L’une des meilleures séries du printemps est sur Salto, et elle ne ressemble à aucune autre


Dans Small Axe, qui cristallise tous les talents et les combats de son créateur, Steve McQueen raconte la vie des Antillais de Londres des années 60 à 80. Un programme édifiant, comme on en voit trop peu.

L’une des meilleures séries du printemps est sur Salto, et elle ne ressemble à aucune autre

Son cinéma mêle engagement et grandiloquence filmique. Steve McQueen fait partie de ces réalisateurs qui, à l’instar de Barry Jenkins, racontent les luttes intimes ou sociales de celles et ceux qu’on a oubliés.

Au travers d’un projet à la croisée des mondes du cinéma et de la télévision, le créateur émérite explore avec humanisme, cette année, un pendant de l’histoire dans Small Axe.

Small Axe, qu’est-ce que c’est ?

Small Axe n’est pas vraiment une série. Ou plutôt si : elle est une série… de cinq films, dont chacun possède sa propre histoire, son propre casting, et surtout sa propre longueur ! Contrairement à une série classique dans laquelle tous les épisodes sont calibrés, les œuvres dispensées ici par Steve McQueen durent plus ou moins longtemps.

Les intrigues de Small Axe se déroulent toutes entre les années 60 et 80 et suivent le combat des Antillais vivant à Londres contre l’hostilité des Anglais natifs et leurs intentions parfois liberticides. Une communauté d’immigrés qui était appelée « la génération Windrush » en référence au bateau qui en 1948 a ramené à dans la capitale britannique des militaires stationnés dans les Antilles, mais aussi et surtout des habitants des Indes occidentales.

Small Axe dépeint le quotidien plus ou moins violent des membres de la communauté antillaise, tantôt au travers d’un procès de neuf manifestants arrêtés après avoir protesté contre le harcèlement policier d’un restaurant, tantôt par les yeux d’une jeune femme qui fait le mur pour passer la nuit dans un club de blues.

Avec poésie parfois, avec une brutalité obligatoire à certains moments, Steve McQueen met ses talents pluriels au service d’une communauté rarement filmée par le cinéma.

Small Axe, une série (de films) qui ne passe pas inaperçue

Comme chacun des projets du cinéaste, Small Axe a bien sûr fait parler de lui sitôt les films-épisodes terminés : deux d’entre eux, Mangrove et Love Rocks, ont été retenus en sélection officielle au Festival de Cannes 2020. Mais celui-ci n’ayant pas lieu du fait de la Covid, ces deux longs-métrages n’ont pas joui d’une diffusion au cinéma Louis Lumière. Ils ont toutefois eu droit à un label du festival, c’est toujours ça !

Par ailleurs, John Boyega a remporté le Golden Globe 2021 du Meilleur acteur dans un second rôle dans une série pour l’épisode intitulé Red, White and Blue.

Depuis, le programme a été diffusé sur la BBC avant d’atterrir, en France, sur Salto, le service de streaming français qui n’a décidément pas à rougir de son catalogue.

Steve McQueen, l’un des meilleurs réalisateurs de son époque

Ils sont rares, les cinéastes qui n’affichent pas la moindre faiblesse dans leur filmographie. Il y a souvent, même chez les plus grands, un navet qui traîne, ou au moins un projet moins glorieux que les autres — la faute parfois à de petits moyens, à des productions limitées, à une écriture bancale…

Mais traquez cette erreur autant que vous le voulez : chez Steve McQueen, vous ne la trouverez pas.

Dès ses débuts en 2007, le réalisateur donne le ton. Il filme le brillant et terrifiant Hunger, dans lequel Michael Fassbender est Raymond Lohan, un surveillant affecté au sinistre Quartier H, celui des prisonniers politiques de l’IRA qui ont entamé le Blanket and No-Wash Protest pour témoigner leur colère.

Trois ans plus tard, il sort Shame, toujours avec Michael Fassbender, qui fait un bruit considérable, avant de voir sa cote exploser en 2013 grâce à son chef-d’œuvre multi-oscarisé 12 Years a Slave. En 2018, il signe également l’excellent Les Veuves, où ce sont les femmes, cette fois-ci, qui mènent la danse.

Bref, Steve McQueen ne se contente jamais de faire dans le divertissement mais prend toujours grand soin d’aller fouiller l’histoire ainsi que la psyché des personnages qui l’habitent.

Small Axe, disponible sur Salto, est un projet considérable, qui raconte aussi bien la haine que l’amour et semble cristalliser tous les talents de son créateur. On ne saurait que trop vous conseiller de vous abonner à la plateforme pour apprendre et vous emporter devant cette série d’une qualité fort rare.

À lire aussi : Meilleure nouvelle : Alain Chabat réalise une série « Astérix et Obélix » pour Netflix

Kalindi Ramphul

Kalindi Ramphul


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!