Live now
Live now
Masquer
etude-sur-tinder
Société

Les gens utilisent de plus en plus Tinder pour une drôle de raison

28 mar 2017 3
Une étude a été menée auprès d’étudiant•es américain•es qui utilisent Tinder afin de savoir ce qui les motive. Surprise : ce n’est pas que pour trouver un plan cul !

Et si les applications de rencontre ne servaient pas qu’à faire des rencontres ?

C’est l’une des conclusions que l’on pourrait tirer d’une étude menée par la plateforme américaine LendEDU (et relayée par le site MarketMatch). Il faut dire qu’elle a de quoi surprendre.

3800 étudiant•es, de 18 à 22 ans, ont été interrogé•es.

Parmi elles/eux, 72% expliquent avoir déjà essayé Tinder. C’est énorme : à titre de comparaison, une autre étude menée en 2015 expliquait que seul•es 15% des adultes aux États-Unis avaient déjà utilisé des sites ou applications de rencontre.

Alors que va-t-on vraiment chercher sur cette application ? Un indice : pas que du cul.

Pourquoi les gens vont-ils sur Tinder ?

Parmi les jeunes interrogé•es qui utilisent l’application, 29,2% auraient déjà fait au moins une rencontre par ce biais. Un chiffre honorable donc, mais étonnant quand on compare à d’autres résultats de l’enquête.

Lorsqu’on demande à ces personnes pourquoi elles utilisent Tinder, 22% expliquent chercher avant tout un plan cul et 4% une relation sérieuse, mais à côté 44% disent utiliser cette application surtout pour booster leur confiance en eux, dans un moment de procrastination.

Enfin, 29% annoncent s’en servir pour d’autres raisons, comme par exemple la recherche d’ami•es.

Une étude sur Tinder à prendre avec des pincettes

Il serait facile de dire qu’avec de tels résultats, Tinder est une application plus chronophage que réellement utile. Ce n’est pour autant pas forcément le cas.

Quand j’ai vu ces chiffres, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Simon Sinek, un auteur et conférencier dont Clémence Bodoc avait parlé en janvier 2017, tout comme Mymy.

Simon Sinek  - Millennials in the Workplace

Il expliquait dans une vidéo à quel point notre génération, celle des Millennials, développe une addiction à la récompense immédiate, souvent sous forme de likes… Et pourquoi pas de matchs.

Ce n’est pas forcément un problème, tant que cela reste mesuré. Après tout, il n’y a pas de mal à se faire du bien.

Une autre chose à prendre avec des pincettes, c’est qu’on peut tout à fait utiliser l’application dans le but de se booster l’ego et finalement y rencontrer quelqu’un de très sympa !

Pour être tout à fait honnête, cette histoire est arrivée à plusieurs de mes ami•es.

On peut également imaginer que des répondant•es n’ont pas forcément été honnêtes. Certain•es peuvent se sentir honteux•ses de chercher un plan cul (notamment quand on est une fille, rapport au slut-shaming)…

Et d’autres pourraient ne pas assumer le fait d’utiliser cette application pour chercher l’amour (parce que cela peut être jugé comme un peu naïf).

Enfin, Mymy me parle d’une dernière théorie en ce qui concerne cette utilisation pour se forger une meilleure confiance en soi : les gens garderaient l’application même une fois en couple monogame pour son aspect ludique.

Pourquoi utiliser Tinder, après tout ?

En fait, cette étude ne donne pas vraiment de réponse, elle pose surtout une question : à quoi servent vraiment les sites de rencontre aujourd’hui ?

Tinder est devenu l’une des applications les plus téléchargées au monde. C’est désormais presque un basique. Alors on n’y va pas que pour y faire des rencontres, mais ce n’est pas bien grave, tant qu’on y trouve du bonheur.

big-rencontrer-copain-sur-tinder


Construisez avec nous l’avenir de Madmoizelle en répondant à ces questions !

Les Commentaires
3

Avatar de ChupaClou
29 mars 2017 à 09h54
ChupaClou
un an et demi après, j'emménage avec mon "match Tinder".
Je crois que cette application est avant tout une question d’honnêteté, envers toi même, ce que tu cherche ici, et les autres, et les gens pas réglo tu apprends vite à les identifier !
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Société

[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

1280px-FIBD2018LuciaBiagi – papmetoobd
Société

Alors que le festival d’Angoulême vient de s’ouvrir, le monde de la BD va-t-il enfin se remettre en question ?

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Capture d’écran 2023-01-25 à 10.19.09
Actu en France

Condamné pour « corruption de mineurs », le président de la Ligue nationale de handball démissionne

darmanin
Actu en France

Le non-lieu pour viol de Gérald Darmanin a été confirmé en appel

Manon Portanier

24 jan 2023

1
women-protesting-together-for-their-rights
Société

L’accès à l’IVG est loin d’être acquis dans les campagnes françaises

Élodie Potente

24 jan 2023

1
pexels-markus-spiske-3671136
Société

Le sexisme a encore de beaux jours devant lui en France, selon le HCE

[Site web] Visuel horizontal Édito (20)
Livres

Dans « Nos absentes », la journaliste Laurène Daycard redonne une voix aux victimes de féminicides

Comment je suis devenue presque aveugle a 20 ans
Pop culture

La Version Audio Sous-Titrée, l’invention d’une asso qui rend les films accessibles aux malvoyants

Maya Boukella

20 jan 2023

Panorama_de_l’hémicyle_de_l’assemblée_nationale wikimedia
Société

Pour lutter contre les discriminations raciales, des militantes lancent l’Observatoire contre le racisme en politique

Maëlle Le Corre

20 jan 2023

La société s'écrit au féminin