Live now
Live now
Masquer
lauralania-twitch-harcelement
Culture

Lauralania, streameuse, harcelée sur Internet pour avoir fait la fête

Lauralania est streameuse. Pendant une soirée en marge de l’E3, elle a décidé d’aller faire la fête en boîte et a disparu le temps d’une journée. Un acte qui lui a valu… Un déferlement de haine sur Internet.

Le vendredi 16 juin s’achevait l’E3, la grande semaine du jeu vidéo à Los Angeles. Un salon suivi de près par de nombreux médias, puisque qu’il s’agit d’un événement majeur du gaming au niveau planétaire.

Mais c’était aussi l’occasion pour plein d’acteurs de ce milieu de se retrouver et de passer une chouette semaine tous ensemble. C’est ce que comptait faire Lauralania, streameuse de moyenne envergure, venue à Los Angeles pour assister à la convention.

Sauf que Lauralania est rentrée chez elle avec tout un tas de messages de haine.

L’histoire d’une personne qui voulait simplement faire la fête

Le soir du 14 juin, Lauralania était avec des ami•es à une soirée organisée par Twitch, le service de diffusion en direct, en marge de l’E3.

Dans la soirée, elle quitte l’endroit toute seule, sans dire à ses potes où elle va.

Le lendemain dans l’après-midi, une de ses amies réalise qu’elle n’a aucune nouvelle d’elle. Paniquée, elle décide de faire appel à Twitter pour essayer de la retrouver. Appel qui sera massivement relayé pendant les heures suivantes.

Est-ce que quelqu’un a vu Lauralania / Tia Zimmer ? Merci de contacter ashleeeeean ou les autorités. Vue pour la dernière fois à la soirée Twitch.

Finalement, c’est au bout de vingt-quatre heures que la jeune femme refait surface. Elle était partie dans plusieurs boîtes de nuit puis dans un casino. Son téléphone était hors-service et elle n’avait pas la moindre idée de tout ce qu’il se passait sur les réseaux sociaux. C’est sûr, ça a dû lui faire un choc…

Les mecs je vais bien, mon téléphone était mort et je suis allée dans un casino après la fête. Ça me fait chaud au cœur que vous vous soyez tous inquiétés.

Quand Internet se mobilise pour Lauralania

C’est vrai, jusque-là, on pense lire une histoire d’internautes qui se serrent les coudes et se soutiennent les un•es les autres. Sauf que l’affaire ne s’est pas arrêtée là : plusieurs usager•es de Twitter se sont méfié•es, pensant que le compte de la streameuse avait été hacké.

https://twitter.com/ashleeeeean/status/875584938120069120

Nous n’avons aucune confirmation qu’elle soit en sécurité. Aucun contact avec ses amis ou sa famille. Nous avons peut-être affaire à un hacker. Je vous préviens dès que j’en sais plus.

Cette affaire ressemble un peu à celle de Marina Joyce : la youtubeuse avait beau répéter qu’elle allait bien, les internautes continuaient à se méfier. Lauralania a donc pris le temps de confirmer en vidéo que tout allait bien, pour couper court aux rumeurs.

L’histoire de Lauralania : de l’inquiétude à l’agressivité

L’histoire aurait pu (et même aurait dû) s’arrêter là. Sauf que tout est allé de mal en pis : Lauralania a commencé à recevoir ce que Motherboard qualifie à juste titre d’un déluge d’insultes et d’accusations sexistes.

On l’accuse pêle-mêle d’avoir trompé son copain, joueur d’e-sport professionnel, d’avoir pris de la drogue, ou même d’avoir orchestré sa disparition.

Pas de sommeil pendant trois jours ; je penche plutôt pour de la meth, de la coke et du sexe.

Des accusations violentes et répétées ont déferlé sur la streameuse. De quoi a-t-on besoin après avoir fait la fête toute la nuit ? D’une bonne grosse sieste, ça c’est sûr.

Mais d’injures et d’accusations, certainement pas.

J’ai enfin fini de lire tous les messages privés. J’étais vraiment dans un sale état après ça. Les détails sont trop horribles à raconter.

Décidément, c’est pas facile d’être une femme dans l’univers du jeu vidéo. On en avait déjà la preuve avec les affaires de harcèlement qu’ont subies Kayane et Anita Sarkeesian.

Ce je trouve inquiétant, c’est que Lauralania fait aujourd’hui encore face à beaucoup de messages insultants. Mais qu’elle n’ait prévenu personne en partant faire la fête, c’est son histoire.

Les internautes n’ont pas à en débattre, remettre en cause les occupations de la streameuse et l’accuser de tous les maux, parce que c’est SA VIE.

À lire aussi : Gameuse : les filles (aussi !) jouent aux jeux vidéo ! — La Petite Roberte


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

12
Avatar de Camoune45
25 juillet 2017 à 19h07
Camoune45
Peu importe qui elle est, connue ou pas, c'est sa vie, elle fait ce qu'elle veut! Les gens ont tellement pas de vie pour se meler de celle des autres!
0
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Culture

Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Cinéma

Cinéma : ce qui pourrait bientôt changer dans les tournages où il y a des enfants

Source : Madmoizelle
Livres

Fête des mères : 5 livres féministes qui se dévorent d’une traite

Captive
Culture

Netflix : 5 mini-séries tirées de faits réels littéralement addictives à regarder ce week-end

Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Source : Netflix
Culture

 Dans Bridgerton, Nicola Coughlan cloue le bec des grossophobes

Couverture des livres "Les Liens qui empêchent", "Révéler mes visages" et "Art Queer" // Source : Éditions B42 / Harper Collins / Double Ponctuation
Livres

Neuf livres LGBT+ pour s’éduquer sur les identités et luttes des personnes queers

Maxton Hall // Source : Prime Video
Culture

Cette série cartonne sur Prime Video et détronne Fallout

Source :  pixelshot
Daronne

Les 3 livres pour enfants les plus problématiques, d’après nos lectrices

1
image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-16T102108.308
Culture

Exit le male gaze : Tomb Raider va être adaptée en série par Phoebe Waller-Bridge

La pop culture s'écrit au féminin