Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Je vais bien, ne t’en fais pas

10 sep 2006 18

Quand j’ai vu pour la première fois l’affiche du film, je me suis arrêtée sur le regard de Mélanie Laurent, puis je suis allée lire le résumé, et j’ai eu de suite le pressentiment que j’allais être séduite.

L’histoire est simple : celle de Lili, 19 ans, qui rentre de vacances et retrouve ses parents à l’arrivée du bus qui la ramène de Barcelone. Atmosphère gênée, ses parents lui annoncent que Loïc, son frère jumeau, a quitté la maison depuis plusieurs jours, après une dispute entre père et fils. Une dispute comme tant d’autres, dans une famille où on ne sait pas vraiment comment se parler.

Lili ne comprend pas : pourquoi Loïc ne revient-il pas ? Pourquoi ne répond-t-il ni à ses appels, ni à ses messages ? Pourquoi ses parents ne font-ils rien ?

Au fil des jours, pas de nouvelle, des messages sur le répondeur, Lili finit par devenir comme cette image de deux balançoires côtes à côtes, vides, juste hantée par la dernière chanson que son frère a composé pour elle, « Lili ». Elle cesse de manger, finit par vouloir rejoindre ce frère qu’elle croit mort, jusqu’à ce qu’une lettre arrive : Je vais bien, ne t’en fais. Lettre après lettre, elle suit son parcours et décide de partir à sa recherche…

Tout en subtilité et en sensibilité, Philippe Lioret nous conte le douloureux passage de l’adolescence à l’âge adulte. Le devoir de surmonter la solitude, la perte et le manque, pour partir et oser vivre sa vie. Je vais bien, ne t’en fais pas, c’est le drame de tous ceux qui n’arrivent pas à communiquer, qui n’osent pas, ne savent pas comment se dire qu’ils s’aiment.

Le réalisateur parvient parfaitement à créer une atmosphère particulière, émouvante. Les couleurs, les acteurs qui se détachent sur un fond devenu flou, le tout sans un mot superflu, tout en sous-entendus, car Philippe Lioret sait faire parler les regards.

Les acteurs et le réalisateur rivalisent de talent et son incontestablement à la hauteur du scénario. Mélanie Laurent est superbe, bouleversante. Kad Merrad démontre qu’il peut jouer beaucoup plus que dans le registre comique.

>Même la bande originale s’accorde parfaitement et on se retrouve la gorge serrée, seule dans la salle, à goûter jusqu’à la dernière note de musique.

Les Commentaires
18

Avatar de Mademoiselle-Upanova
1 février 2009 à 04h05
Mademoiselle-Upanova
Ah et j'oubliais, Lili, j'en peux plus.
0
Voir les 18 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin