Live now
Live now
Masquer
film-sexualite-venus-confessions-a-nu
Pop culture

Des femmes confient leur rapport à leur sexualité dans un film émouvant

Le film Vénus : Confessions à nues explore la sexualité de jeunes femmes à travers de longs entretiens qui n’éludent aucune question.

Parler de sexualité librement, sans tabou et sans omettre les contradictions, les doutes, ou ce que représente réellement le plaisir pour soi, ce n’est pas toujours facile.

Il y a encore une quantité de préjugés et d’a priori qui entourent la sexualité, en particulier celle des femmes.

Alors lorsqu’un projet soulève des questions que l’on voit rarement abordées ailleurs, permet d’accéder à une forme d’échange qui ne verse pas dans le cliché mais n’omet pas non plus les sujets difficiles, c’est à saluer. Et c’est surtout passionnant.

C’est le cas du film Vénus : confessions à nues.

Vénus : Confessions à nues, un documentaire sur la sexualité des jeunes femmes

Lea Glob et Mette Carla Albrechtsen, deux réalisatrices danoises, ont interviewé de nombreuses jeunes femmes sur leur rapport à leur sexualité, à leur corps, à leur plaisir.

Le résultat est un documentaire où l’on aborde dans un cadre très sobre la première fois, le nom que l’on donne à son sexe, les fantasmes, le nombre de partenaires, le rapport entre sexe et sentiments, l’orgasme, la nudité et la pudeur, les pratiques qui font jouir et celles qui ne le font pas, le lien avec la morale, le désir, les relations romantiques, le porno

Tout cela sans jugement aucun, dans une simplicité et un dénuement assez cru. D’ailleurs, si je devais choisir un mot pour définir ce film, ce serait celui-ci : cru.

On ne fait pas de grands détours, on n’élude pas de questions difficiles, on se dénude – tant psychologiquement que physiquement.

La sexualité, ce terrain de contradictions

Ce qui m’a frappée au fil du film, c’est que bien que la sexualité est censée être un terrain de plaisir, elle soulève souvent quantité de difficultés, d’incertitudes, de questions sans réponses.

venus-confessions-a-nu

Certaines femmes évoquent la difficulté à atteindre l’orgasme, le fait que très peu d’hommes leur en aient donné comparé au nombre de ceux avec lesquels elles ont eu des relations sexuelles.

D’autres confient leur honte face à leurs fantasmes, expriment la difficulté à en faire part : parfois parce qu’ils sont très particuliers, d’autres fois parce que justement, ils leurs paraissent très classiques, presque ennuyeux.

Certaines admettent les complexes physiques qui les freinent, d’autres les difficultés qu’elles rencontrent face à leur propre nudité, à leurs poils aussi, voir les freins qui s’appliquent pour elles concernant certaines pratiques comme la fellation.

Ce qui en ressort, c’est une suite de confessions, des sujets qui n’ont parfois pas été abordés par ces jeunes femmes ailleurs que devant cette caméra, qui permettent de s’interroger soi-même sur son propre rapport à sa sexualité.

C’est lent, beau et passionnant, et si ça pique ta curiosité, sache que tu peux le voir en replay sur Arte pendant près de deux ans, jusqu’au 12 novembre 2019 ! Il sera aussi diffusé sur la chaîne ce mercredi 22 novembre, à 2h45 du matin.

À lire aussi : Comment on a découvert notre sexualité — L’Émifion avec EmmaCakeCup !

Les Commentaires
4

Avatar de Capillotractee
19 août 2018 à 01h45
Capillotractee
C'est très beau. Je sais pas pourquoi mais ça m'a ému de les voir se mettre nues à la fin. En revanche, parfois j'étais mal à l'aise on les voit parler de choses pas forcément faciles, de les voir terminer leur phrase sur un plan fixe de leur visage sans que quelqu'un dise quoi que ce soit après. Lorsqu'on voit leur sourire gêné s'effacer pour ne laisser qu'une mine un peu perdue ça me laisse un peu perplexe. Enfin, des fois je trouve l'entretien un peu dur. Après on ne voit pas les personnes qui les interrogent.
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Pop culture

90’s show
Pop culture

That ’70s show : la série culte revient, version années 1990 !

Maya Boukella

01 déc 2022

Sexo
Sponsorisé

Le calendrier de l’Avent érotique Dorcel est disponible en édition limitée

Humanoid Native
fumer fait tousser 4
Cinéma

Quentin Dupieux est au sommet de son art avec Fumer fait tousser

Maya Boukella

30 nov 2022

selection-meilleurs-livres
Livres

Contes inclusifs, anti-héroïnes de série, faire famille autrement : voici trois livres à ne pas manquer

Pauline Leduc

30 nov 2022

Du Japon à l'Occident, regards croisés sur le kimono
Actualité mode

Cette exposition sur les kimonos transcende les frontières et les époques

Anthony Vincent

30 nov 2022

noel-tombe-a-pic
Pop culture

On a regardé le film de Noël avec Lindsay Lohan, et évidemment que c’est génial

Manon Portanier

29 nov 2022

5
will-smith-frappe-chris-rock-oscars
Pop culture

Après la gifle, Will Smith comprendrait qu’on ne soit pas prêts à le revoir à l’écran

Maya Boukella

29 nov 2022

3
helena bonham carter
Cinéma

À la rescousse pour défendre J.K. Rowling et Johnny Depp, Helena Bonham Carter aurait pu s’abstenir

Maëlle Le Corre

29 nov 2022

5
babylon paramount
Pop culture

Babylon : après La La Land, une bande-annonce grandiose et épuisante pour le nouveau Damien Chazelle

Maya Boukella

29 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-29 à 11.06.53
Pop culture

Eva Mendes rend hommage à Irene Cara : « une pionnière latina »

Camille Lamblaut

29 nov 2022

antifa
Actu en France

Le jeu Antifa affole l’extrême droite, la Fnac le retire de la vente

Maya Boukella

28 nov 2022

6

La pop culture s'écrit au féminin