gall

09 oct 2021

2
Livres
Jouir est un sport de combat – libre – Olympe de G

Pour « transformer la honte autour de la sexualité en fierté », Olympe de G. monte sur le ring

Actualité mode
Couturfu

Le compte de mèmes @couturfu sort un manuel de survie pour comprendre la mode d’aujourd’hui

Anthony Vincent

26 sep 2021

Société
Amandine Gay Crédits Otto Zinsou

« Quand on est adopté, la condition pour se réapproprier son histoire, c’est d’atteindre l’âge adulte »

Témoignages
un trouple dans son quotidien
Sponsorisé

« Nadya est l’amoureuse de maman et aussi celle de papa » : parents et polyamoureux, ils racontent

Parentalité
sainte-marguerite-marie-et-moi

Cette autobiographie sur le poids de l’héritage familial quand on devient mère va vous faire hurler de rire (sisi)

Chloé Genovesi

13 sep 2021

Livres
[Site web] Visuel vertical (2)

Le nouveau club de lecture Madmoizelle commence ce mardi soir sur Twitch !

Marine Normand

13 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin