Live now
Live now
Masquer
donald-trump-cnn-journaliste
Actu mondiale

Quand Trump instrumentalise les violences faites aux femmes

08 nov 2018 7

Donald Trump, aux prises avec un journaliste, n’hésite pas à brandir le spectre des violences faites aux femmes. Cocasse pour un homme loin d’être féministe.

Oui, vous avez bien lu : celui qui s’est vanté « d’agripper les femmes par la chatte » voudrait se draper dans la lutte contre les violences sexistes.

Qu’est-ce qu’il faut pas entendre…

Trump en bras de fer avec un journaliste de CNN

Ce 7 novembre, Donald Trump parlait face aux journalistes, au lendemain des midterms, des élections de mi-mandat très importantes aux États-Unis.

En surface, il appelle à une meilleure entente avec les démocrates (lui-même est républicain)… mais Trump étant Trump, il n’a pas pu s’empêcher de creuser les divisions qui tendent le pays, et a largement critiqué la presse.

Le Monde a sous-titré une partie de son allocution :

Midterms : échange houleux entre Trump et un journaliste de CNN

Pris à partie par un journaliste de CNN, Jim Acosta, qui l’interroge notamment au sujet d’enquêtes sur les liens entre Trump et la Russie de Poutine, Donald Trump a perdu son calme.

Ordonnant à son interlocuteur de reposer son micro, il l’a traité d’« horrible personne » et estime qu’il « ne devrait pas travailler chez CNN ».

Dans sa joute avec le Président, Jim Acosta a légèrement repoussé une stagiaire qui tente, à un moment, de lui retirer le micro de force.

White House accuses CNN’s Jim Acosta of 'placing his hands' on young 'intern'

Le journaliste a vu son accès à la Maison Blanche révoqué presque immédiatement.

Les fake news de la Maison Blanche

Qu’un journaliste soit banni de la Maison Blanche alors qu’il n’a fait que son travail, ça me hérisse mais que voulez-vous, je n’attends rien de Trump.

Ce qui me fait bouillir, c’est la justification que Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif, a utilisée pour justifier ce bannissement :

« Le Président Trump croit à la presse libre et toutes les questions le concernant, ou concernant son gouvernement, sont les bienvenues.

Cependant, nous ne tolèrerons pas un journaliste qui pose ses mains sur une jeune femme essayant simplement de faire son job de stagiaire à la Maison Blanche. »

Qui… pose les mains sur une femme ? Attendez, je me refais le film, parce que ce n’est pas vraiment ce que j’ai vu.

Jugez plutôt, je vous ai isolé ce moment de rare violence :

Oui, vous avez bien vu, et oui, il n’y a rien à voir. La femme saisit le micro plutôt brutalement, Jim Acosta pose à peine son bras au creux de son coude pour l’éloigner.

En aucun cas son geste n’est violent ou inapproprié — il est bien plus doux que celui de la stagiaire, pour être honnête !

Donc on a une porte-parole de Trump qui dit des choses totalement fausses ET facilement réfutables puisque le moment a été filmé. C’est 1984 en fait la vie ?

Cerise sur le gâteau, la vidéo que Sarah Sanders a partagée a été modifiée : le geste est ralenti et doublé. On doit ce montage à… un membre d’InfoWars, média d’extrême-droite bourré de théories du complot et plutôt axé alt-right.

Les violences faites aux femmes pour faire oublier le scandale

Je l’ai dit, je n’attends pas grand-chose de Trump ni de son entourage, mais sa façon de repousser sans cesse les limites du respect est presque fascinante.

Qu’un homme si dangereux pour les droits des femmes ait le culot de prétendre protéger une stagiaire malmenée quand il se débarrasse d’un journaliste… wow.

Heureusement que House of Cards c’est fini, parce que la réalité a depuis longtemps dépassé la fiction.

Je vais donc me concentrer sur des personnes qui font vraiment avancer la lutte contre les violences faites aux femmes, comme Alexandria Ocasio-Cortez, élue lors de ces récentes midterms !

À lire aussi : De l’argent contre l’arrêt des IVG, l’hallucinante proposition d’Ivanka Trump au Planning Familial

L’essentiel de madmoiZelle

Cet article t’a parlé ? Tu aimerais en lire davantage ? Abonne-toi au chatbot de madmoiZelle, un gentil robot qui t’envoie sur Messenger, en fin de journée, l’essentiel du magazine à ne pas rater !

Les Commentaires
7

Avatar de Freehug
8 novembre 2018 à 16h48
Freehug
C'est marrant, niveau comportement ça me rappelle quelqu'un. Une bonne grosse tête à claques à l'ego surdimensionné, d'une mauvaise foi hallucinante, tellement irrespectueux qu'on le croirait sorti d'une dimension parallèle... Non, vous ne voyez pas ?
Contenu spoiler caché.
14
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Actu mondiale

Beauté
Le-casting-de-Love-Island

Les ados, cibles trop faciles de la chirurgie esthétique ? Le Royaume-Uni sévit

Anthony Vincent

02 déc 2021

2
Actu mondiale
droit-avortement-etats-unis-manifestation-lorie-shaull-flickr

Droit à l’IVG : les États-Unis s’apprêtent-ils à un retour en arrière sans précédent ?

Maëlle Le Corre

02 déc 2021

Féminisme
Ndèye Fatima Dione

« L’affaire du viol suivi de la grossesse dont a été victime la Miss Sénégal est représentative de la culture du viol dans le pays »

Actu mondiale
rihanna-man-down-artwork-01

La Barbade dit bye à la reine d’Angleterre et nomme Rihanna héroïne nationale

Anthony Vincent

30 nov 2021

Actu mondiale
carte-identite-belgique-mention-du-genre

Plus de F ni de M : la Belgique supprime le genre des papiers d’identité, un cap important

Maëlle Le Corre

30 nov 2021

6
Psychologie
Jeune femme triste

Surprise (non), c’est chez les femmes et les jeunes que la pandémie a fait le plus de dégâts côté santé mentale

Actu mondiale
WhereIsPangShuai

#WhereIsPengShuai : l’affaire de viol d’une tenniswoman qui provoque censure en Chine et mobilisation internationale

Anthony Vincent

22 nov 2021

7
Actu mondiale
Cannabis

L’Allemagne s’apprête à légaliser le cannabis (pendant ce temps, en France : Darmanin) (super)

Eva Levy

19 nov 2021

66
Actu sexe
Campagne publicitaire de la marque Dame dans le métro new-yorkais

La justice a tranché : oui, les sextoys ont leur place dans le métro !

Psychologie
-Femme – pleure – suicide – baisse

Les suicides sont en baisse depuis le début de la pandémie. Mais pourquoi ?

La société s'écrit au féminin