Live now
Live now
Masquer
jeu-concours-ces-liens-qui-nous-separent-livre-critique
Culture

À gagner : Ces liens qui nous séparent, le nouveau livre de l’auteure de Quatre filles et un jean

Ces liens qui nous séparent est le dernier roman d’Ann Brashares, l’auteure de Quatre filles et un jean. Entre famille recomposée et liens du cœur, faites connaissance avec Sasha et Ray, et profitez-en pour participer à notre jeu-concours, où on vous offre 10 exemplaires !

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Gallimard. Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Ann Brashares, mondialement connue pour son roman Quatre filles et un jean, revient avec un livre plein de douceur, parfait pour cet été, dont madmoiZelle est la fière partenaire !

Ces liens qui nous séparent reprend des thèmes chers à l’auteure : la période charnière en quête d’identité de soi, entre l’adolescence et l’âge adulte, mais aussi la relation ténue qu’on peut entretenir avec sa famille.

Avec son style fluide et émouvant, elle lève le voile sur le monde de Sasha, une jeune fille de 17 ans, et de Ray, un garçon du même âge.

Ces deux adolescents, à l’aube de l’âge adulte, se connaissent sans jamais s’être rencontrés. Même s’ils pensent souvent l’un à l’autre, ils ne vivent pas ensemble et ne se sont jamais parlés.

Le père de Sasha était marié à la mère de Ray, mais tous deux sont issus du second mariage de leur parent respectif donc ils ne partagent aucun lien du sang. Vous suivez toujours ?

À lire aussi : Frères et soeurs : des liens qui comptent ?

Leurs sœurs en revanche, ou plutôt demi-sœurs, partagent des liens du sang puisqu’elles sont nées lorsque leurs parents étaient encore ensemble.

Et pas de souci si t’as peur de te perdre dans les ramifications généalogiques, le début du livre te les schématise. Du côté de Ray, il y a les Riggs, sa mère s’étant remariée, et du côté de Sasha, il y a les Harrison, son père ayant également épousé quelqu’un d’autre.

ces-liens-qui-nous-separent-couvClique pour lire les premières pages du roman !

Quand deux opposés s’attirent dans Ces liens qui nous séparent

Le père de Sasha travaille dans le domaine des affaires et s’impose comme l’homme influent par excellence qui a vécu le rêve américain. La mère de Ray est plus proche de la nature et regrette presque Woodstock.

Si tout oppose les deux familles, elles partagent une chose : la demeure familiale qui appartenait au grand-père du côté maternel mais que le père a rachetée. Là-bas, Sasha et Ray ont toujours occupé la même chambre depuis qu’ils sont tout petits, sans jamais y être en même temps ou se croiser.

À mes yeux, l’île de Long Island n’aura jamais été aussi attirante que dans Ces liens qui nous séparent. Quand l’auteure nous décrit sa maison, je m’imagine déjà dedans.

À lire aussi : Moi, la famille, ça me gonfle (et j’ai compris que c’était OK)

Et bien que différents en tout point, les deux héros se ressemblent au fond, en ayant partagé autant de choses. La lecture semble presque triste dans les paragraphes où l’un et l’autre regrettent tour à tour de ne pas se connaître. Malheureusement, ils ne peuvent pas y faire grand-chose.

Dans leur ignorance, ils avaient ainsi une image parfaite de l’autre…

« Il conservait ainsi toutes les qualités d’un ami imaginaire : patient, compatissant et compréhensif, partageant en silence ses affaires et son espace. Sans jamais se montrer égoïste, lourd ou brutal. Sans jamais le moindre désaccord. Il était juste ce qu’elle voulait qu’il soit, ce qu’elle avait besoin qu’il soit. »

Puis au bout d’un moment, ils finissent par devoir communiquer. Comment surmonter les différends du passé pour bâtir un futur solidaire ?

L’amour malgré la distance

À lire aussi : L’amour à distance illustré par de jolis clichés qui se complètent

On retrouve souvent dans les ouvrages d’Ann Brashares le sentiment d’âme sœur et, dans Ces liens qui nous séparent, cet aspect est également présent. Mais peut-être que ce n’est pas de l’amour romantique, qui sait ?

Ce qui est certain, c’est que la relation profonde qu’entretiennent les personnages peut surmonter plus d’un traumatisme. Et c’est là qu’on se rend compte que la distance physique n’a pas grande importance. Sasha et Ray l’ont bien compris.

Les liens avec leurs sœurs sont irréfutables, mais la personne qui reste dans leur esprit et avec qui ils voudraient nouer quelque chose de nouveau, c’est tout simplement l’autre.

La famille recomposée au cœur de Ces liens qui nous séparent

Aujourd’hui, de nombreuses personnes sont confrontées à un divorce. Dans le meilleur des mondes, les deux partis tentent de rester civils, mais parfois ça finit juste en bain de sang. Et c’est l’impression que l’on a en lisant Ces liens qui nous séparent.

Pourtant, tous les personnages demeurent identifiables et on ne choisit pas de camp devant cette famille brisée. La faute n’est pas personnelle, elle se partage entre tous.

À lire aussi : Pourquoi ma famille est un pilier fondamental dans ma vie

L’histoire ne tourne pas uniquement autour des deux jeunes héros : il y a aussi tous les autres membres de la famille qui sont aussi perdus qu’eux et qui rappellent à chaque instant que pour se construire, on a besoin également de l’aide des autres.

Et la manière dont l’auteure les présente donne juste l’impression que le lecteur les connaît. Oui, j’ai passé moi aussi des bons moments dans l’appartement situé à Brooklyn des Harrison, oui, j’ai visité les Riggs à Manhattan…

Et maintenant que j’ai terminé le livre, ces personnages resteront bien dans un coin de mon esprit, comme de vieux camarades dont je prends des nouvelles de temps en temps.

Ces liens qui nous séparent sera disponible dès le 11 mai en librairie et tu peux déjà lire les premières pages ici !

À lire aussi : Les madmoiZelles nous parlent de leur relation avec leur famille

Dix romans Ces liens qui nous séparent à gagner !

Ce roman te fait envie ? madmoiZelle s’associe à Gallimard pour te faire gagner un des 10 exemplaires mis en jeu ! Il te suffit de compléter le formulaire ci-dessous et de croiser très fort les doigts. Attention, tu as jusqu’au 31 mai pour participer !

[gravityform id= »321″ title= »false » description= »false » ajax= »true »]

Concours du 11 au 31 mai 2017 inclus. Tirage au sort effectué le 1er juin 2017. Concours réservé uniquement aux personnes résidant en France métropolitaine. 10 exemplaires du livre à remporter.


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

3
Avatar de Letes Nuv
12 mai 2017 à 11h05
Letes Nuv
Merci pour ce concours ! Quand j'ai vu que le livre est d'Ann Brashares j'étais comme ça : owant:
J'ai adoré Quatre filles et un jean et j'ai dévoré tous les autres romans qu'elle a écrit! Je les ai tous ! uppyeyes:
Et honnêtement, je me suis inscrite au concours, mais j'ai un gros doute sur mes capacités à attendre les résultats pour savoir si je dois l'acheter ou non (pour avoir déjà gagner un bouquin via un concours de Madmoizelle, on peut attendre longtemps avant d'avoir le résultat en plus Pas de mail ni rien, juste le bouquin qui arrive un beau jour -deux mois plus tard- dans la boite aux lettres -autant dire que j'avais oublié le concours depuis belle lurette )
(En plus, le livre est sortie le jour de ma fête. Hasard du calendrier ou signe du destin ? Mettez moi dans une librairie et vous aurez la réponse :yawn
2
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Culture

Anatomie d'une chute
Culture

Merci Judith Godrèche : les enfants seront désormais accompagnés sur les tournages

Source : Capture d'écran Youtube
Culture

À Coachella, Lana Del Rey fait un duo avec une invitée surprise et met le public en émoi

Semaine de la critique 2024 / Hafsia Herzi
Culture

La Semaine de la critique, notre sélection préférée à Cannes, a dévoilé ses films en compétition

Bridget Jones // Source : Splendor Films
Culture

Casting, résumé : tout savoir sur Bridget Jones 4 et sa Bridget en daronne veuve

[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

3
Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

1
Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

La pop culture s'écrit au féminin