Live now
Live now
Masquer
« deconfinement-entreprises-protocole-ministere-travail »
Actu en France

Déconfinement des entreprises : que va-t-il se passer dans ta boîte après le 11 mai ?

Ce dimanche, le ministère du Travail a annoncé son plan de déconfinement pour les entreprises. Et clairement, il va y avoir du changement à la pause café !

Ce dimanche 3 mai, comme annoncé par Edouard Philippe le 28 avril dernier, le ministère du Travail a dévoilé le protocole de déconfinement pour les entreprises dont le but est double : permettre la reprise de l’économie nationale tout en assurant la santé et la sécurité des salariés.

Dans un document disponible sur le site du gouvernement, le ministère fixe un certain nombre de règles que les employeurs comme les employés devront respecter pour le bien de tous.

Le télétravail, toujours d’actualité après le 11 mai

Lorsqu’il est possible, le ministère du Travail demande à ce que le télétravail soit la règle pour toutes les entreprises :

Les mesures de protection collective comprennent en particulier les mesures organisationnelles, en premier lieu le télétravail, de nature à éviter le risque en supprimant les circonstances d’exposition.

En revanche, si la présence sur le lieu de travail est nécessaire, la mise en place d’horaires décalés entre les salariés et le séquencement des activités font partie des mesures qui doivent être prises pour limiter les risques d’affluence et de concentration des personnels.

Mesures barrières, quoi de plus pour les entreprises ?

En plus d’encourager leurs employés à effectuer les gestes barrières et à respecter les règles de distanciation physique, les entreprises devront mettre d’autres mesures en place pour le 11 mai :

  • Les pièces devront être aérées toutes les 3 heures pendant au moins 15 minutes.
  • Les objets, surfaces et sanitaires devront être désinfectés régulièrement.
  • Chaque salarié devra pouvoir disposer d’un espace d’au moins 4m2, y compris pour circuler.
  • Des plans de circulation devront être mis en œuvre pour garantir le respect de la distanciation physique minimale.
  • La gestion des flux devra intégrer celle des autres acteurs : clients, fournisseurs, prestataires etc.

Règles de déconfinement pour les lieux communs en entreprise

Si tu pensais pouvoir rapidement retrouver tes pauses café avec Nadine de la compta, tu risques d’être déçue :

Autant que possible, les horaires de pause [devront être] échelonnés pour éviter les affluences. L’accès aux lieux communs de type distributeurs de boisson ou de café [devra être] canalisé (marquage au sol, ruban, plots, barrières, etc.) avec un sens d’arrivée et de départ différents. Un marquage au sol pourra aussi symboliser la distance minimale à respecter dans la file.

Les distributeurs, machines à café et pointeuses devront aussi afficher les mesures barrières et être désinfectés régulièrement.

Pour ce qui est des salles de réunion, il faudra laisser au maximum les portes ouvertes afin d’éviter les contacts des mains avec les surfaces, et le nombre de salariés à pouvoir s’installer dans le local devra être calculé en fonction de l’espace disponible.

Pour les open space et les bureaux partagés, les recommandations du ministère sont claires :

Il faut éviter le face à face, permettre une distance physique de plus d’un mètre, utiliser si possible des plexiglas en séparation et attribuer un poste fixe durant la pandémie si les salariés ont d’habitude la possibilité de se placer librement à un poste de travail.

Enfin, l’accès aux ascenseurs devra être limité à un certain nombre de personnes (entre 1 ou 2) en même temps en fonction de la taille de la cabine de l’appareil. Les consignes devront êtres affichées clairement sur le pallier.

L’utilisation des masques dans les entreprises

Comme le rappelle le ministère du Travail, ce n’est que lorsque l’ensemble de précautions citées ci-dessus n’est pas suffisant pour garantir la protection des personnes que le port du masque au sein de l’entreprise doit être envisagé ou rendu obligatoire :

Pour faire face à la pandémie de COVID-19, le masque « grand public » est un complément des gestes barrières mais ne peut se substituer au respect des différentes mesures dont les règles de distanciation physique.

Avant de réfléchir au port de masque, l’employeur doit donc mettre en œuvre toutes les solutions techniques et organisationnelles de protection collective permettant d’éviter ou de réduire les risques : télétravail, aménagement des horaires et des tâches, réorganisation des espaces ou du travail, installation de barrières de séparationphysique, régulation des flux de circulation, marquage au sol…

Si malgré la mise en place de l’ensemble des mesures précédentes, le respect de la distanciation physique d’un mètre entre deux personnes (clients, collègues, prestataires, etc.) ne peut être garanti, le port d’un masque devient obligatoire.

Hors professionnels de santé, l’employeur peut fournir des masques FFP1 ou des masques alternatifs à usage non sanitaires, dits « grand public ».

Le port de gants, en revanche, est déconseillé pour les professions qui n’en requièrent normalement pas l’usage :

Le ministère des solidarités et de la santé recommande, en population générale, d’éviter de porter des gants car ils donnent un faux sentiment de protection. Les gants deviennent eux-mêmes des vecteurs de transmission, le risque de porter les mains au visage est le même que sans gant, le risque de contamination est donc égal voire supérieur.

Les entreprises et les tests de dépistage après le 11 mai

D’après le ministère du Travail, les entreprises ont un grand rôle à jouer pour que l’épidémie reste sous contrôle.

En plus de relayer les messages des autorités sanitaires, elles ont la responsabilité d’inciter leurs salariés à rester chez eux (et même à rentrer chez eux sans attendre) s’ils ne se sentent pas bien .

En revanche, les campagnes de dépistage organisées par les entreprises pour leurs salariés ne sont pas autorisées.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Plus de contenus Actu en France

Pop culture
Interview d’Elsa Miské, co-créatrice du jeu Moi c’est Madame

Lutter contre le sexisme dès l’adolescence, c’est la promesse du jeu de cartes Moi c’est Madame

Anthony Vincent

25 sep 2022

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Actu en France
livres unplash

Fin de la quasi-gratuité des frais de livraison de livres : mauvaise nouvelle pour le marché du livre ?

Maya Boukella

23 sep 2022

24
Actu en France
Affaire PPDA, des plaintes s’ajoutent, mais l’impunité continue

Affaire PPDA  : les plaintes pour violences sexuelles s’accumulent, mais l’impunité persiste

Anthony Vincent

21 sep 2022

Actu en France
Corinne Masiero s’exprime sur l’inceste, au micro de France Inter

Corinne Masiero sur l’inceste : « C’est sous couvert d’amour qu’on t’agresse »

Anthony Vincent

20 sep 2022

1
Actu en France
Capture d'écran de « L'Œil du 20h » France 2.

Vous souffrez d’un cancer ? « Arrêtez votre chimio », rétorque la naturopathe controversée Irène Grosjean

Anthony Vincent

14 sep 2022

13
Actu en France
adrien quatennens

Le député LFI Adrien Quatennens visé par une main courante pour violences contre son épouse

Daronne
education-sexuelle-ecole

Parler de sexualité à l’école, c’est une obligation, n’en déplaise à Eric Zemmour

Chloé Genovesi

13 sep 2022

2
Cinéma
Jean-Luc Godard contre une grosse caméra

Jean-Luc Godard s’est éteint à 91 ans et son cinéma questionne encore les féministes

Anthony Vincent

13 sep 2022

1
Actu en France
Nicolas_Hulot_Generations_climat

MeToo : l’enquête qui visait Nicolas Hulot pour viol et agression sexuelle classée sans suite

Maëlle Le Corre

12 sep 2022

4
Daronne
contraception-masculine

La contraception masculine, grande oubliée des institutions ?

Chloé Genovesi

02 sep 2022

4

La société s'écrit au féminin