Live now
Live now
Masquer
kill-la-kill
Culture

Kill La Kill, le nouvel anime qui déboîte

Kill La Kill, c’est l’anime un peu OVNI de cet automne 2013 : des bastons, des tenues magiques, des superpouvoirs, du girl power… LeReilly vous décrypte tout ça !

L’animation TV japonaise est une anomalie mondiale. Chaque mi-saison débutent des dizaines (!) de nouvelles séries originales, en plus des séries à l’année issues de manga célèbres. S’il y en a pour tous les goûts, la pépite de cet automne est clairement Kill La Kill, meta, girl power et déjantée.

http://youtu.be/rqAxKLZDlaA

Super-pouvoirs et tenues fetish

Nouvelle création du tout jeune studio d’animation Trigger, Kill La Kill est la nouvelle série chapeautée par l’équipe créative de Gurren Lagann, un autre anime culte. Elle se déroule dans une ville-université post-apocalyptique. L’école est administrée d’une main de fer par la cruelle Satsuki, présidente du conseil étudiant et sa clique de larbins. Tous possèdent des uniformes tissés en fibre de vie, leur conférant d’incroyables superpouvoirs.

C’est là que débarque Ryuko, orpheline suite à l’assassinat de son père, persuadée que Satsuki possède les réponses à ses questions. Pour atteindre la présidente, Ryuko devra se défaire de tous les sbires de Satsuki. Elle est aidée en cela par un costume vivant, création de son père. Lorsqu’elle le revêt et l’alimente de son sang, le costume se transforme en tenue fetish (!²) ultra puissante. S’ensuivent bastons démentes et scènes de la vie quotidienne étudiante, le tout dans une esthétique incroyable.

Un style graphique époustouflant

Car la première vraie force de Kill La Kill, c’est sa patte graphique. L’anime respecte les codes du manga mais n’hésite pas à changer de style entre deux séquences (de cartoon à ultra-sérieux) et utilise un tas de techniques différentes pour faire vivre son univers. Le tout est appuyé par un budget conséquent qui permet une fluidité d’action assez éblouissante.

Chaque combat est un véritable régal pour les yeux, d’autant que même les séquences plus « calmes » avancent à toute vitesse. En cela, Kill La Kill impose son rythme et son univers, se détachant de la plupart des autres productions de l’année, misant sur un style et une narration plus classique.

kill-la-kill

Une tenue sexy pas tout à fait gratuite

Vient ensuite l’épineux problème du « fan-service », c’est-à-dire la nudité gratuite faite pour rendre dingo le spectateur libidineux. Si au début

Kill La Kill semble plonger droit dedans, entre décolletés absurdes et combinaisons SM, c’est pour mieux pervertir les clichés.

Une des premières histoires de la série tourne autour de la pudeur de Ryuko et d’à quel point cela l’empêche de se battre en petite tenue. Elle finira par dépasser sa timidité et l’érotisme de son costume, acceptant son corps et le regard des autres, la rendant plus forte. Malin.

Et puis les garçons en prennent aussi pour leur grade : l’un des rares alliés de l’héroïne ne peut s’empêcher de se déshabiller chaque fois qu’il explique une partie de l’intrigue, une sorte d’exhibitionnisme conversationnel.

Non seulement tout le monde finit plus ou moins à poil, mais cela ne ralentit jamais l’action, la caméra ne s’attarde pas. Le fan service est tissé au sein de l’intrigue et, s’il n’est pas pour autant toujours justifié, il a le mérite de proposer quelqu’un chose d’un peu différent, d’un peu bizarre.

kill-la-kill-2

Who runs the world ? Girls !

Surtout, la série est infiniment girl power, au-delà du sous-texte sur l’acceptation de soi. C’est avant tout l’histoire d’une fille contre une autre fille. Les pions masculins de Satsuki ne sont que ça, des pions, tandis que les rares alliés mâle de Ryuko sont on ne peut plus bizarres.

Du coup, pas une seule histoire d’amour à l’horizon, pas de meilleur ami beau gosse qui viendrait troubler l’héroïne dans sa quête de vengeance. Au contraire, les mecs sont soit trop pervers, soit trop absorbés dans leurs propres définitions de la virilité pour que naisse la moindre romance. Kill La Kill est un anime de baston pur et dur, avec une fille qui encaisse les mandales et renvoie le double.

En utilisant les codes classiques du manga pour mieux les détourner, en jouant avec des styles visuels et un univers unique, Kill La Kill est la bonne surprise anime de l’automne. Un vrai bonheur de fan d’animation, assez fluide et bizarre pour hypnotiser. Si l’on est sensible au genre il serait dommage de passer à côté !

Kill La Kill est disponible en streaming VOSTFR payant chez Wakanime, et en stream VOSTA chez Hulu ou Crunchyroll pour celles et ceux qui sont à l’étranger ou derrière un proxy.

Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

5
Avatar de Kandx
28 novembre 2013 à 21h11
Kandx
ça m'a tout de suite rappelé Panty & Stocking le Chara-design 
0
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Culture

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

4
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9
Booksmart
Culture

Netflix : les 7 meilleurs films lesbiens à voir et à revoir

Karl-lagerfeld-série
Culture

Au festival Canneséries, une longue standing ovation pour cette série Disney+

1

La pop culture s'écrit au féminin